Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 15:02

Que le candidat Sarkozy ait eu le souci de ratisser large est une évidence par contre je doute que le président qui demeure un adversaire de classe, et la caste qu’il représente aient intérêt à faire revenir à la surface des pages oubliées ou presque de notre commune histoire pour peu que nous sachions rappeler ce que fut réellement cette période, qui fut tout à la fois tragique et héroïque,la démission des « élites » d’alors, les sacrifices des autres.

 

Quelles que soient ses motivations, elles nous offrent l’opportunité de rappeler que Guy Môquet, qui pourrait être de nos contemporains,  n’est pas un mythe, mais un être fait de chair et de sang qui est allé, comme ses camarades  jusqu’au bout de ses convictions. Leurs morts n’ont pas été vaines, ne l’oublions pas.

 

Ils étaient de purs produits de l’école de la troisième  république, avec le sens qu’elle donnait au mot Nation. Formés et endurcis dans les luttes politiques et syndicales ils ont accepté le sacrifice suprême non seulement pour la patrie et la communauté qu’elle représentait à leurs yeux mais également pour libérer l’Europe de l’horreur Nazi. Ils étaient tout à la fois internationalistes et patriotes.

 

Il faut bien sur situer le message de Guy Môquet dans son contexte, dans le cas contraire il perdrait de sa signification mais il doit être adapté en fonction de celui qui lit ou écoute mais n’est-ce pas là aussi le rôle du ou de la pédagogue, des enseignants en général, presque toujours absents lors des cérémonies commémoratives? Mais il est vrai que  pour la presque totalité de nos concitoyens 8 mai et 11 novembre  sont vécus  comme journées destinées à faire les courses dans les grandes surfaces ou à allonger les week-end, et que l’opinion ne s’émeut  véritablement que lorsque les cercueils commencent à être rapatriés.

 

La responsabilité en incombe pour une part aux pouvoirs qui se sont succédés depuis quelques décennies ainsi qu’aux médias à leur service, il fallait bien occulter les responsabilités de la droite et de la social-démocratie dans les guerres coloniales, l’abandon de l’Espagne républicaine, le lâche soulagement de Munich, qui ont ensuite fermé les yeux et se sont tus lors de la reconversion d’anciens nazis dans l’administration allemande d’après guerre pour accorder la priorité à la condamnation du pacte germano-soviétique pourtant postérieur à  Munich et à la dénonciation, aujourd’hui encore, des erreurs d’appréciation de la direction du PCF,qui a fait son autocritique, de son aveuglement, bien réel, à l’égard du grand frère petit père des peuples…

 

Sous la pression l’Ecole s’est progressivement éteinte, a mis en œuvre des programmes édulcorés de l’essentiel (pas seulement en histoire et sans formation appropriée), les parents ont abdiqué comme l’opinion, la transmission orale s’est étiolée face aux étranges lucarnes assénant ce qui paraissait être des vérités premières pour se couler sous les vents dominants. Quiconque, tentant de réagir essuyait le plus souvent un sourire incrédule, parfois méprisant.

 

S’il faut resituer, alors resituons tout, l’éveil des nouvelles générations est à ce prix, le réveil des autres aussi, exigeons du nouveau pouvoir : Tous ensemble enseignants, parents, grand parents, étudiants , lycéens,  qu’il octroie à l’ECOLE les moyens à la hauteur des objectifs déclarés mais de grâce que nul ne jette l’anathème sur l’école de la troisième république ou l’instit radsoc était progressiste alors que le corps enseignant est aujourd’hui devenu majoritairement « conservateur » de l’ordre politique établi.

 

Nul mieux qu’Emmanuel Todd, dans son ouvrage L’illusion économique, essai sur la stagnation des sociétés développées, Gallimard, 1998, n’en a démonté le mécanisme, les lignes suivantes sont pertinentes : « …Les enseignants (ils ne sont pas les seuls- ndlr-), qui constituent l’un des cœurs sociologiques de la gauche, sont faiblement menacés par l’évolution économique. Contrairement à ce que suggère la rhétorique ultra libérale, qui insiste pour que toutes les conduites humaines soient déterminées par l’appât du gain ou la peur de la perte, les professeurs font fort bien leur travail, en l’absence de risque du marché. Mais n’ayant pas à craindre au jour le jour le licenciement ou la perte de leur salaire, ils ne se sentent pas menacés d’une destruction économique, sociologique, psychologique. Ils ne sont donc pas mobilisés contre la pensée zéro. Sans être le moins du monde de « droite », statistiquement, ou favorable au profit des grandes entreprises, ils sont atteint d’un passivisme et peuvent se permettre de considérer l’Europe monétaire et l’ouverture des échanges internationaux comme des projets idéologiques sympathiques et raisonnables. Ils ne sont aucunement « bénéficiaires » car si aucune souffrance économique directe ne les atteint, ils subissent de plein fouet les effets sociaux indirects du chômage à travers des élèves difficiles, rendus violents par le contexte de décomposition familiale et sociale. L’acceptation implicite par cette catégorie sociale de la gestion économique, idéologiquement et statistiquement beaucoup plus important que les « bourgeois » ou les hauts fonctionnaires, assure la stabilité européiste et libre échangiste du parti socialiste, dans ses tréfonds militants et non pas simplement parmi ses dirigeant.

On peut formuler une prédiction de type conditionnel : si les enseignants viraient sur les questions de la monnaie unique et du libre échange, la pensée zéro serait, du jour au lendemain, morte, et l’on verrait se volatiliser les apparentes certitudes du CNPF et de Bercy. » 

 

Tout en étant conscient des limites de l’école libératrice je reste convaincu que le corps enseignant pourrait, en toute objectivité, en dehors des pressions partisanes et sans peine excessive jouer un rôle plus important dans la transmission des faits qui ont jalonné notre passé  car le « voyageur », dans le temps comme dans l’espace, qui ne sait d’où il vient ni ou il est ne peut savoir ou aller. 

 

Le texte de Emmanuel Todd dévoile l’une des raisons, sinon la principale de la désaffection des travailleurs du privé, les ouvriers en particulier, à l’égard de la gauche mais il y a peut-être des avis contraires.

Partager cet article
Repost0

commentaires