Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 09:45
                                 

                                                     

                                                                                                              

                                  CEREMONIE DU SOUVENIR A VILLIERS sur ORGE
                                                       le 8 mai 2007

                    Patricia Laura Stéphanie nous ont donné lecture de deux poèmes 

                                                   FRATERNITE         

 

                                      F  rères par la douleur et le sang versé,

                                      R  ivés tels des forçats à l’infamante chaîne,

                                      A  insi, sans distinction de race et de passé

                                      T  ous, les morts, les vivants, ils ont vaincu la haine.

                                      E  t dans l’ardent creuset des camps et des prisons

                                      R  avalés au niveau de la bête soumise,

                                      N  oirs ou blanc et venus de tous les horizons

                                      I   ls ont forgé tout comme on bâtit une Eglise,

                                      E  n silence, ton nom sacré, FRATERNITE.

 

                                                                    Max Segonne

                                                                    Ancien des Forces Françaises Libres

                                                                    Sociétaire de la société des Poètes Français

                                                                    Extrait de Nuit et Brouillard- mars 1984   


                                                                      LA GUERRE

 

                Ville en flamme,  maisons qui brûlent,

                Sur les décombres, une femme qui hurle,

                Cris des sirènes, des seins lourds qui lâchent.

                L’enfant dans ses bras n’aura plus d’âge.

                Lorsque se taisent les armes

                De ceux qui avaient raison

                De ceux qui avaient tort,

                Il ne reste que la mort.

 

 

                Ailleurs, on se met à table, devant la télé:"passe-moi le vin s’il te plait. "

                Une fillette cherche ses rêve, à jamais disparus.

                Ses parents près d’elle, étalés sur la chaussée.

                Et le verbe aimer n’appartient plus qu’au passé.                                   

                Lorsque se taisent les armes

                De ceux qui avaient raison

                De ceux qui avaient tort,

                Il ne reste que la mort.

 

 

                Ailleurs c’est l’heure de se mettre au lit : " Fais de beaux rêves ma chérie."

                Vêtue d’acier, tachetée de sang,

                Piétinant la ville en passant,

                La guerre nourrit sa clientèle,

                De balles, d’obus et d’autres fruits mortels.

                 Lorsque se taisent les armes

                De ceux qui avaient raison

                De ceux qui avaient tort,

                Il ne reste que la mort.

 

                Ailleurs les vacances, les plages les routes, " ce soir en direct un match de foot."

                Orient des larmes, Orient de la souffrance,

                Mon Dieu entends-tu ce silence,

                Qui vient après tous ces vacarmes.

                Lorsque se taisent les armes

                De ceux qui avaient raison

                De ceux qui avaient tort,

                Il ne reste que la mort.

 

                                                                Sara Alexander

                                                                Chanteuse israélienne

                                                                Paru dans L’Humanité du 13-02-2003

    

                          
Partager cet article
Repost0

commentaires