Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 18:07

Etre Doyen peut être le pire et la meilleure des choses, j’en retiendrai le meilleur.

Evidemment, l’âge aidant, l’horizon se rétrécit  mais je ne commencerai pas, ce matin, comme don Diègue, celui du Cid, clamant « Oh, rage, Oh désespoir, Oh vieillesse ennemie » car je ne sens pas encore, du moins intellectuellement, du poids des ans l’irréparable outrage.

J ’apprécie, pour sur, à sa juste mesure le privilège que m’offrent les textes officiels de présider  cette partie de séance consacrée à l’élection du maire en l’occurrence une dame, il faut le souligner, qui a su attendre son heure pour empocher la mise, avec son équipe, après avoir souffert elle aussi du  reniement des engagements pris et de  basses manipulations qui déshonorent leurs auteurs.

 De tels agissements sont hélas monnaie courante à Villiers sur Orge depuis près de trente années, toujours de la part des mêmes ou de leurs clones.

Mes amis et moi en avions été victimes  lors des municipales de  1983 comme nous le sommes en permanence des pires outrances : Calomnions, calomnions il en reste toujours quelque chose.

Il en a été ainsi d’un des derniers tracts de campagne avec la relation, bien loin de la réalité des faits , d’une péripétie de gestion  pour faire accroire  que nous avions, la liste renouveau solidaire à gauche, un prévaricateur dans nos rang. C’est  un mensonge éhonté que dis-je, une infamie, dont nous aurions dû faire litière.

Cet ancien Maire n’a commis d’autre crime, après avoir très largement consulté la concurrence,  que de retenir l’entreprise la moins disante, c’est à dire la moins chère pour la réalisation des travaux de réhabilitation de l’ex futur point Poste, rue Jean Jaurès, alors qu’il aurait dû relancer une procédure conduisant inéluctablement  à la surenchère.

Comparé aux gaspillages du mandat qui s’achève ça méritait une réélection, brillante, ainsi que fut celle du Maire de Bordeaux après qu’il eut purgé sa peine. 

Mordant la ligne jaune, il avait enfreint la loi ? Il a été jugé responsable d’un vice de forme et sanctionné comme tel

Il n’en a tiré aucun bénéfice, son parti non plus. D’ailleurs si tel avait été le cas gageons que l’affaire aurait eu la Une de la presse. Une si belle occasion de se farcir le parti communiste après l’UMP ou ses prédécesseurs et le Parti Socialiste pensez donc. Par contre le recours engagé contre lui à l’initiative de messieurs Simons et Théron, ce sont là des termes génériques,  a grevé les finances de la commune.

N’en déplaise au code des marchés publics,  Claude Chevrier a fait réaliser des économies à sa commune. L’affaire ayant été jugée si peu importante qu’il est resté éligible, il n’y a pas d’inscription sur son casier judiciaire.

Son erreur, celle de ses conseillers fut de ne pas en avoir fait état publiquement. Il a été traîné dans la boue sans raison la veille du second tour, nous aussi par conséquent, ça demanderait réparation sur le pré ; nous nous contentons d’un tour de table.

Je mets au défi quiconque, pièces en mains y compris monsieur Simons, qui est un éminent sophiste, de démontrer le contraire. 

Il  existe une locution populaire qui en donne une définition   précise du sophiste. Je  pourrai vous la donner en aparté.

Nous avions traité ce texte par le mépris, nombreux sont celles et ceux, de tous bords qui ont fait de même, 642 électrices et électeurs nous ont conservé leur confiance Qu’ils en soient remerciés. 

Les auteurs ont été durement sanctionnés par le suffrage universel. Une partie de notre électorat,   déstabilisé, s’est abstenu.

J’ajoute que les mêmes se sont permis d’affirmer que le tennis couvert était truffé de malfaçons. En admettant que cette assertion soit avérée pourquoi n’ont-t-il pas fait jouer la garantie décennale qui est aujourd’hui devenue caduque ? Un de leurs soutiens incapable de déchiffrer les comptes du centre communal d’action sociale a eu l’outrecuidance de suggérer dans un tract que les crédits destinés à l’aide sociale avaient été multipliés par trois. C’est un fieffé menteur. 

Je pourrais multiplier les exemples, ce n’est pas le jour, si vous souhaitez en savoir plus je reste disponible, y compris sur Internet.

En aucun cas la FAIM de Pouvoir ne peut justifier des moyens de cette nature. L’assainissement des mœurs politiques est la condition sine qua non du recul de l’abstentionnisme, un peu de clarté, un souffle d’air pur leur seraient bénéfique. Fermons la parenthèse.

 Madame Leroux, au soir du second tour vous avez dit, à peu de chose près : « je suis prête à travailler avec les différents groupes ». Je vous en sais gré, nous serons au rendez-vous ; néanmoins une coopération fructueuse ne peut  prendre naissance et se développer sur la base  de non-dits.

 Je passerai sur le réflexe de peur que vous avez tenté de susciter, les hommes à la faucille et au marteau, au couteau entre les dents, une réminiscence du passé, mais vous n’étiez pas  seule.

 Une très large majorité de Villiéraines et de villiérains ont pu constater qu’en 18 années de mandat nous n’avons mangé personne et que notre sens du relationnel, comme du respect d’autrui  était bien réel sinon nous n’aurions pu durer.

D’ailleurs l’appartenance politique ne fut pas un des critère déterminant pour la constitution de la liste renouveau solidaire à gauche qui ne comprenait que huit encartés, encore n’étaient-ils pas tous en position d’éligibilité,  sur vingt sept candidats de sensibilités diverses mais tous progressistes, la plupart connus pour leur engagement dans la vie locale, leur capacité à travailler avec quiconque leur rendrait la pareille et surtout leur volonté de bien faire au service de leurs concitoyens.

Mais il y aurait peut être, aujourd’hui encore, comme du temps de l’occupation de mauvais français ? A l’époque, le général de Gaulle, condamné par Vichy, eut le courage et l’honneur d’être  un des leurs.

Je ne sais plus qui a dit seule la vérité est révolutionnaire, même si le qualificatif ne vous agrée pas, le mot Vérité a pour vous aussi, j’en suis persuadé, un sens !

Vous avez écrit dans un tract : « Sur le site Internet du groupe  renouveau Solidaire à gauche de monsieur Fraysse : nous constatons qu’il veut changer le Plan Local d’Urbanisme afin d’augmenter la population jusqu’à 5000 habitants »

Les 5000 habitants peuvent être atteints, voire dépassés avec le PLU actuel. Vous abstenant lors du vote qui a conduit à son approbation, vous ne l’avez pas désavoué. Par contre nous avons écrit que nous mettrions le PLU en révision pour interdire l’urbanisation du plateau agricole à l’est de la route de Chasse afin que notre commune ne puisse atteindre les 7 ou 8000 habitants annoncés par Schmit et Pelletan. Ce n’est pas la même chose.

Mais nous aurons l’occasion d’y revenir!

Pour terminer, du moins provisoirement, je souhaite, que  nos relations futures, malgré des différences d’appréciations bien normales  restent, au-delà des propos un peu vifs que nous pourrions être amenés  à échanger, empreintes de courtoisie et de respect mutuels et que nous prenions la peine de nous écouter à défaut de nous entendre.

C’est la première fois qu’une femme est en posture d’être élue Maire à Villiers sur Orge, la gent féminine grignote ainsi un peu du terrain dont elle avait été spoliée par une remise en cause des acquis sociaux, déjà, en des temps reculés mais pas si lointains à l’échelle de l’humanité, lors du passage de la famille de droit maternel ou la femme occupait une place prédominante, à la famille de droit paternel.

Ce changement, ou plutôt cette mutation, allait jeter les bases, qui de  la propriété privée des moyens de production et par conséquent de l’assujettissement de la femme  à l’Homme, conduiront progressivement au système capitaliste, qui tend aujourd’hui vers ses limites mais règne par défaut et casse les acquis sociaux, hérité du programme du conseil national de le Résistance au prétexte qu’il faudrait se soumettre à la mondialisation du même nom.

 Si la parité conduit à bouleverser l’ordre établi, j’en serai fort aise. Il n’y a de pire que l’immobilisme. Comme chantait Ferrat,  la femme est l’avenir de l’Homme. A une candidate près la liste renouveau solidaire à gauche a failli basculer au féminin mais nous ferons mieux la prochaine fois.

Encore une fois mes félicitations pour votre succès, celui de votre équipe, mais comme disait mon grand père, en bon  creusois, c’était un spécialiste : « c’est au pied du mur qu’on jauge le maçon ».

Merci de votre attention.

                                      le 22 mars 2008
Partager cet article
Repost0

commentaires