Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 22:33

Quelques aspects du programme du Binôme UMP Udi mais également de leurs principaux concurrents

 

En nous proposant  une meilleure gestion pour l’Essonne les candidats UMP Udi ne font  qu’enfoncer une porte ouverte  Pouvaient ils écrire le contraire ? 

 

Ils énoncent ensuite  très clairement leur volonté da palier les carences de l’Etat par le recours à des capitaux privés qui ne vont que là ou il y a une rentabilité  garantie par des salaires  et un statut moins protecteur  que pour les emplois qui sont supprimés par la disparition progressive  des vrais services publics.

 

Ils n’écrivent pas autre chose que leur concurrent Petitta (PS) qui se  fait le chantre de   l’économie sociale et solidaires (ESS) qui  se développe au rythme de la casse des acquis sociaux.

 

Contrairement à ce qu’il prétend le poids de  L’ESS est négligeable  en matière de production manufacturière et agricole, absent dans de la production industrielle et manufacturière qui font la puissance d’une économie. Elle   n’équivaut pas à 10 % du PIB mais à peine  la moitié consulter le rapport Fremeaux qui date 2013 :

http://www.economie.gouv.fr/files/rapport-fremeaux-ess.pdf

 

. Elle n’est  qu’au mauvais palliatif malgré le dévouement de ces centaines de milliers de bénévoles qui ne cessent de dénoncer l’insuffisance des moyens dont ils disposent.  

 

 Priorité à l’emploi ajoutent-ils mais lequel ? Dans la production ou la commercialisation de produits importés ?

 

Au-delà de l’autosatisfaction affichée quel est le bilan de la communauté d’agglo du val d’orge en la matière ? Au plan national c’est la dégringolade.

 

Ils dressent un bilan flatteur de leur action en faveur du développement du très haut débit qui tarde à venir mais ne disent pas  que  les fournisseurs d’offres, privés, laissent  aujourd’hui l’aménagement des zones les moins rentables à la charge des collectivités territoriales, département, agglomération, communes , par conséquent aux contribuables  pour s’approprier la part du Roi alors que par le passé le   Service Public elles été en mesure  de raccorder le moindre hameau, une ferme isolée au réseau téléphonique.

 

Transports : Ils proposent de renforcer les réseaux, voire de créer de nouvelles liaisons pour améliorer les transits, est ouest,   nord sud.

 

La solution durable ne consiste pas à élargir l’emprise de la nationale 20 départementalisée, ou à doubler le nombre de voies  entre Orléans et Paris qui n’y résisterait pas, mais à améliorer l’existant en termes qualitatifs tout en réduisant  les migrations biquotidiennes en créant des emplois et des logements sociaux là ou il n’y en a pas assez, en  réaménageant le territoire national pour réduire les disparités de développement et non pas en le saucissonnant  en grandes régions concurrentes sous la coupe de l’Union Européenne. (Voir également l’article: Comment réduire la facture énergétique http://jafreyvil.over-blog.com/2015/03/reduire-la-facture-energetique-est-possible-necessaire-et-urgent.htm

 

Les enfants :

 

Futurs adultes épanouis ou petits boulots, précaires, chômeurs.. ?

 

Pour l’heure c’est l’échec scolaire, toujours des mêmes, qui domine : L’école doit être refondée, la formation des maître, le contenu des programmes, la pédagogie, tout est à revoir mais c’est de la compétence de l’Etat et de la responsabilité  des enseignants et des parents   pour peu qu’ils en prennent collectivement conscience.

 

Remettons l’outil informatique à sa juste place. Il l ne peut combler toutes les lacunes de notre système éducatif car sur le web on trouve tout et son contraire, le pire et le meilleur, ce qui nécessite des médiateurs informés à même de faire le tri et surtout de faire valoir les vrais valeurs de la République que les gouvernants d’hier et d’aujourd’hui bafouent.

 

Les communes et les départements ne sont en charge que de l’intendance et comme le pouvoir central (sic Hollande) a déclaré ne plus  vouloir augmenter les impôts d’ici 2017 pour nous chloroformer d’ici là,  encore une promesse fallacieuses car  la récession va s’accentuer, ce sont les élus locaux qui seront contraints de faire  croître les taxes sur le foncier bâti et l’habitation ainsi que le tarification des services rendus  pour simplement éviter leur dégradation.

 

Garantir de meilleures conditions d’accueil pour les seniors et les familles, répondre aux besoins des personnes handicapées…

 

Tout est possible à conditions d’en avoir les moyens mais il est à craindre  que nous en reparlions dans les mêmes termes à la fin du  mandat. (Voir sur ce sujet l’article pas de miracle à attendre : http://jafreyvil.over-blog.com/2015/03/a-propos-des-elections-departementales-premier-tour-22-mars-2015.html

 

Ils fort louable de vouloir consulter et associer les représentants des handicapés aux décisions qui les concernent, ce serait encore mieux en consultant et en associant les handicapées eux-mêmes, ce que madame le maire Villiers sur Orge, candidate suppléante, a omis de faire pour présenter son projet de maison médicale à la veille du dépôt de permis de construire sans la moindre concertation préalable avec les villiéraines et les villiérains,  pourtant les premiers concernés.

 

Au cours de l’échange qui a clôturé la réunion madame Duranton faisant état d’un projet de maison de retraite départemental à 60 euros jour, 1800 euros mois, il a été observé qu’elle serait difficile d’accès pour les retraités actuels dont le revenu médian est inférieur à 900 euros mensuels. Elle  a rétorqué que c’était encore pire, elle n’a pas été contredite. Dans ces conditions  comment s’étonner que des seniors viennent concurrencer les plus jeunes, précaires ou sans emplois sur le terrain de l’intermittence et des petits boulots ?

 

Pour conclure :

 

Rappelons encore que ces « frères  ennemis » l’espace d’une campagne électorale, partagent la  responsabilité du marasme (la crise) dans laquelle nous pataugeons, ne dégainent les fleurets mouchetés qu’à la veille des consultations électorales, se combattent sur la forme pour obtenir ou préserver quelques strapontins puisque le pouvoir réel est ailleurs.

 

Les réductions de crédits qui asphyxient aujourd’hui les collectivités territoriales ne datent pas d’hier (voir encore l’article pas de miracle à attendre id supra) mais elles ont été accentuées par le gouvernement  Fillon UMP- Udi en 2011, relayées par la Région et le département de l’Essonne à majorité socialiste et apparentes acceptées sans coup férir   par les majorités quelles qu’elles soient.  

 

Pour clore merci aux élus Agir pour Villiers de donner  le bilan de la société spécialement créée pour l’opération  Clos de Brinvilliers. Le présenter après impôt eut été préférable. Mais en en retirant un bon tiers il reste encore confortable : 4,5 millions d’euros  comparé au million du PUP même en y ajoutant le montant de la coulée verte cédée gratuitement à l’agglo du val d’orge pour aménagement.

 

Regrettons d’autant plus que ces chiffres n’aient pas été portés à la connaissance des élus ni par la majorité municipale, dont monsieur Dhondt était partie prenante jusqu’à ce qu’il en soit exclu en fin de mandat, et que madame le maire ait répété à chaque sollicitation « c’est le domaine réservé de l’aménageur privé », monsieur Simons affirmant péremptoirement que cette société pouvait donner plus sans, jamais,  apporter le moindre élément d’appréciation.

 

Les villiéraines et les  villiérains sont en droit d’exiger des explications sur ce qui semble, à partir de ces quelques informations, un marché de dupes. Mais la terre tournera encore, le lendemain des élections  il  sera possible d’apporter les précisions qui s’imposent.

 

Notons enfin que si Marianne Duranton se réclame de l’Udi, son colistier  affublé du label associatif a, en quelques mots, prouvé  à ceux qui pouvaient en douter, qu’il était un  sarkoziste convaincu.

Partager cet article
Repost0

commentaires