Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 17:48
Fausse socialisation mais vraie arnaque !

Par RICHARD PALAO mardi 22 novembre 2016

 

Alors que les inégalités s’accroissent, que 8 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, que le chômage de masse perdure, que notre système de protection sociale crée par le CNR voit sa couverture se rétrécir dangereusement … certains pensent avoir trouvé la solution pour venir au secours du capitalisme en crise systémique qui ne peut plus rien distribuer sous peine de disparaître.

 

À droite on propose le REVENU UNIVERSEL, financé par l’impôt qui se substituerait à toutes les prestations et allocations actuelles ; ce qui ne peut que recueillir l’assentiment du patronat puisque non seulement cela ne lui coûtera rien mais de plus lui permettra d’exiger la suppression des cotisations sociales.

 

D’autres, issus de la gauche, comme Bernard FRIOT l’économiste du PCF, et des syndicalistes de la CGT comme de la CFDT, proposent de mettre en place un SALAIRE UNIVERSEL qui serait versé à partir de 18 ans et jusqu’à la fin de vie.


Les tenants de ce salaire universel, prétendent l’imposer dans le cadre du système capitaliste, ce qui signifie qu’il ne remettent pas en cause la propriété privée des entreprises et donc que le patronat continuera à déterminer quelle part du profit il entend consacrer aux salaires. Le changement consiste donc à verser les salaires à une ou plusieurs caisses qui se chargeront de les répartir aux salariés.

 

Ce salaire universel n’est donc pas une proposition révolutionnaire susceptible de modifier le rapport capital /travail, puisque le rôle des travailleurs se limitera à se partager les miettes que le patronat aura consenti à leur laisser … ça s’appelle de la cogestion du capitalisme ou encore de la collaboration de classe.

 

De plus pour faire « moderne », les promoteurs du salaire universel assure que ce dernier permettra de « déconnecter » le salaire du travail, mais c’est ce que fait le patronat depuis des siècles en « déconnectant » le salaire des richesses produites et en refusant de payer la force de travail à son juste prix, faisant ainsi du salaire une simple allocation d’assistance permettant de faire tourner la machine.

 

La théorie est une chose, la pratique en est une autre : étant donné la multiplicité des métiers, des qualifications, des compétences ... est-il sérieux de proposer une échelle de salaire de 1 à 4 ( conf. B. FRIOT), la CGT et l’UGICT sont-elles prêtes à « vendre » cela aux salariés des entreprises privées, ces mêmes organisations syndicales sont elles prêtes à demander au personnel des entreprises publiques et aux fonctionnaires de troquer leurs régimes spécifiques de retraite contre un chimérique salaire continué (le salaire universel des retraités) ???

 

Plus grave : en se substituant au prestations du RÉGIME GENERAL, ce salaire universel va le mettre en danger de disparition et donc saper les bases de notre protection sociale UNIVERSELLE, car si tous les objectifs du CNR, notamment, L’ UNICITÉ et la gestion DÉMOCRATIQUE n’ont pas été atteints, celui de l’ UNIVERSALITÉ est une réalité puisque toutes les couches de la population en bénéficient : les familles, les chômeurs, les salariés, les non-salariés (commerçants, artisans, agriculteurs) etc.…

 

Or le salaire universel réservé aux seuls salariés fera sortir ces derniers du système UNIVERSEL actuel puisque les indemnités journalières maladie, les rentes AT, les pensions d’invalidité, les retraites seront remplacées par ce salaire à vie.
Avec ce salaire universel se seront donc les principes d’UNICITÉ, de SOLIDARITÉ ET D’UNIVERSALITÉ qui seront dynamités, et le patronat verra son souhait de supprimer les conquêtes du CNR réalisé.

 

Sans être pessimiste, nous allons vivre encore de nombreuses années sous le règne du capitalisme, en conséquence, faire comme si celui-ci était prêt à abandonner aux salariés la gestion de leur paie relève d’une dangereuse utopie : seule l’éradication du capitalisme permettra la SOCIALISATION intégrale et réelle du salaire.

 

Quel que soit le vocable : REVENU UNIVERSEL ou SALAIRE UNIVERSEL, le résultat est le même : la destruction de l’œuvre majeure du CNR - notre protection sociale UNIVERSELLE.

 

Notre sécurité sociale, notre régime général, ne sont ni ringards ni obsolètes, leur remplacement n’est donc pas à l’ordre du jour, ils doivent au contraire être confortés, améliorés pour aller vers une sécurité sociale UNIVERSELLE à 100 %.

 

Les salarié(e) s doivent donc se montrer vigilants, ne pas se laisser duper par de fausses bonnes solutions comme le salaire universel qui visent à faire croire que le capitalisme peut-être aménagé et qu’il n’est donc pas prioritaire de s’en débarrasser.

 

Addendum : Déjà des questions, mais d’autres à suivre et bien sur des réponses à venir de la part de ses promoteurs en particulier : Quels coûts, quels financement, qu’elles garanties pour ce qui concerne l’existant : S’agirait-il d’un laminage par le bas ou d’un nivelage par le haut des actuelles protections et prestations sociales sociales. S’agit-il, dans une période ou notre économie encadrée par l’union européenne s’étiole, de déshabiller les uns pour s’assurer d’une hypothétique paix sociale en faisant la charité aux autres.

Dans un premier temps ne lâchons pas la proie pour l’ombre. Les bonnes solutions passent par le refus des délocalisations, le retour progressif au plein emploi par la relance de notre production industrielle, manufacturière et agricole pour réduire le déficit de nos échanges avec l’union européenne.

Il est également à noter que la France qui fait la manche sur les médias dispose des moyens nécessaires pour assurer en permanence un logement d’urgence, et des conditions de vie décente pour les personnes en difficultés, les SDF en particulier, elle peut les faire croître en taxant les très  hauts revenus et les mouvements financiers spéculatifs jusqu’à les interdire. Jack Freychet

A suivre  et compléter…

Partager cet article
Repost0

commentaires