Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 17:32

Résistance et contre attaque

 

De la part d’un prolo,  lui même issu de prolétaires de souche paysanne  ce qui, soit dit en passant, fait plonger  la saga familiale dans  la seconde moitié du 19 ème siècle sans autre médiation que la transmission orale du vécu.

 

« La terre à celui qui la travaille » était un slogan repris régulièrement, et pour ces gens là,  le système Kolkhozien, de type coopératif, n’était pas un repoussoir.

 

Compte tenu des contraintes qui pèsent sur eux,  les  agriculteurs et les éleveurs de notre pays contraints de travailler à perte « ou-et » de disparaître, c'est-à-dire de se mettre pieds et poings liés au services d’une entreprise capitaliste ou de lui brader leur  patrimoine foncier et leur cheptel1, regarderaient à deux fois si on leur proposait  l’instauration  d’un système qui leur permette de pérenniser leur force et leur outil de travail tout en améliorant leurs revenus puis de disposer d’une retraite correcte, plutôt que d’aller grandir le nombre des chômeurs, précaires et autres.

 

A défaut de reprise de l’exploitation par les héritiers en ligne directe, le foncier revenant à l’Etat en contre partie d’une juste indemnisation, à charge pour lui d’en concéder à nouveau l’usufruit.

 

Il est possible, sous des formes adaptées, d’étendre le processus à d’autres corps de métiers, dont nul n’est aujourd’hui en mesure d’assurer un emploi durable. D’ailleurs il est prévu que dans le cadre le la concurrence dite libre et non faussée, les CDD, c'est-à-dire la précarité, deviennent la règle et que le code du travail soit réduit à la portion congrue avant  de disparaître de sorte que les salariés deviennent taillables et corvéables à merci, jusqu’à être jetables sans indemnisation. (Voir à ce sujet l’analyse du  projet de loi khomri  par la CGT)

 

Tous dans la même galère

 

Quelle différence entre les producteurs laitier auxquels l’UE interdit de se regrouper pour négocier collectivement le prix de vente de la traite et les salariés qui se voient octroyer la faculté de renoncer aux  35 heures, entreprise par entreprise, service par service, voire individuellement… ? 

 

La mise en concurrence de travailleurs à statuts différents : Les micro entreprises qui bénéficient d’une fiscalité et de taux de cotisations sociales allégés face ne peut que multiplier et exacerber les confits  et les entreprises individuelles classiques. Il est possible de multiplier les exemples (cas des taxis)… L’ubérisation en cours et le système D ne sont pas la solution même si ça permet de temps à autres de mettre du beurre dans les épinards.

 

Le Medef attaque tous azimuts avec la bénédiction d’un pouvoir politique, soi disant de gauche, mais à la solde des financiers (Terme générique) et des transnationales. Pour réduire le coût du travail. Ils  restreignent  de concert les cotisations sociales patronales, partie de salaire mutualisée,  et par conséquent  les prestations qu’elles permettent de couvrir,  ce que les petits patrons, les artisans apprécient en tant qu’ultime bouée de sauvetage sans même percevoir qui subissent les conséquences de l'érosion du pouvoir d'achat des salaires, retraites et pensions...  Les salariés, phagocytés  par ce qu’ils croient être la fatalité payent plus du moins ceux qui le peuvent pour se soigner moins.

 

Il en sera ainsi autant que nous n’auront pas réussi à nous émanciper des contraintes des traités européens pour retrouver notre souveraineté monétaire et les marges de manœuvre qui en découleraient…

 

Tenter de négocier un compromis est voué à l’échec. Cameron n’y a recouru que pour jeter de la poudre aux yeux de l’opinion publique, aux prétextes fallacieux d’une part de défendre un système de protection sociale dont il poursuit le délabrement, d’autre part pour préserver la City et les paradis fiscaux, situés dans les Iles Britanniques, qui ne sont en rien menacés par l’union Européenne dont les nantis tirent  profit à notre détriment au même titre que la famille royale Britannique.

 

C’est la voie dans laquelle s’est engagé la classe politique française dans sa globalité,   y compris ceux et celles qui suivent encore la direction du  PCF dans ses errances droitières.

 

Son opposition interne, morcelée en diverses tendances encore plus que ne l’était le Parti communiste de l’Union soviétique,  manifeste son impuissance à inverser le cours des évènements. Ceux qui l’ont quitté  cherchent en vain quel est le meilleur panache rouge, à défaut le  dénominateur commun acceptable par le plus grand nombre possible de nos concitoyens. Ajoutons cependant à condition  de ne pas  déroger aux  fondamentaux  marxistes, ou il n’est pas écrit que la prise du pouvoir doive être le fait d’une minorité agissante, mais en fonction   de l’état de l’opinion, qui en  l’état interdit toute avancée autrement qu’à petits pas  en évitant les déviances qui conduisent à faire deux pas en arrière après en avoir fait un en avant.

 

Pratique  à ne pas reproduire car dans l’ex Union soviétique elle a progressivement, dès la disparition de Staline, puis très vite dans les années 80 abouti au rétablissement du capitalisme sauvage sous les applaudissements de l’occident jusqu’à ce que Poutine remette un semblant  d’ordre dans la maison. 

 

Tâche ardue pour nous aussi, mais nécessaire, afin d’être à même de soumette une réelle alternative aux électrices et aux électeurs lors des prochaines présidentielles. C’est le préalable à la constitution d’un rassemblement,  d’ou pourrait émerger, à l’exclusion des illusionnistes et des fossoyeurs de la république, un « groupe  dirigeant pluraliste » à même de dépasser des divergences secondaires pour en rester à l’essentiel, chargé de coordonner la préparation des prochaines présidentielles.

 

Ensuite et seulement ensuite, il sera possible de retenir, sur la base d’orientations précises, anticrises et non pas du genre cautère sur une jambe de bois, le candidat ou la candidate, intellectuellement honnête, qui ne renie pas ses engagements dès le lendemain du scrutin,   chargé de les faire vivre durant la campagne électorale.

 

Qui osera s’engager dans cette voie surtout  en prendre l’initiative?

 

ça urge sinon nous n’aurons, en 2017, de choix  qu’entre  l’abstention et la poursuite de l’austérité prônée par les  partisans des mesures d’exceptions, le Parti socialiste, la Droite et le Front National. Mesures, dont chacun devrait le savoir, ne sont pas à l’intention des seuls terroristes islamistes mais également destinées à contenir l’inévitable révolte sociale qui se manifestera tôt ou tard…

 

Il reste dans notre pays des hommes et des femmes qui ont cette envergure en particulier ceux et celles qui animent les luttes contre la casse de l’emploi, l’érosion de notre protection sociale, le délitement de la France

jusqu’à sa disparition en tant qu’Etat.

 

A tous ceux qui refusent l’abandon de la monnaie unique que constitue l’Euro il est aisé de rétorquer que les BRICS  ne disposent pas, du moins pas encore de monnaie unique, et  que les sanctions et la dévaluation du Rouble, comme des autres monnaies de ces pays,   par rapport à celles de l’occident sont une incitation au développement de leurs appareils productifs respectifs pour une moindre dépendance de l’étranger, c'est-à-dire du capitalisme de séduction autre piège à cons.

 

Tous ne l’ont pas encore compris mais ça viendra.

 

Malgré un PIB par habitants, 6 ou 7 fois moindre que le nôtre le nôtre, Cuba est dans le groupe des pays dont l’Indice de Développement Humain (IDH) est le plus élevé. Dans ces conditions cela mérite d’être souligné.

 

Mais à ceux qui prétendent le contraire je rétorque que c’est  à la suite d’une saine gestion de l’embargo qui a incité les dirigeants cubains à diversifier les échanges et  développer les moyens de production intra muros tout en prenant des mesures protectionnistes à l’égard des tentatives d’intrusion des Etats Unis, afin que le ver ne s’insinue dans le fruit et finisse par le dévorer. Affaire de lucidité, de volonté politique et de soutien populaire.

 

Nous avons de la marge à condition de nous émanciper des traités qui régissent l’Union Européenne, d’interdire les mouvements spéculatifs de capitaux, de ranger l’euro monnaie unique dans le placard aux oubliettes et  relancer notre appareil productif afin de réduire nos importations à au strict nécessaire.

 

Cessons d'avaler des couleuvres  Aidons nous le ciel nous aidera…

 

1 Le cheptel comprend les animaux ou cheptel vivent, les bâtiments agricoles, les outils , l'ensemble de la machinerie ou cheptel mort.

Partager cet article
Repost0

commentaires