Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 16:10

La réaction de Fidel Castro au discours d’Obama au Gran Teatro.

Obama, notre frère

L’intégralité à l’adresse suivante http://www.legrandsoir.info/obama-notre-frere.html

Extraits,

 

Les rois d’Espagne nous amenèrent les conquistadores et maîtres auxquels furent assignés non seulement les aborigènes qu’ils obligèrent à chercher de l’or dans le sable des cours d’eau, une forme d’exploitation abusive et honteuse, mais encore des domaines circulaires dont on peut retrouver les traces vues d’avion dans bien des endroits du pays.

 

Le tourisme consiste aujourd’hui, pour une bonne part, à montrer aux visiteurs les beautés des paysages et à leur faire savourer nos excellents fruits de mer, mais à condition que ce soit en partage avec le capital privé des grandes sociétés étrangères dont les profits, sauf s’ils se chiffrent à des milliards de dollars par habitant…

 

…Obama, comme il l’a rappelé, naîtrait en août 1961, voilà plus d’un demi-siècle. Voyons donc ce que pense aujourd’hui notre illustre visiteur :

 

« Je suis venu ici enterrer les derniers restes de la Guerre froide dans les Amériques. Je suis venu ici tendre la main de l’amitié au peuple cubain. »

 

Il nous a ensuite assené une volée de concepts, absolument inédits pour la plupart d’entre nous :

 

« Nous vivons tous les deux dans un Nouveau Monde colonisé par les Européens. Cuba, tout comme les États-Unis, a été édifiée en partie par des esclaves amenés d’Afrique. Comme le peuple étasunien, le peuple cubain peut remonter jusqu’à ses origines aussi bien à travers les esclaves qu’à travers leurs maîtres. »

 

Les populations autochtones n’existent absolument pas dans l’idée d’Obama. Pas plus qu’il ne dit que la Révolution a liquidé la discrimination raciale ; qu’elle a offert une pension et un salaire à tous les Cubains avant que M. Obama ne fête ses dix ans ; qu’elle a éliminé à jamais l’odieuse habitude bourgeoise et raciste d’engager des sbires pour empêcher l’entrée des Noirs dans les centres de distraction ; qu’elle est passée à l’Histoire pour la bataille qu’elle a livrée en Angola contre l’apartheid, mettant fin en même temps à la présence d’armes atomiques sur un continent peuplé aujourd’hui de plus d’un milliard d’habitants, même si ce n’était pas là l’objectif que poursuivait notre solidarité, mais notre aide aux peuples d’Angola, du Mozambique, de Guinée-Bissau et d’autres pour qu’ils se libèrent de la domination coloniale d’un Portugal fasciste….

 

Je ne sais ce qu’Obama pourra bien dire de cette affaire. J’ignore ce qu’il sait et ne sait pas, quoique je doute qu’il ne sache absolument rien. Je lui suggère modestement d’y réfléchir et de ne pas tenter maintenant d’échafauder des théories sur la politique cubaine.

 

Je souhaitais en quelque sorte qu’Obama se conduise correctement, compte tenu de ses origines modestes et de son intelligence naturelle.

 

Autre point important : dans son allocution, Obama utilise des phrases on ne peut plus doucereuses :

« Il est temps de laisser le passé derrière nous. Il est temps de fixer ensemble l’avenir – un futuro de esperanza. Et ça ne sera pas facile, il y aura des reculs. Ça prendra du temps. Mais mon séjour ici à Cuba renouvelle mon espoir et ma confiance dans ce que fera le peuple cubain. Nous pouvons faire ce voyage en amis, en voisins, en famille, ensemble. Sí se puede. Muchas gracias. »

 

À entendre ces mots du président des États-Unis, chacun de nous risquait l’infarctus ! Et ce blocus impitoyable qui dure depuis quasiment soixante ans ! Et ceux qui sont morts dans les attaques de mercenaires à des navires et à des ports cubains ! Et l’avion de ligne rempli de passagers saboté en plein vol ! Et les invasions de mercenaires ! Et la foule d’actes de violence et de force !

 

Que personne ne se fasse des illusions : le peuple de ce pays noble et dévoué ne renoncera jamais à sa gloire et à ses droits, pas plus qu’à la richesse spirituelle qu’il a gagnée grâce à l’essor de l’éducation, de la science et de la culture.

 

J’avertis par ailleurs que notre peuple est capable de produire les aliments et les richesses matérielles dont nous avons besoin par ses efforts et son intelligence. Nous n’avons besoin d’aucun cadeau de l’Empire. Nos efforts seront légaux et pacifiques, car tel est notre engagement envers la paix et la fraternité de tous les êtres humains qui vivent sur cette planète.

Fidel Castro Ruz 27 mars 2016

Source : Gramma

http://www.granma.cu/reflexiones-fidel/2016-03-28/el-hermano-obama-28-...

Traduction J-F Bonaldi (La Havane)

Publié en Français par Le Grand Soir

 

Notes de JF :

 

Castro sait que le socialisme est plus facile à déconstruire qu’à construire. La restauration du capitalisme en URSS nous montre qu’il ne faut jamais baisser la gardel..

 

Le clan occidental, USA en première ligne, n’aura de cesse jusqu’à ce qu’il domine l’économie mondiale, d’est en ouest et réciproquement,  relire absolument « L’impérialisme  stade suprême du capitalisme » de Lénine publié il y a plus de 100 ans, En face la Russie elle aussi capitaliste tente de restaurer son périmètre de sécurité, tout en se prémunissant contre l’ingérence étrangère par mercenariat interposé, lire à ce sujet georges Corm   http://jafreyvil.over-blog.com/2016/04/qu-est-ce-que-le-jihad.html 

 

La Chine en route vers le socialisme avance à petit pas vers l’occident, au sud en réactivant la route de la soie au nord  via la Russie qui semble à l’heure actuelle à la recherche d’un compromis avec les USA ou le devenir Cuba ne pèsera pas lourd, pas même l’Amérique  du sud dont les composante devraient s’inspirer de Cuba pour tendre vers l’autosuffisance plutôt que trop miser sur des ressources naturelles dont les prix sont manipulés par les transnationales économiques financières et les apatrides politiques.

 

Que le peuple Cubain et ses dirigeants continuent sur la voie dans laquelle ils se sont engagés. Pour ma part je suis convaincu que s'ils ont progressé malgré l’embargo ils l'ont du  à leur lucidité,  leur vigilance face aux tentatives d'ingérences, à leur isolement ilien aussi, qui leur ont  évité bien des avatars, dans le cas contraire ils auraient subi un sort identique à celui de l’Union soviétique.

 

D’aucuns pourraient ajouter le poids de l’opinion internationale, de l’URSS à n’en pas douter jusqu’à sa disparition. A cela il convient de rétorquer que l’opinion occidentale  n’a jamais pesé d’un point déterminant  contre les crimes commis depuis des décennies un peu partout sur la planète au prétexte de la défense des droits de l’Homme, de la Démocratie et des Libertés sinon celle d’exploiter le travail humain pour en tirer le profit maximum ce que souligne Castro à contrario de beaucoup d’autres commentateurs naïfs ou faisant preuve de duplicité.

 

Fidel Castro est sans illusion quant aux objectifs visés par les Etats-Unis et leurs alliés, Obama compris, moi non plus. JF

Partager cet article
Repost0

commentaires