Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 09:08

«Traumatisés» d’avoir été «traités comme des bandits», les salariés d’Air France poursuivis pour violence sortent du silence pour la première fois. Ils s’estiment désignés «coupables avant d’être jugés», par le gouvernement et la compagnie, qui a voulu selon eux «faire un exemple» pour éteindre la révolte.

 

Dix jours après le comité central d’entreprise d’Air France interrompu par de violents débordements, quatre d’entre eux ont rencontré un journaliste de l’AFP. Seuls deux ont parlé, lors de cet entretien qui sera «le premier et le dernier» accordé aux médias, prévient Mehdi Kemoune de la CGT, présent à leur côté.

 

Visages fermés, traits tirés, aucun ne souhaite s’étendre sur son rôle dans la manifestation du 5 octobre au siège d’Air France, contre les 2.900 suppressions de postes envisagées, qui a dégénéré.

 

Sous la double menace d’une condamnation pénale et d’un licenciement, les salariés incriminés l’affirment : «on n’a rien fait», d’ailleurs la police n’a «pas assez de preuves».

 

Deux dirigeants d’Air France avaient alors été molestés et obligés de s’enfuir, leurs chemises déchirées, en escaladant des grilles. Quatorze plaintes ont été déposées après ces violences: neuf émanant de vigiles et cinq de cadres de l’entreprise.

 

«Je ne regrette pas d’avoir participé à une manifestation pour sauver mon boulot», lâche simplement David (prénom modifié). «On est venu là pour nos emplois, pas pour casser».

 

Le nouveau plan de restructuration, «c’est une catastrophe sociale», dit Mickaël (prénom modifié). «C’est des divorces, des pertes de maison, de vie... c’est injustifié», soupire-t-il.

 

Tous gardent en mémoire la date du «12 octobre», jour de leur interpellation, à l’aube et devant leurs familles.

 

Après une nuit de travail, Mickaël trouve trois policiers devant son domicile, peu après 6H00 du matin. «Ils ont fouillé chez moi, j’avais l’impression d’être un terroriste».

 

«Le pire c’est pour les enfants», qui s’interroge selon lui: «Il a disparu papa, qu’est-ce qu’il a fait?»

 

Direction la Police aux Frontières (PAF) à Roissy, en charge de l’enquête, pour être interrogés.

 

David se dit personnellement «traumatisé par la garde à vue». «Nous aussi on s’est fait violenter», alors qu’une simple convocation suffisait selon eux.

 

Depuis sa sortie, mardi soir, il affirme voir un psychiatre. «Je ne dors pas vraiment, je ne mange plus», dit-il dans un souffle.

 

«Je n’ai jamais eu de problème avec la justice, c’est vraiment dur psychologiquement d’être traité comme un bandit», poursuit Mickaël.

 

- «Plus bas que terre» -

A plusieurs reprises, ils affirment que leur «présomption d’innocence» a été balayée dans le flot de réactions qui ont suivi le 5 octobre. «Des voyous», avait notamment tonné le Premier ministre Manuel Valls.

 

«Nous sommes coupables avant d’être jugés, même par les médias et par Valls», se plaint Mickaël. S’il est innocenté, espère-t-il un «soutien» du gouvernement? «Si un jour on a des excuses c’est déjà bien, on a été mis plus bas que terre».

 

«Le plus dur à vivre c’est pour la famille, ça passe très mal», ajoute David.

 

Le chef du gouvernement a assuré jeudi au Sénat qu’il «ne peut pas y avoir d’impunité (...), à l’égard d’actes qui méritent une sanction judiciaire et des sanctions dans l’entreprise».

 

Les cinq salariés, âgés de 35 à 48 ans, seront jugés le 2 décembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des «faits de violences en réunion». Ils ont également été mis à pied jeudi à titre conservatoire, sans solde.

 

«Une double peine», pénale et disciplinaire, tranche David.

 

Mickaël va plus loin. «On sert de boucs émissaires, Air France a voulu faire un exemple en disant si vous vous rebellez, vous aurez le même traitement ».

 

En suspendant leurs salaires, la direction de la compagnie «nous prend ce qui nous fait vivre». «Ce qu’on demande, ajoute-t-il, c’est de pouvoir continuer à travailler» pour Air France, «une société que j’aime».

 

José Fort
16 octobre 2015

Le blog de José Fort  via comité Valmy

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe Moreau 21/10/2015 10:34

Tout est fait pour que la situation (à Air France et au delà) s'envenime. Le traitement subi par ces salariés est une provocation. Il y a donc fort à parier que ces confrontations vont se multiplier. La majorité silencieuse va être 'stressée' par les médias qui savent faire le Spectacle, un remake moderne des jeux du cirque où l'on voit des esclaves se faire "défoncer la gueule" et humilier par d'autres esclaves (vigiles en tête) et cette France soumise souhaitera et soutiendra, de fait, la répression qui se prépare et qui est pour le gouvernement le seul moyen de crever l'abcès. Pour un moment en tout cas.

jack Freychet 22/10/2015 10:52

A bien des indices je pense que l’abcès ne va pas crever mais éclabousser l’actuelle majorité et ses satellites, Hollande est au plus bas dans les sondages et ne s’en remettra pas. A droite, et c’est là le danger le plus important, Juppé qui ne vaut pas mieux que les autres tente de prendre la corde face à Sarkozy et Fillon. Le Front national parlant d’une impossible sortie groupée de l’UE fait de « l’agit prop », sans plus, pour augmenter son audience électorale éventuellement accaparer une ou deux régions ce qui placerait son candidat en meilleure position en 2017.

En prévision des régionales le m’pep vient de faire une proposition intéressante consultable ci après :
http://www.m-pep.org/Les-5-enjeux-des-elections-regionales-de-decembre-2015#outil_sommaire_0

Elle est de nature à interpeller les abstentionnistes, de plus en plus nombreux, mais également les anti européistes dispersés à droite comme à gauche, incapables d’atteindre la taille critique leur permettant de constituer une réelle force d’opposition au parti de l’étranger constitué des collabos du capital. J’ajoute que Nikonoff a écrit un ouvrage argumente sur la sortie de l’Euro ou il rejoint sur l’essentiel Sapir et Lordon en particulier, voire même Asselineau et L’UPR avec comme objectif la constitution d’un Rassemblement ou Front commun contre tous ceux, ou qu’ils se trouvent, qui nous conduisent à la catastrophe, en chemise la corde au coup tels les Bourgeois de Calais avec en prime un bâillon sur la bouche.

Face à l’extrême calamité il faut savoir faire l’impasse sur quelques divergences secondaire pour aller à l’essentiel ainsi que l’avaient fait ceux qui ont jeté les bases du Conseil national de la résistance durant la seconde guerre mondiale.