Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 10:37

Sans vouloir jouer les rabats joie, la réalité est là, le fait que la gauche antilibérale, divisée, stagne à moins de 10 % des intentions de vote ne laisse rien présager de bon.

 

A défaut d’un sursaut de dernière minute nous n’aurons le choix au second tour de la présidentielle qu’entre le pire et le moindre mal, entre la poursuite de la régression sociale par Sarkozy ou Bayrou interposés, éventuellement un remake de la gauche plurielle avec au bout, encore une fois, le retour d’une droite encore plus dure jusqu’à ce que le ventre encore fécond, ainsi qu’écrivait Brecht, ne fasse resurgir une nouvelle bête immonde. .

 

Certes de bonnes âmes se veulent rassurantes : « Oui mais, les élections législatives rectifieront le tir », comme si, chaque fois, elles n’avaient pas confirmé le scrutin précédent. D’autres encore prétendent que le mouvement social peut à lui seul remettre le train sur les rails du progrès social.

 

Personnellement, pour me retrouver régulièrement dans la rue avec un groupe d’irréductibles dont les rangs s’amenuisent, j’en doute d’autant plus, qu’au sein de nombreuse entreprises, face au nombrilisme ambiant, au chacun pour soi, la détresse a de plus en plus tendance, en l’absence de main tendue, à se  manifester de manière dramatique.

 

Certes craindre pour son emploi, son déroulement de carrière est humain, par contre au sein de l’isoloir, chacun face à sa conscience, peut modestement participer à la reconstitution du rapport de force politique qui, à l’issu de la seconde guerre mondiale, a présidé à l’avènement des trente glorieuses et au progrès économique et social qui en a découlé jusqu’au milieu des années 70.

 

Il n’est pas de problème sans solution, encore faut-il se donner la peine de les chercher pour les trouver, les améliorer peut être, ensuite  faire vivre, le temps d’un mandat, celles qui le méritent. ( http://mariegeorge2007.org )

                                                                                                  JF

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires