Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 16:35
Par Karine Bechet-Bolovko,

Repris sur comité Valmy

 

Plusieurs guerres simultanées sont menées aujourd’hui autour du conflit ukrainien. En Ukraine elle-même, une guerre chaude et sanglante. On dirait presque entre les putschistes de Kiev contre les loyalistes du Donbass. En Occident, une guerre d’influence et de prise de contrôle des Etats Unis sur l’Europe, qui a tourné à l’avantage des Etats Unis. En générale, une guerre idéologique qui débouche sur une guerre économique et politique entre les Etats Unis, envoyant en tête de proue les Etats inféodés, et la Russie, cela sur fond de conflit ukrainien. Et comme la clé de toutes ces confrontations est la vision du monde qui en découle, l’imbroglio se défera, en grande partie, en fonction de la guerre politique que se mènent les clans russes.

 

D’une part se trouve le néolibéralisme triomphant, qui ne veut d’aucun conflit pouvant porter atteinte à ses bénéfices et se moque du chef, qu’il soit russe, américain ou chinois, l’importe peu, son mode de fonctionnement est mondialisé. Il fait de l’argent, il est conditionné pour cela. D’autre part, l’on trouve les libéraux classiques, qui fonctionnent dans un cadre étatique national et ont besoin d’un Etat souverain et fort. Ils comprennent que perdre ce cadre conduit à la destruction des repères identitaires de la population.

L’alternative est donc relativement simple : soit la Russie oppose sa souveraineté, rejette le cadre économique mondialisé et doit renforcer son indépendance économique, soit la Russie fait l’impasse sur sa souveraineté et accepte la domination économique étrangère qui se transformera en domination politique à très court terme.

Et tout cela sur fond de conflit ukrainien, qui sert de catalyseur.

Les signes de la tension politique intérieure russe

La cristallisation de la tension intérieure en Russie est palpable. Deux évènements peuvent être relevés : le discours de Jirinovsky à Yalta le 14 août et la sortie médiatique de Chubais (le dirigeant de l’entreprise d’Etat Rosnano) contre l’escalade des sanctions économiques aujourd’hui.

 

Lors du Forum politique russe de Yalta, Jirinovsky a fait une intervention remarquée. La voici :

 

Avec Jirinovsky, il faut lire entre les lignes et écouter entre les mots. Dans le paysage politique russe, il joue le rôle du faux-opposant et du vrai clown politique. Mais il a parfois un rôle important de fou du roi, celui qui peut tout dire au Chef d’Etat en y mettant les formes de la farce. Et c’est justement ce rôle-là qu’il a tenu à Yalta il y a quelques jours. Enrobant son discours d’excès et de pitreries, il a pu faire passer un message très fort aux membres de la classe politique russe. Voici le decryptage des leçons historiques de Jirinovsky :

•la Russie a toujours peur d’attaquer, elle se place systématiquement en position défensive et elle doit subir de fortes pertes avant de finalement gagner ;

 

•la grandeur des hommes forts de la Russie éternelle fut de répondre fortement aux insultes, pour faire passer le message que l’on n’insulte pas la Russie sans risques, ils n’auraient pas envoyer un convoi humanitaire quand des russes se font massacrer ;
•la faiblesse de la Russie vient de la traitrise de ses élites, dont Chubais aujourd’hui est une figure-clée. La production doit être nationale, elle doit être au service de l’Etat, tout ne peut pas être importé. Evidemment, pour faire passer un tel message, en public et devant caméra, il vaut mieux l’entourer de pitreries et d’exagération. Mais le message est passé - il suffit pour cela de voir la face déconfite de certains participants - et ce message est soutenu - il suffit d’entendre les applaudissements spontanés.

 

C’est le premier round. Le deuxième, juste après les négociations de Berlin du 17 août entre les ministres des affaires étrangères d’Ukraine, de France, d’Allemagne et de Russie, est la sortie médiatique de Chubais, l’incarnation de la destruction économique de la Russie dans les années 90, l’homme gris du néolibéralisme russe.

 

Depuis que la Russie a adopté des sanctions économiques contre les pays ayant eux-mêmes adoptés de nombreuses sanctions contre elle, le clan néolibéral russe monte au créneau. Et sur tous les fronts, les médias inféodés sont mobilisés, tout comme les réseaux sociaux. Attention, Strelkov sera candidat aux présidentielles et battra Poutine ! Attention, nous allons revenir au fameux "déficit", tout va manquer, on va faire la queue dans les magasins ! Attention, regardez, les camions d’aide humanitaire en fait sont vides, c’est louche ! etc, etc, etc. Aucune de ces sorties ne fut prise au sérieux et leurs auteurs se sont simplement décrédibilisés. D’autant plus que l’UE affiche des plans d’urgence face aux sanctions russes qui produisent leurs premiers effets sur l’économie européenne. Que l’Ukraine reconnait le caractère humanitaire du convoi. Que d’autres pays sont prêts à fournir la Russie en fruits et légumes. etc.

 

Mais ce clan n’est pas prêt à renforcer la production intérieure, le maître actuel du business mondial lui convient parfaitement, pourquoi en changer ? Donc, l’entrée personnelle de Chubais en scène est surprenante. Il apparaît peu sur le devant de la scène dans ce type de problème. Cela officialise, en quelque sorte, le conflit intérieur. C’est le deuxième round : il a fallu sortir de l’ombre et faire tomber le masque.

 

Les enjeux pour les différents clans

Or, les enjeux sont de tailles. Car ces figures incontournables du business d’Etat, qui sont à la tête des grosses compagnies, comme Rosnano, dirigent des compagnies, certes appartenant en partie à l’Etat, mais relevant du droit privé et ayant des compétences énormes en matière de contrôle du domaine économique dans lequel elles interviennent. Bref, elles fusionnent et l’exploitation et la réglementation du domaine d’activité.

 

Donc lancer Chubais faire une interview à Itar-Tass pour prêcher contre les sanctions économiques, notamment russes, en fait surtout russes, est un signe très fort. Il ne s’est absolument pas prononcé tant que la Russie était la cible des sanctions économiques. Mais il tire le signal d’alarme lorsque la Russie se défend. Surprenant, non ? Il est vrai que la situation se complique pour lui. D’une part, il doit remplacer un fournisseur à cause des sanctions, d’autre part la Procuratura générale a lancé une enquête contre lui début juillet, pour détournements de fonds et diverses fraudes, notamment à l’impôt. Comme ça, d’un autre côté, si jamais les fraudes sont prouvées, il pourra toujours se présenter comme une victime des répressions politiques.

 

L’impact pour le conflit ukrainien

Mais tout cela a un impact presque direct quant à l’issue possible du confit en Ukraine. Tout d’abord, on notera que cette montée en puissance médiatique du conflit intérieur russe s’est déroulé juste "autour" des négociations de Berlin sur le contrôle des frontières russo-ukrainiennes, un cessez-le-feu et le sort du convoi humanitaire russe toujours en attente à la frontière.

 

Jirinovsky a fait passer son avertissement juste avant. Lors de la conférence de presse ayant fait suite à ces négociations, il est apparu que rien n’a été réellement obtenu - sauf peut être en ce qui concerne le convoi humanitaire. Et Chubais apparait ensuite.

 

Si le clan Chubais gagne, Novorossia n’a que quelques heures à vivre et tout le monde fermera les yeux sur le massacre qui s’en suivra. Les crimes déjà commis seront oubliés, puisque traditionnellement on ne juge pas les vainqueurs. Et à l’intérieur, de la Russie, une certaine destabilisation politique est à attendre. Je dirais même une destabilisation certaine.

 

Si le clan Chubais perd, une réelle pacification et stabilisation de la situation est envisageable, car l’armée ukrainienne est en mauvaise posture, le moral des troupes est au plus bas et bientôt des négociations internes devraient avoir un sens. Mais la pression est forte. La presse libérale annonce des négociations directes entre Poutine et Poroshenko sous la pression de la Commission européenne, puis le porte-parole de Poutine dément. La guerre d’information est à son comble.

 

La pression exercée sur la Russie, depuis l’intérieur même, ressemble parfois à un dernier sursaut. Mais sera-t-il décisif ? Le combat pour l’Ukraine, c’est aussi le combat pour la forme de gouvernance en Russie.

 

Le résultat de la guerre en Ukraine passe par celui des clans russes

Plusieurs guerres simultanées sont menées aujourd’hui autour du conflit ukrainien. En Ukraine elle-même, une guerre chaude et sanglante. On dirait presque entre les putschistes de Kiev contre les loyalistes du Donbass. En Occident, une guerre d’influence et de prise de contrôle des Etats Unis sur l’Europe, qui a tourné à l’avantage des Etats Unis. En générale, une guerre idéologique qui débouche sur une guerre économique et politique entre les Etats Unis, envoyant en tête de proue les Etats inféodés, et la Russie, cela sur fond de conflit ukrainien. Et comme la clé de toutes ces confrontations est la vision du monde qui en découle, l’imbroglio se défera, en grande partie, en fonction de la guerre politique que se mènent les clans russes.

 

D’une part se trouve le néolibéralisme triomphant, qui ne veut d’aucun conflit pouvant porter atteinte à ses bénéfices et se moque du chef, qu’il soit russe, américain ou chinois, l’importe peu, son mode de fonctionnement est mondialisé. Il fait de l’argent, il est conditionné pour cela. D’autre part, l’on trouve les libéraux classiques, qui fonctionnent dans un cadre étatique national et ont besoin d’un Etat souverain et fort. Ils comprennent que perdre ce cadre conduit à la destruction des repères identitaires de la population.

 

L’alternative est donc relativement simple : soit la Russie oppose sa souveraineté, rejette le cadre économique mondialisé et doit renforcer son indépendance économique, soit la Russie fait l’impasse sur sa souveraineté et accepte la domination économique étrangère qui se transformera en domination politique à très court terme.

Et tout cela sur fond de conflit ukrainien, qui sert de catalyseur.

 

Les signes de la tension politique intérieure russe

La cristallisation de la tension intérieure en Russie est palpable. Deux évènements peuvent être relevés : le discours de Jirinovsky à Yalta le 14 août et la sortie médiatique de Chubais (le dirigeant de l’entreprise d’Etat Rosnano) contre l’escalade des sanctions économiques aujourd’hui.

 

Lors du Forum politique russe de Yalta, Jirinovsky a fait une intervention remarquée. La voici :

 

Avec Jirinovsky, il faut lire entre les lignes et écouter entre les mots. Dans le paysage politique russe, il joue le rôle du faux-opposant et du vrai clown politique. Mais il a parfois un rôle important de fou du roi, celui qui peut tout dire au Chef d’Etat en y mettant les formes de la farce. Et c’est justement ce rôle-là qu’il a tenu à Yalta il y a quelques jours. Enrobant son discours d’excès et de pitreries, il a pu faire passer un message très fort aux membres de la classe politique russe. Voici le decryptage des leçons historiques de Jirinovsky :

•la Russie a toujours peur d’attaquer, elle se place systématiquement en position défensive et elle doit subir de fortes pertes avant de finalement gagner ;


•la grandeur des hommes forts de la Russie éternelle fut de répondre fortement aux insultes, pour faire passer le message que l’on n’insulte pas la Russie sans risques, ils n’auraient pas envoyer un convoi humanitaire quand des russes se font massacrer ;


•la faiblesse de la Russie vient de la traitrise de ses élites, dont Chubais aujourd’hui est une figure-clée. La production doit être nationale, elle doit être au service de l’Etat, tout ne peut pas être importé. Evidemment, pour faire passer un tel message, en public et devant caméra, il vaut mieux l’entourer de pitreries et d’exagération. Mais le message est passé - il suffit pour cela de voir la face déconfite de certains participants

- et ce message est soutenu - il suffit d’entendre les applaudissements spontanés.

C’est le premier round. Le deuxième, juste après les négociations de Berlin du 17 août entre les ministres des affaires étrangères d’Ukraine, de France, d’Allemagne et de Russie, est la sortie médiatique de Chubais, l’incarnation de la destruction économique de la Russie dans les années 90, l’homme gris du néolibéralisme russe.

 

Depuis que la Russie a adopté des sanctions économiques contre les pays ayant eux-mêmes adoptés de nombreuses sanctions contre elle, le clan néolibéral russe monte au créneau. Et sur tous les fronts, les médias inféodés sont mobilisés, tout comme les réseaux sociaux. Attention, Strelkov sera candidat aux présidentielles et battra Poutine ! Attention, nous allons revenir au fameux "déficit", tout va manquer, on va faire la queue dans les magasins ! Attention, regardez, les camions d’aide humanitaire en fait sont vides, c’est louche ! etc, etc, etc. Aucune de ces sorties ne fut prise au sérieux et leurs auteurs se sont simplement décrédibilisés. D’autant plus que l’UE affiche des plans d’urgence face aux sanctions russes qui produisent leurs premiers effets sur l’économie européenne. Que l’Ukraine reconnait le caractère humanitaire du convoi. Que d’autres pays sont prêts à fournir la Russie en fruits et légumes. etc.

 

Mais ce clan n’est pas prêt à renforcer la production intérieure, le maître actuel du business mondial lui convient parfaitement, pourquoi en changer ? Donc, l’entrée personnelle de Chubais en scène est surprenante. Il apparaît peu sur le devant de la scène dans ce type de problème. Cela officialise, en quelque sorte, le conflit intérieur. C’est le deuxième round : il a fallu sortir de l’ombre et faire tomber le masque.

 

Les enjeux pour les différents clans

Or, les enjeux sont de tailles. Car ces figures incontournables du business d’Etat, qui sont à la tête des grosses compagnies, comme Rosnano, dirigent des compagnies, certes appartenant en partie à l’Etat, mais relevant du droit privé et ayant des compétences énormes en matière de contrôle du domaine économique dans lequel elles interviennent. Bref, elles fusionnent et l’exploitation et la réglementation du domaine d’activité.

 

Donc lancer Chubais faire une interview à Itar-Tass pour prêcher contre les sanctions économiques, notamment russes, en fait surtout russes, est un signe très fort. Il ne s’est absolument pas prononcé tant que la Russie était la cible des sanctions économiques. Mais il tire le signal d’alarme lorsque la Russie se défend. Surprenant, non ? Il est vrai que la situation se complique pour lui. D’une part, il doit remplacer un fournisseur à cause des sanctions, d’autre part la Procuratura générale a lancé une enquête contre lui début juillet, pour détournements de fonds et diverses fraudes, notamment à l’impôt. Comme ça, d’un autre côté, si jamais les fraudes sont prouvées, il pourra toujours se présenter comme une victime des répressions politiques.

 

L’impact pour le conflit ukrainien

Mais tout cela a un impact presque direct quant à l’issue possible du confit en Ukraine. Tout d’abord, on notera que cette montée en puissance médiatique du conflit intérieur russe s’est déroulé juste "autour" des négociations de Berlin sur le contrôle des frontières russo-ukrainiennes, un cessez-le-feu et le sort du convoi humanitaire russe toujours en attente à la frontière.

 

Jirinovsky a fait passer son avertissement juste avant. Lors de la conférence de presse ayant fait suite à ces négociations, il est apparu que rien n’a été réellement obtenu - sauf peut être en ce qui concerne le convoi humanitaire. Et Chubais apparait ensuite.

 

Si le clan Chubais gagne, Novorossia n’a que quelques heures à vivre et tout le monde fermera les yeux sur le massacre qui s’en suivra. Les crimes déjà commis seront oubliés, puisque traditionnellement on ne juge pas les vainqueurs. Et à l’intérieur, de la Russie, une certaine destabilisation politique est à attendre. Je dirais même une destabilisation certaine.

 

Si le clan Chubais perd, une réelle pacification et stabilisation de la situation est envisageable, car l’armée ukrainienne est en mauvaise posture, le moral des troupes est au plus bas et bientôt des négociations internes devraient avoir un sens. Mais la pression est forte. La presse libérale annonce des négociations directes entre Poutine et Poroshenko sous la pression de la Commission européenne, puis le porte-parole de Poutine dément. La guerre d’information est à son comble.

 

La pression exercée sur la Russie, depuis l’intérieur même, ressemble parfois à un dernier sursaut. Mais sera-t-il décisif ? Le combat pour l’Ukraine, c’est aussi le combat pour la forme de gouvernance en Russie.

Karine Bechet-Golovko

mardi 19 août 2014

Russie politics

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires