Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 10:35

Jean-Michel Vernochet a reçu, Valérie Bugault, docteur en droit, spécialiste des questions européennes, pour un entretien sur la situation de la Grèce, à trois jours du référendum organisé par Tsipras. Que faut-il penser de la situation économique de ce pays, de sa dette publique, et des dettes de tous les pays occidentaux. Bien des idées fausses vont tomber à l’écoute de ce dialogue passionnant.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jack Freychet 14/09/2015 15:25

Je ne sais ce que se sont dit Poutine et Tsipras dans le creux de l’oreille. Ne maîtrisant pas l’anglais je n’ai pas été en mesure de retrouver et d’apprécier la citation dans le contexte par contre elle est issue du site du Comité Orwell, du prénommé George, un anglais fils de « bonne » famille qui fit des études à Eton financées par les gains accumulés dans les colonies, l’Inde en particulier.

Sans doute par réaction il en arrive à stigmatiser l’impérialisme anglo-saxon, mais également et sans discernement les totalitarismes hitlérien et stalinien, ce qui classe déjà son homme.

Troskyste mâtiné d’anarchisme c’est tout naturellement qu’il rejoint les rangs du POUM, durant le guerre contre le franquisme (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste) dont l’appellation montre qu’il était lui-même à vocation totalitaire.

Le fait est que les principaux dirigeants du POUM, qui avait pour objectif de vouloir tout et tout de suite, résolument anti-bolchevik, ont toujours refusé de soumettre à un commandement unifié durant la guerre d’Espagne.

A l’origine du comité Orwell il y a également Figarovox qui excelle en matière de désinformation ( voir Quatrepoint).

Pour moi George Orwell, qui a été remis sur le devant de la scène par un film de Ken Loach sort du même tonneau que les bobos actuels, qu’ils soient de gauche ou de droite il avait les mêmes interprétations fallacieuses. Qui se ressemble s’assemble même par contumace.

Je n’accorde pas le moindre crédit à leurs assertions pour cette raison bien sur mais il y en a d’autres.

Tsipras a toujours été un social démocrate européiste convaincu et par conséquent je ne le vois pas succomber aux sirènes poutiniennes, voire des BRICS qui auraient pu participer au « dépeçage » de l’économie Grecque s’il n’avait été mis sous contrôle de l’union Européenne !

Varoufakis, atlantiste proche des USA, n’aurait fait qu’opter pour une tutelle différente.

Secondement, pour des raisons historiques ajoutées au contexte actuel la Russie n’y avait pas intérêt sur les court et moyen terme.

Les accords de Yalta avaient laissés les pays baltes, les Balkans sous zone d’influence soviétique. On voit ce qu’il en est advenu.

Je devrais revisiter mon Histoire mais il me semble bien que la Grèce soit restée chasses gardée de l’occident qui avait contraint les soviétiques à retirer leur soutien à la résistance grecque sur le point de contrôler l’ensemble de la péninsule après le fin de la guerre contre l’Allemagne nazie.

Mettre les pieds en Grèce, ne serait-ce qu’au plan économique, vaudrait pour la Russie, acceptation de la caducité des accords de Yalta et reviendrait à valider le droit d’ingérence et par conséquent cautionner l’invasion de l’Ukraine et l’instauration des grands marché transocéaniques…

Les choses auraient été différentes si la Grèce avaient retrouvé sa souveraineté nationale et monétaire.

Philippe Moreau 13/09/2015 10:22

Tsipras, lâché par Poutine, le jour même du référendum ?
Si les faits étaient été avérés (voir article : https://comiteorwell.wordpress.com/2015/07/24/136/), le retournement (souvent qualifié de trahison) de Tsipras prendrait une autre dimension.
En effet, si, au moment le plus fort de la crise, Poutine a bien refusé la demande de prêt de 10Milliards que Tsipras lui "aurait" demandé pour retourner à la Drachme, on peut imaginer tout le bénéfice qu'il peut tirer auprès de Mme Merkel qui lui devrait alors une fière chandelle. Cela ouvrirait également des perspectives sur un axe Allemagne-Russie qui chamboulerait pas mal le paysage géo-politique actuel. Si quelqu'un a d'autres détails sur ce sujet, merci d'avance.