Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 17:08

 

Nous  écarterons d’emblée le recours aux heures supplémentaires exonérées de cotisations sociales, cher à Sarkozy, ce n’est qu’un attrape nigaud, antithèse de la solidarité, qui conduirait à l’augmentation du chômage et à la baisse des recettes de la sécu. Quelques-uns y trouveraient leur compte les autres pas.

 

Par contre, de l’ampleur des besoins non satisfaits dans de nombreux domaines tels que la santé, l’éducation, le péri scolaire, la gériatrie, en passant par  l’état de sous effectif dans lequel se trouvent de nombreux services publics comme certaines entreprises privées, il n’est qu’a voir le stress accumulé par les salariés qui les conduit de plus en plus souvent à des actes désespérés, jusqu’à l’érosion de l’emploi  suite aux délocalisations en cours ou à venir si rien change, tout indique qu’il est nécessaire de  travailler plus mais pas à la manière sarkozienne.

 

D’abord en transformant les temps partiels en temps complets, en donnant dans le même temps la garantie de l’emploi aux précaires, en en créant de nouveaux emplois pour couvrir les besoins non pris en charge aujourd’hui.

 

Quatre moyens  pour y parvenir :

 

1 :   S’en prendre aux pouvoirs de l’argent et par conséquent des actionnaires et de leurs valets politiques. (L’élection présidentielle nous offre cette faculté). L’argent est à notre portée, il suffit de créer les conditions, en particulier le rapport de forces, qui permettront de  s’en saisir, Maurice Allais, prix Nobel d’éco. , n’écrivait-il pas, dès 1988, que pour un dollar  de dépenses utiles 34 allaient à la spéculation sur les places boursières de la planète soit à l’époque, journellement, l’équivalent du budget annuel de la France. Aujourd’hui c’est encore pire.

 

2 :   Taxer les importations sans contrepartie en commençant par les produits réimportés des entreprises qui délocalisent. Il faut remettre en avant la proposition de loi soumise par le groupe communiste et apparentés et rejetée par le parlement en janvier (les socialistes- à ma connaissance ne l’ont pas voté, la droite non plus), il prévoyait, notamment, l’instauration d’un prélèvement sur les importations fondé sur la différence des coûts salariaux avec la France pour dissuader le dumping fiscal et social et enclencher une harmonisation progressive par le haut des législations européennes et mondiales.

 

3 : Réactiver la formation continue

 

4 : Instauration d’un statut avec garanties de revenus et des droits sociaux entre deux périodes d’activité.

 

Le point 4 pouvant faire la spécificité du projet de sécurisation emploi formation, étant précisé que la formation continue ne doit pas être réduite aux seules périodes de chômage qui dans un avenir proche doivent devenir l’exception qui confirme la règle.

 

Si la construction européenne et la mondialisation ne peuvent être réorientées dans le bon sens, sur le court terme, il faudra sortir du cadre défini à Bruxelles comme de l’OMC.

 

Tant qu’il restera un seul chômeur les heures supplémentaires doivent être limitées. L’indexation de l’ensemble des salaires sur un SMIC revalorisé, porté rapidement à 1500 Euros nets,  constituerait une formidable bouffée d’oxygène pour l’économie française, les petites entreprises en particuliers.

 

Dans les mêmes conditions reculer l’âge ouvrant droit à la retraite serait une aberration, d’ailleurs avoir le droit de quitter la vie active à 50, 55 ou 60 ans, à taux plein, selon la pénibilité de la profession ne signifie pas en user systématiquement pour ceux et celles qui se sentent encore en capacité de rendre des services à la collectivité. Si nous manquions de bras je retournerais au charbon malgré mes 70 balais, mais ce n’est pas le cas, priorité aux plus jeunes.

 

Que les contradicteurs s’expriment.

 

   Jack Freychet        j.freychet@wanadoo.fr

 

Partager cet article
Repost0

commentaires