Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 16:06

Pourquoi et comment lire la lettre de Guy Môquet ?

Par Philippe Meirieu, professeur à l’université Lumière-Lyon-II

 

Quand un candidat, dans le cadre d’un meeting de campagne, déclare vouloir liquider l’héritage de mai 1968 et « restaurer l’autorité », il est normal qu’on puisse exprimer ses craintes et, même, qu’on évoque les dérives passées de tous les « rappels à l’ordre ». En revanche, quand un président de la République élu qui vient de prendre ses fonctions décide de faire lire à tous les lycéens de France la lettre écrite par Guy Môquet à ses parents en 1941,à la veille de son exécution, on ne peut que saluer le geste symbolique.

 

Cette lettre est celle d’un jeune militant communiste exécuté comme otage et qui demande à ceux qui restent d’être « dignes » des vingt-sept sacrifiés. Elle est particulièrement émouvante et susceptible de permettre à des adolescents de réfléchir sur la manière dont notre nation s’est construite, sur les sacrifices et les combats pour la liberté qui ont jalonné son histoire. Elle ne saurait toutefois se suffire à elle-même.

 

Il faudra expliquer aux lycéens le contexte de cette exécution : le démarrage de la Résistance en août 1941, les ordres de Hitler qui exige, dans le cadre de la lutte contre le "judéo-bolchévisme", l’exécution des otages communistes et juifs, l’assassinat des vingt-sept otages de Châteaubriant par les hommes de Vichy pour sauver les cinquante notables désignés par les Allemands, les déportations massives avec la collaboration du régime de Pétain et la montée en puissance de la Résistance... En réalité, ce qu’il faut transmettre aux lycéens, au-delà de l’immense et nécessaire respect dû à un jeune militant martyr, c’est la capacité de discerner les signes de la montée de la barbarie, où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Pourquoi Guy Môquet s’est-il engagé ? Pourquoi et à quoi a-t-il résisté ? Qu’est-ce qui pouvait pousser un jeune homme de seize ans, en 1940, à distribuer des tracts du Parti communiste ? Quelles valeurs étaient en jeu ?

 

Il s’agit d’aider les lycéens à comprendre que le combat pour la démocratie et la dignité des hommes n’est pas un combat périmé, que la civilisation est encore bien fragile, que la planète reste menacée par bien des dictatures et que l’engagement pour la liberté n’est pas
seulement un objet de commémoration. Il faut des célébrations. Il faut des actes symboliques. Mais il ne faut pas qu’ils nous exonèrent d’une réflexion de fond et d’une vigilance citoyenne quotidienne.

 

Article paru dans l'édition du 25 mai 2007 du quotidien l’Humanité :

tribune libre

     

http://www.humanite.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires