Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 13:34

18:13 31.01.2019(mis à jour 09:24 01.02.2019) URL courte

Fabien Buzzanca

11300

Spuntik France a reçu Gabriel Serville, député de Guyane, dans le cadre du grand débat national. Avec lui, nous avons abordé les problématiques liées à sa collectivité et ce presque deux ans après le mouvement social qui a frappé la Guyane. Il nous a également livré son sentiment sur la gestion par le gouvernement de la crise des Gilets jaunes.

«La priorité, c'est l'éducation. Je crois que tout passe par l'éducation et par la formation.»

Gabriel Serville, député de la première circonscription de Guyane, considère que le temps des débats doit laisser place à l'action. Il ne répondra pas présent à l'invitation lancée par Emmanuel Macron à plusieurs élus d'outre-mer à venir à Paris le 1er février pour le grand débat national. En 2018, les États généraux de Guyane avaient fait suite au mouvement social qui avait frappé le département et région. De nombreux débats avaient également eu lieu pour les Assises de l'outre-mer. Un événement qui «n'a pas abouti à grand-chose» pour le député. Il demande de mettre le paquet sur l'éducation dans un territoire à la population jeune et où le taux de chômage est très élevé. Formation, délinquance, coût de la vie, développement durable, Gabriel Serville a analysé pour Sputnik France les problématiques guyanaises. Il nous parle également de la loi anticasseurs, qu'il juge «démocraticide» et d'un Président de la République dont «la priorité n'est pas de redorer le porte-monnaie des petites gens». Entretien.

NB: Très bon début d'analyse qui néanmoins s'arrête au milieu du chemin car un pays, tel la France, dont toute les décisions aux plans financier et économique  sont tenues de respecter les critères de Maastricht; qui ne dispose pas des moyens nécessaires pour combler les écarts de ressources entre les différentes composantes des territoires qu'elle est censée administrer en est réduite à déshabiller Pierre pour habiller Paul ou et à faire croître son déficit budgétaire.

Pour Macron , le président des riches , la solution  consiste  réduire la protection sociale et détricoter le code du travail pour faire baisser les salaires et regagner des parts de marché à l'international mais tous les pays occidentaux font de même , ça ne peut fonctionner, et ne fait qu'ajouter à la précarité de l'emploi et au mal vivre d'une part toujours de plus en plus importante de la population d’où le mouvement des gilets jaunes que tous les mécontents du système doivent rejoindre, à tout le moins soutenir car il y va de l'intérêt du plus grand nombre.

Les européistes, dont les communistes,  accédant  au pouvoir , après  multiplié les promesses préélectorale seraient contraints de se renier , de faire la même politique que leurs prédécesseurs, ou de se démettre à défaut de nous avoir émancipé des contraintes de Bruxelles pour retrouver notre souveraineté monétaire. Jack Freychet

Partager cet article
Repost0

commentaires