Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:47

L’utilisation d’énergie est indispensable à la satisfaction des besoins humains ne serait-ce que pour assurer à tous les peuples de la planète un niveau de développement égal à celui des pays les plus avancés  tout en réduisant les inégalités sociales. Dans ce domaine il faut, en matière de sécurité, gérer le présent, ne rien faire qui puisse hypothéquer l’avenir,  concevoir et mettre en œuvre des solutions sur les moyens longs et très longs termes.

 

Cela nécessite d’informer, de faire le point des avancées scientifiques, d’analyser les incidents survenus de remédier aux erreurs commises, de développer la recherche mais surtout de ne pas nous laisser obnubiler par les thèses du GIEC, dénoncées par des scientifiques  de très haut niveaux : qui ne visent rien moins qu’à promouvoir la décroissance économique par l’abandon du nucléaire. Les causes du  réchauffement climatique avancée par  le GIEC sont plus que contestables. Pour s’informer sur le sujet il faut visiter le site http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.htm en commençant par les références de son auteur  pour remettre à sa juste place le matraquage  des médias et des politiques qui font béatement de la surenchère écolo parce que ça  semble  électoralement porteur. Au lendemain du premier tour des cantonales qui a vu l’UMP prendre une déculottée Sarkozy vient de s’y mettre lui aussi.

 

 Nous pourrions ensuite valablement délibérer en connaissance de cause et non nous comporter en moutons de Panurge gobeurs d’élucubrations du type: « Nous bombardons la Libye pour préserver les populations civiles » alors que c’est pour piquer son pétrole, priver  les pays  d’Afrique orientale de soutiens et  laisser  les palestiniens à la merci du nettoyage ethnique israélien poursuivi malgré les résolutions de l’ONU. Deux poids, deux mesures.

 

 Les causes qui ont mené à la fusion du cœur de l’unité 2 de la centrale (TMI-2) de Three Miles Island  en 1979 ne doivent rien au hasard, ce sont une succession d’erreurs de conception, d’erreurs humaines et de pannes matérielles.

 

En 1986 le réacteur de la centrale soviétique était en fonctionnement lorsqu’il s’est emballé à la suite d'une série d'erreurs humaines. L’absence d'une enceinte de confinement, contrairement aux centrales françaises, avait alors permis au nuage de matière radioactive  libérée par l’explosion du réacteur de se répandre dans l'atmosphère.

 

Dans ces deux cas le remède est évident.

 

Au japon, c’est un tremblement de terre, suivi d’un tsunami qui a provoqué l’accident. Même si la question de l’implantation de centrales de ce type dans des zones à risques sismiques doit être posée il faut quand même noter qu’un  scientifique japonais avait donné, il y a quelques années,  l’alerte sur les risques encourus du fait de la sous estimation du facteur séisme. Il n’a été entendu ni par l’opérateur concepteur privé ni par le gouvernement japonais. (Toutes ces informations sont vérifiables sur Internet). En outre il n’y avait pas semble-t-il de source autre que d’origine nucléaire pour alimenter les systèmes de refroidissement qui de ce fait ne pouvaient plus être utilisés.

 

Pour en savoir plus sur les vraies conséquences humaines des radiations suite à Tchernobyl, ou ailleurs il est indispensable de se rendre à l’adresse suivante: http://www.industrie.gouv.fr/debat_energie/contribution/pdf/aurengo.pdf. Les conclusions sont applicables à tout incident ou accident de même nature. Mieux vaudrait se battre contre la prolifération   et l’utilisation de l’armement atomique, qui n’est d’ailleurs pas le seul moyen de destructions massives, que contre le nucléaire civil.

 

S’il faut la plus grande transparence en matière de sécurité encore faut-il ne pas céder à la psychose car la solution ne peut surgir des contrevérités étalées par les politiques, les médias, le GIEC  et Al Gore  qui a fait du développement durable un fond de commerce.

 

Même si d’autres pistes doivent être explorées le nucléaire est incontournable, d’abord la fission de dernière génération, plus sure et plus économe de matières premières  puis la fusion qui, dès que maîtrisée,   mettrait l’Humanité à l’abri de la pénurie pour plusieurs dizaines de millénaires mais également de la hantise des rayonnements. L’éolien est antiéconomique, pour un méga watts utiles il faut en investir 5, il est plus polluant que le nucléaire. Avec le prix subventionné par EdF, sur le dos des abonnés, les investisseurs ont un retour du capital sur 4 ans, on peut comprendre qu’ils s’accrochent à cette manne. Le photovoltaïque ne survit que subventionné lui aussi  par les consommateurs. Il est également producteur de gaz à effet de serre ensuite, il faut retraiter les panneaux, ce n’est pas le plus facile. Comme pour l’éolien, qui est à l’origine du décrochage des réseaux européens en 2006 (la grande panne) sa source d’énergie primaire est aléatoire. L’hydrogène, volatil, est intransportable sans pertes excessives. L’utilisation de la biomasse multiplie les émeutes de la faim. La géothermie chère à Mélenchon est d’un potentiel réduit, variable selon les sites.

 

 Il reste qu’il est nécessaire de préserver  autant que faire se peut les ressources du sous-sol, non renouvelables,  pour les industries de transformation au travers du concept d’économie circulaire qui commence à être mis en œuvre par la Chine. La chasse au gaspillage doit être lancée autrement qu’en paroles. Mieux Isoler l’habitat est une priorité, rapprocher emplois et logements pour réduire les migrations bi quotidienne,  le temps inutilement perdu, est un impératif incontournable. Il est également nécessaire de développer des productions durables, le recours au jetable, réservé aux pauvres, doit être le plus réduit possible. Les politiques de droite comme de gauche ne s’en soucient guère.

 

Aucun d’entre eux ne s’est élevé contre la pollution induite par l’intervention militaire contre la Libye, les massacres qui en découlent, pire ils l’ont sollicitée.

 

Ceux de la région parisienne unanimes préfèrent multiplier les surfaces de bureaux sur Paris plutôt que les logements sociaux. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autre ils  sont prisonniers de la  pensée unique. No futur disent les anglais, c’est tout comme.

Partager cet article
Repost0

commentaires