Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 17:16

Pourquoi Hollande s’est-il senti conforté dans ses orientations

 

Claque, gifle, dès la publication des résultats les commentateurs  n’ont pas été avares de superlatifs pour qualifier l’ampleur du désaveu,  on peut même subodorer que s’ils n’ont pas usé de la terminologie coup de pied au c…  ils l’ont si fortement pensé que beaucoup ont cru l’entendre y compris Hollande qui, plagiant médiocrement un homme  politique de renom a cru devoir tenter de nous faire comprendre qu’il avait compris l’avertissement.

 

C’était un leurre. Il a maintenu le cap et choisi pour l’accompagner Emmanuel Valls,  dont la posture droitière n’a rien à envier à celle de Sarkozy et Copée. C’est l’homme le plus à droite du PS ; il est  plébiscité  par l’UMP et tout ce que la France compte de plus réactionnaire. Quoi  qu’il arrive, y compris  une fronde au sein du PS, ce gouvernement disposera d’une large majorité  pour sabrer le pouvoir d’achat, poursuivre la casse de la protection sociale.

 

Treize des ministres retenus appartenaient à l’équipe précédente. Les mesures annoncées restent les mêmes, seule  l’appellation  change avec un  objectif faire croître les profits : Sans le moindre contrôle sur les mouvements  spéculatifs ils se tourneront immanquablement vers les paradis fiscaux et les pays à plus bas coûts.

 

Le pacte de responsabilité est renommé  réduction des cotisations sociales patronales qui sont accompagnées, pour la forme et surtout  l’alibi, d’une légère  baisse de celles appliquées aux  salaires soit quelques euros en plus pour ceux qui ont encore un emploi, qui verront leurs impôts s’envoler pour tenter de combler les trous, encore moins pour les précaires et les intermittents, rien pour les chômeurs, ne parlons pas des exclus réduits à la soupe populaire…

 

Le MEDEF qui disait déjà "il faut   une amélioration des marges des entreprises, donc une baisse massive du coût du travail et de la fiscalité (Sous entendu sur les entreprises) "  doit être satisfait.

 

Comment sera financée la protection sociale,  santé, maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, famille, retraite, sans même parler de la dépendance ? La réponse est en blanc mais nous savons déjà que, si nous ne nous en mêlons pas, nous devrons supporter des sacrifices supplémentaires.

 

Suspendu le temps de la campagne électorale le train de hausse est reparti  avec effet rétroactif en particulier pour l’électricité. Avec la fin des trente cinq heures c’est l’accélération  du chômage assurée. Il  n’avait pourtant pas besoin de ça pour progresser. 

 

Les gens qui nous gouvernent devraient savoir que la baisse du pouvoir d’achat réduit les débouchés sur le marché et par conséquent les  recettes fiscales, les déficits se creusent la dette augmente et en avant pour un nouveau tour de vis.  Soit ils ignorent les fondamentaux en matière économique soit ils nous prennent pour des imbéciles.

 

A moins qu’ils ne s’agissent d’autre chose.

 

Certes on peut interpréter le résultat du scrutin, des abstentionnistes aux suffrages  exprimés, comme un désaveu cinglant de l’action du gouvernement Ayrault et de la gauche auto proclamée en général. Mais était-ce un scrutin pour un changement d’orientation politique ou pour remplacer le présentoir ?

 

Sans contestation possible c’est le second terme de l’alternative qui l’emporte. En accordant leurs suffrages à la droite les électrices et les électeurs ont validé la seconde hypothèse. Une large majorité des candidats estampillés socialistes ou alliés avec eux ont toujours refusé de dénoncer la politique mise en œuvre depuis 2012. Ils resteront égaux à eux mêmes

 

 Dans ces conditions Hollande assisté cette fois de Valls avait toute latitude afin de  poursuivre dans la même voie. Il ne s’en est pas privé. Les verts ont effectué un replis stratégique en nous enfumant avec un réchauffement climatique qui piétine depuis près de vingt ans malgré l’augmentation des émission de carbone. Le PCF a pratiqué les alliances à la carte, ici dans la majorité présidentielle là dans une opposition  bridée par un européisme sans perspective. 

 

Villiers sur Orge n’échappe pas à la règle, la droite qui a toujours refusé de dénoncer la politique de Sarkozy conforte encore ses positions au second tour. Son  score associé   à celui de Villiers 2014 culmine à près de 62 %; Pire encore croyant  voter à gauche des électrices et des électeurs  ont accordé leurs suffrages  à des gens (messieurs Fraysse et Simons) qui eux aussi ont refusé obstinément de condamner la politique du tandem Ayrault Hollande, ce qui représente au total. 92  % (¹) des suffrages exprimés.

 

Un véritable plébiscite, un blanc seing que le président de la République s’est empressé d’utiliser sur le champ.

 

Seuls les abstentionnistes protestataires et une fraction de l’électorat résiduel de monsieur Chevrier, un européiste convaincu qui a part des mots « pieux » n’a proposée aucune alternative crédible ,  peuvent conserver  le bénéfice du doute mais c’est bien maigre.

 

Allons, le changement par les urnes n’est pas pour demain. A suivre...

 

¹ Résultats Municipales 2014 Villiers sur Orge

Partager cet article
Repost0

commentaires