Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 15:06

L' austérité conjuguée au plan local

 

Le 14 avril dernier la majorité municipale a adopté les différents budgets pour l’année en cours  sans augmenter la pression sur les ménages autrement qu’au travers une hausse du coût des prestations servies par la commune adoptée en décembre dernier.

 

Les propositions de madame le Maire ont été entérinées sans la moindre modification de la part de ses  colistiers : Logique ils sont programmés pour être aux ordres. Les membres de opposition se sont  montrés satisfaits des quelques maigres précisions qui leur ont été apportées.

 

Aucune motion de protestation contre l’étranglement financier des collectivités territoriale n’a été proposée.

 

Pourtant, point n’est nécessaire d’être grand clerc  en la matière pour constater, eu égard aux BP 2013 et 2014, que les ouvertures de crédits inscrites en dépenses ne font que traduire l’accélération de la politique d’austérité imposée aux collectivités territoriales par l’Union Européenne, relayée par le gouvernement et les différents échelons administratifs que sont la Régions et le Département.

 

 A Villiers sur orge la majorité, Renouveau solidaire et  l’Union pour Villiers (la mouvance social libérale) ont validé ces dispositions lors du mandat précédent  au travers du système dit de « critérisation » des subventions qui n’a jamais été sérieusement contesté ni par la droite ni par les différentes composantes de la gauche.

 

De cet aspect madame le maire en a appelé à  la  majorité départementale,  nouvellement élue,  qui  ne pourra cependant y mettre fin que dans le mesure ou elles disposerait de l’allocation  des moyens  nécessaires ce qui est impensable dans le cadre des contraintes budgétaires imposées par l’Union Européenne. Augmenter les taxes Départementales, et Régionales en cas de changement de majorité en fin d’année, équivaudrait à un suicide  politique de la part de L’UMP et de ses alliés avant l’élection présidentielle, après celui du PS. La belle aubaine pour le Front National.

 

Ainsi cette année les crédits destinés à l’entretien du patrimoine sont une nouvelle fois rognés en attendant le prochain tour de vis alors que dans les quartiers anciens  l’environnement se dégrade, ce que les élus ne peuvent constater puisqu’ils ne vont pas sur le terrain ou si peu.

 

244 509 euros, l’excédent de fonctionnement de 2014, ont été réservés pour faire face aux urgences mais ils seront utilisés d’autant plus parcimonieusement qu’ils sont prévus pour    dégager un excédent de fonctionnement en fin d’exercice car 2016 sera pire encore que 2015 en particulier pour ce qui concerne la charge de la dette.

 

Les subventions à la vie associative stagnent alors que la population a augmenté,  y compris celle destinée au  Centre communal d’Action Sociale,  ou régressent, seul le montant des indemnités versées aux élus progressent de 10 % : On est jamais si bien servi que par soi même.

 

Les charges de personnels varient peu par rapport à 2014 par contre l’état des effectifs ne fait ressortir qu’un équivalent temps plein de 65,5 agents pour 87 emplois budgétaires alors qu’en 2013 les chiffres respectifs étaient 84 pour 75 ETPT c'est-à-dire  avec présence physique annuelle des agents.

 

De deux choses l’une soit le temps partiel et l’intermittence ont été développés, auquel cas le chapitre budgétaire aurait du baisser à proportion, soit il y une erreur administrative.   

 

Les intérêts de la dette  couverts, la section de fonctionnement   a  été adoptée en équilibre  au prix  de  la quasi disparition de la capacité d’autofinancement.

 

En section d’investissement les recettes proviennent des restes à réaliser de 2014,  546 452, 05 euros, du remboursement de TVA versée l’année précédente 843 1999,05 euros, d’un reste à réaliser sur des cessions à hauteur d 49 375,00 euros et d’un transfert  de la section de fonctionnement pour 99 261 euros soit au total 1 538 288 euros ventilés comme suit en dépenses :

 

Restes à réaliser sur 2014 plus propositions nouvelles 1 057 282,11,  remboursement de l’annuité du capital de la dette 300 000, 00 euros,  provision pour  dépenses imprévues 100 052,52 euros, 10 685,00 euros pour opération patrimoniale, solde d’exécution négatif 70 268,37 total  : 1 582.288 euros.

 

En l’absence de transfert de la section de fonctionnement vers la section d’ investissement l’annuité du capital de la dette sera couverte cette année, procédure inhabituelle,  par  le remboursement au titre du fonds commun TVA. C’est dire l’état de décrépitude des finances communales.

 

Signalons en outre que l’équilibre de la section d’investissement  n’a pu être obtenu qu’à la suite d’un tour de passe-passe qui a consisté à reporter une fraction de la charge de la dette sur 2016. C’était de bonne guerre, pour sauver les apparences. Mais n’est ce pas aussi survivre d’expédients ? Et, en  quelque sorte, sans autre forme de procès, une fuite en avant vers le pire à venir, en attendant la suite…

 

La présente analyse a été réalisée d’après les notes prises lors de la séance du conseil, complétés par les documents, écrits  en très petits caractères, affichées sur les panneaux municipaux, souvent  tagués,    inaccessibles aux handicapés et aux personnes de petites tailles.

 

Elle devra être complétée à partir des  documents consultables sur demande écrite  à conditions d’y retrouver tous les éléments qui, en tant qu’aide à la décision,  ont été à la base de l’élaboration du budget pour servir ensuite d’aide à la gestion.

 

Mais ceci est une autre affaire. D’ailleurs il est permis de douter qu’ils aient été portés à la connaissance de tous les élus y compris ceux appartenant à la majorité.

 

Cependant, madame le Maire, en équilibrant  dépenses et recettes sans augmenter les taxes locale, a gagné son pari, par un heureux concours de circonstances, il faut le souligner, qui ne se reproduira pas. Lorsqu’elle prétend  que des économies étaient possibles, sans nuire à la qualité des services et à la maintenance du patrimoine, soutenue en cela par l’opposition,   nous  pourrions   lui rétorquer que depuis huit années qu’elle occupe la plus haute marche du podium Villiérain elle a beaucoup gaspillé. Alors   que beaucoup des choix qui ont été faits ne s’imposaient pas, des besoins encore plus importants ont été négligés.

 

Le nouveau mandat avance dans la continuité…

                                                                                                        Jack Freychet

Partager cet article
Repost0

commentaires