Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 18:19

 

Tout d'abord l'intitulé de l'article était  fallacieux: Si des syndicats ont bradé un nouveau pan du code du travail tous n’ont  pas courbé l’échine, c'est à leur honneur, les autres ont comme à l’accoutumé servi de faire valoir pour le duo patronat gouvernement qui en se réjouissant d'un prétendu "accord historique"montrent ainsi qu'ils sont d'accord sur l'essentiel c'est à dire tondre encore plus la laine sur le dos des travailleurs qui ne tarderons pas, ainsi que les chômeurs, à le vérifier à leurs dépends dans les semaines qui viennent.


Dans ces conditions "le changement c'est maintenant" va se traduire par une nouvelle fragilisation de l'emploi,avec comme seule contrepartie quelques miettes que la majorité gouvernementale n'a pas osé imposer par voix législative, elle avait pourtant été élue pour ça! A quoi bon se rendre aux urnes si les engagements préélectoraux ne sont pas tenus? Mieux vaut lutter jusqu'à l'avènement d'un grand soir. Le recul de civilisation s'accentue,  la prochaine étape  sera la transformation des CDI en CDD.


Protection sociale et croissance économique sont indissolublement liées. Mais nous ne retrouverons pas le chemin de la croissance sans récupérer notre souveraineté monétaire (la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Italie et les autres comme nous) accompagnée de quelques mesures protectionnistes. Pour cela il faut abandonner l'euro en tant que monnaie unique et sortir du carcan des traités Européens afin d'être à même  ensuite  de taxer les mouvements spéculatifs et  de réduire les importations sur la base du vieux principe, je t’achètes, tu m’achètes, ainsi que le prévoyait la charte de la Havane en opposition totale avec le libre échange de l’OMC et de l’Union européenne. Rééquilibrer  les échanges internationaux permettrait de développer ou de  relancer les productions industrielles et manufacturières là ou c'est nécessaire.

 

En attendant le patronat va pouvoir licencier encore plus vite. Les jeunes qui accédaient à un CDI à 25, 30 ans, voire plus devront encore attendre  pour décrocher un CDD, mais rien ne garantit qu’ils y parviennent, pour être ensuite poussés vers la touche 10 ou 15 ans plus tard et atteindre l’âge de la retraite losqu'ils sucreront les fraises, on ne sait quand, après une carrière en pointillés qui ne leur laissera que l’aide sociale et les banques alimentaires pour végéter. C’est ça le progrès version Hollande après Sarkozy, eux sont PACSE de fait, ils ouvrent des crédits pour faire la guerre mais pas pour l’emploi et la protection sociale.

 

 Allez chez ma tante emprunter pour payer vos prothèses, mais qui remboursera ? C’est se ficher de la tête des gens qui galèrent pour joindre les deux bouts.

Partager cet article
Repost0

commentaires

seb 25/01/2013 13:11


en complément, je ne sais pas ou tu as lu que Charles Sannat dis que ce sont les régimes spéciaux qui sont la "cause" des problèmes de budget.


Charles sannat est de plus du genre à revenir en partie à l'etalon or et à faire une europe des nations et remercie d'ailleurs vivement les anglais pour l'éventuel réferendum à venir. ça devrais
te plaire non ??


citations de Sannat :



"Les Britanniques viennent d’enterrer le rêve européen. Je tenais à les remercier. Avec leur pragmatisme coutumier,
ils ont pris acte les premiers que l’Europe est un échec, car elle est un échec, jusqu’au programme d’échange Erasmus qui va bientôt disparaître.


Il ne reste plus rien de l’idée européenne à part la souffrance de peuples qui ont déjà manifesté leur refus à
travers de multiples consultations mais qui n’ont jamais été entendus. 


L’Europe est devenue une dictature économico-juridico-libérale. Elle disparaîtra avec la tourmente actuelle et ce
sera à nous de réinventer ce rêve." 

seb 25/01/2013 11:55


bonjour Jack,


je viens de revérifier le lien, je tombe bien sur l'article de Sannat.


si je te l'ai transmis, ce n'était pas pour discuter du profil du bonhomme mais de ce qu'il écrivais sur les accords à venir qui rejoignais ce que tu dis, mais en plus complet (roules-tu donc
pour fitch ???)


je ne prend pas pour argent comptant tout ce que je lis, mais je ne me contente pas de lire uniquement des personnes bien-pensantes, ou de sensibilités de gauche proche de la mienne. j'ai besoin
de confronter ma pensée aux autres mouvements.


et ce qu'il dis dans CET article est juste :


je te le remet si tu n'as pu y accéder :


Article 15 – Mobilité interne


 


La mobilité interne s’entend de la mise en œuvre des mesures collectives d’organisation courantes dans l’entreprise, ne comportant pas de réduction d’effectifs et se traduisant notamment par des
changements de poste ou de lieu de travail au sein de la même entreprise.


 


L’organisation de cette mobilité interne fait l’objet, dans les entreprises dotées de délégués syndicaux, d’une négociation triennale...


 


Dans les entreprises assujetties à l’article L.2242-15 du code du travail, elle intervient dans le cadre de la négociation prévue au dit article. 


 


La négociation prévue ci-dessus doit porter sur les conditions de mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise. Elle comporte notamment : 


 


-          les mesures d’accompagnement à la mobilité des salariés, en particulier en termes de formation et d’aides à la mobilité géographique



-          les limites imposées à cette mobilité au-delà de la zone géographique de son emploi, telle qu’également précisée par l’accord ;


-          des dispositions visant à prendre en compte la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale. 


 


Les mobilités envisagées ne peuvent en aucun cas entraîner une diminution du niveau de rémunération ou de la classification personnelle du salarié, et doivent garantir le maintien ou
l’amélioration de sa qualification professionnelle. 


 


Le refus par un salarié d’une modification de son contrat proposée dans les conditions définies au présent article n’entraîne pas son licenciement pour motif économique. Il s’agit d’un
licenciement pour motif personnel ouvrant droit à des mesures de reclassement telles qu’un bilan de compétence ou un abondement du compte personnel de formation. 


 


Conséquence :


 


N’importe quelle entreprise peut désormais muter n’importe quel salarié sur n’importe quel site à sa convenance. En cas de refus, le salarié sera licencié sans dommages et
intérêts. 


 


 


 


Article 18 – Accords de maintien dans l’emploi


 


Afin de maintenir l’emploi, en cas de graves difficultés conjoncturelles rencontrées par une entreprise, il convient de se doter, à côté de dispositifs existants tels que le chômage partiel, de
la possibilité de conclure des accords d’entreprise permettant de trouver un nouvel équilibre, pour une durée limitée dans le temps, dans l’arbitrage global temps de travail / salaire / emploi,
au bénéfice de l’emploi.


 


L’ouverture d’une telle négociation requiert une transparence totale sur les informations destinées à l’évaluation de la situation économique de l’entreprise.


 


À cet effet et afin d'aboutir à un diagnostic partagé, les représentants des salariés pourront  mobiliser les éléments d’information visés à l’article 11 ci-dessus ainsi que ceux
énumérés dans l’annexe jointe en matière financière, économique et sociale.


 


Ils pourront faire appel à un expert-comptable de leur choix financé par l’entreprise.


 


Ces accords ne pourront pas déroger aux éléments de l’ordre public social, tels que, notamment, le Smic, la durée légale, les durées maximales quotidiennes et hebdomadaires, le repos quotidien et
hebdomadaire, les congés payés légaux, la lég

seb 24/01/2013 17:22


en complément , une petite étude des articles de ce fabuleux accord-historique-qu'on-va-retrouver-la-sainte-croissance-avec, de Charles Sannat

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-la-securisation-de-l-emploi-selon-la-gauche.aspx?contributor=Charles+Sannat&article=4182074714G10020&redirect=False 

jack Freychet 25/01/2013 11:30



Le lien non valide ne mène à rien mais après quelques clics, on peut constater que Charles Sannat roule pour l’agence de notation Fitch, et multiplie les contrevérités. Ce ne sont pas les régimes
spéciaux qui grèvent le budget de la sécu en général, des caisses de retraites du e régimes obligatoires, mais l’austérité qui induit le chômage  et
réduit le nombre de cotisants dans le cadre de la concurrence dite libre et non faussée.


Il y deux  systèmes de retraites, l’un par répartition, dit obligatoire, à partir d’un prélèvement sur les richesses créées en temps réel (PIB),
l’autre par capitalisation, facultatif, à produit non garanti, sujet aux aléas de la spéculation financière, voir les conséquences de l’affaire Enron.


En France le système  par répartition a deux étages : L’un sous le plafond sécu, l’autre au-delà (Arrco non cadres, AGIRC pour les cadres. Dans
les deux cas il y un système compensation entre les différends régimes pour tenir compte de l’évolution du nombre de cotisants, du niveau des prestations et de l’âge du départ à la retraite. Il
est à noter que certains des paramètres sont fictifs et peuvent évoluer en fonction des lois des finances annuelles puisque c’est le parlement qui définit les règles et vote les recettes et les
dépenses.
Il faudrait plus de temps pour évaluer la dérive des transferts année par année par année, mais un chose est certaine pour qui concerne le régime général à part la SNCF, tous les régimes
spéciaux abondent

Le fonds de compensation dont le produit va à 80% vers les salariés et exploitants agricoles, 11ù vers les commerçants, 5% vers les artisans, 0,2 vers les retraités SNCF.


Pour plus c’information il faut aller ici et là voire ailleurs mais pour ça il faut chercher.


Je dépends d'un régime spécial qui abonde la compensation, depuis des années, ma retraite perd du pouvoir d'achat mais le sort des des autres ne s'améliore pas pour autant, c'est même le
contraire.


A en juger par sa prose Charles Sannat à moins d’être un ignorant est un menteur.