Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 17:18

Donner un coup d’arrêt aux politiques d’austérité, dire un non ferme aux nouveaux semeurs d’illusions quels qu’ils soient… 

 

A moins d’un an des prochaines municipales madame le maire de Villiers sur Orge poursuit son petit bonhomme de chemin pour aboutir à un bilan qui lui permette de sauver les apparences, d’affirmer sa présence,  du moins aux yeux de ceux qui ne sont pas très au fait de la réalité locale.

 

Il restera certes beaucoup à faire mais une partie de la voirie aura été rénovée sous l’égide de la communauté d’agglomération du Val d’Orge.

 

Le nombre de logements sociaux tend à se normaliser, au niveau bas, à la suite de l’aménagement du plateau des Molières mais surtout grâce à la transformation de la Seigneurie en résidence sociale à la suite d’une rénovation superficielle. Il en faudra d’autres pour être en conformité avec la législation en vigueur.

 

Les écoles maternelles et primaires vont être agrandies (densifiées) afin de faire face à l’accroissement de la population scolaire à la suite de l’arrivée de nouveaux habitants sur les  programmes en cours d’achèvement. Sans plus, car c’était un objectif de fin de mandat qui laissera le problème entier pour les élus qui prendront la relève et ne devront pas être pris de frénésie immobilière. Notons également que le centre de l’enfance montre lui aussi ses limites, rien n’est envisagé  pour l’agrandir. La question n’est même pas posée par les élus.

 

Elle pourra également se targuer d’avoir mené à son terme la réalisation de l’espace Colette incluant une salle de danse et ses annexes dans un espace trop restreint conçu par l’équipe Simons qui de cet aspect ne s’en prévaudra pas mais portera ses critiques, à moins que ce soit son fondé de pouvoir, sur les erreurs de gestion qu’il  lui impute à tort ou à raison et qui resteront  jusqu’à l’élection de mars 2014 au centre d’un débat bien loin des besoins et des préoccupations d’une majorité de Villiéraines et de Villiérains.

 

Mais il faut  noter que la majorité sortante est divisée, un de ses membres aurait décidé de faire cavalier seul au premier tour. Il en restera fatalement des séquelles au second au cas où il y aurait regroupement.

 

La troisième liste devrait être conduite par monsieur Simons, ou son successeur désigné, qui tenterons l’un ou l’autre de s’approprier une part du bilan. Encore de belles joutes en perspective sur des points secondaires avec éventuellement la participation de monsieur Fraysse qui lui aussi voudra tirer son épingle du jeu.

 

Les uns et les autres, dont les positions ne sont pas très éloignées de celles de la majorité UMP à laquelle ils ne s’opposent qu’en de rares occasions pour s’en démarquer en prévision de élections suivantes, n’ont de chance d’obtenir un score honorable que dans l’hypothèse  ou ils feraient liste commune dès le premier tour.

 

Un tract récent laisse à penser que le Front de gauche pourrait être de la partie.   Ses partisans, qui n’ont pas jugé bon de s’exprimer depuis 2008 sur la gestion communale, pourraient décider de sortir de leur léthargie ce qui leur permettrait de mesurer l’amplitude de leur audience réelle dans l’opinion à l’aune des proposition de leur Hérault d’armes Mélenchon qui prétend laver plus blanc que blanc, au fil de l’eau, c’est plus écolo.

 

Ainsi nous irions vers des échanges  du genre de ceux qui ont eu lieu, à fleurets mouchetés, au sein du conseil municipal depuis  les présidentielles, chacune des parties soutenant son poulain: C’est pas lui (Sarkozy) le responsable c’est l’autre (Hollande) élargi avec l’arrivée des représentant d’un troisième Larron qui prétend demain raser gratis tout en situant comme les autres sont action dans le cadre des traités européens dont il refuse de s’affranchir tout en affirmant péremptoirement le contraire.

 

Il faudra bien sur  y revenir mais ce n’est pas l’objet du présent article, qui souhaite simplement attirer  l’attention des Villiéraines et les Villiéraines sur le fait que  Mélenchon et ses amis ne sont, comme les autres, que des semeurs d’illusions dont ils n’ont rien à attendre en l’état de leurs propositions. Une alternative à l’austérité existe mais elle est impossible à mettre en œuvre dans le cadre de l’Union Européenne dont les textes verrouillent, au plan national, toute initiative pouvant aller dans ce sens. L’Allemagne et sa cour Constitutionnelle y  veillent attentivement.

 

Pourtant la situation des collectivités locales  est préoccupante. Cette année notre commune dépensera plus qu’elle n’aura de  recette de fonctionnement, c’est écrit dans le budget approuvé par la majorité le 26 mars, qui n’a pu être équilibré que par des restrictions drastiques, jugées insuffisantes par monsieur Simons, de crédits en dépenses de fonctionnement, et par la reprises des excédents de l’année précédentes, qui vont fondre comme neige au soleil, jusqu’à disparaître  avec l’aggravation   de la politique d’austérité, la nécessité de faire aux charges induites par l’arrivée de nouveaux habitants,  la réforme Peillon dite de des rythmes scolaires qui pour Villiers représenteraient l’équivalent de deux à trois emplois d’équivalents temps pleins sans compter les aides  supplémentaires qu’il faudra accorder à la vie  associative contrainte elle aussi de s’adapter.

 

Il est vraisemblable qu’à la veille des municipale,  début  2014, l’actuelle majorité fera l’impasse de la progression des taux d’imposition des ménages comme de celle du coût des prestations servies pour en laisser la responsabilité à l’équipe suivante. D’ici là les  candidats à la relève comme les sortants  en seront réduits à faire assaut de démagogie les uns marqués à l’encre indélébile pour avoir cautionné l’austérité version UMP ou le bînôme-PS, les autres par l’absence de lucidité et de courage politique de leurs donneurs d’ordres.

 

Les uns ou les autres n’auront qu’une marge de manœuvres des plus réduites : Rogner encore les dépenses et augmenter les charges qui pèsent sur les ménages. L’essentiel du scrutin des municipales, c’est vrai pour les suivants,  n’est donc pas là mais dans la possibilité qu’il nous offre d’une part d’exprimer notre ras le bol de politiques qui nourrissent le chômage, les exclusions, les déficits alors que l’argent coule à flot vers les paradis fiscaux, d’autre part  de pousser vers la retraite tous ceux et celles qui sont responsables de cette situation, ou qu’ils se situent sur l’échiquier politique par un gigantesque coup de balai, Mélenchon compris.

 

Que faire alors ?

 

Même  si l’abstention a pu assurer la prééminence du NON au démembrement de la République lors du référendum du 7 avril en  Alsace c’est aussi une pratique courante qui laisse le champ libre à des  majorités relatives de plus en plus réduites par rapport au nombre d’inscrits. Ce n’est pas la solution.

 

Resterait alors à faire en sorte que l’expression du  mécontentement, qui tend à devenir majoritaire s’il ne l’est pas déjà à Villiers sur Orge, et ailleurs, puisse se cristalliser sur une liste alternative porteuse de propositions « anticrise » accompagnées des conditions de leur mise en œuvre au plan national en toute indépendance de l’UE, du FMI, de la banque mondiale et de l’OMC qui nous tiennent en tutelle.

 

Une liste, non pas apolitique, mais indépendante des partis politiques  et de leurs accords occultes à quelque niveau que ce soit, national, département,  ou plus localement au  sein de l’agglomération ou les uns et les autres se tenant par la barbichette se  livrent à un chantage du type : « tu me soutiens ici sinon je t’élimine ailleurs ».

 

Le devenir de notre cité est d’abord l’affaire de ceux et celles qui y vivent et non pas celle d’états major politiques coupés de la réalité et  aux yeux rivés sur les strapontins disponibles.

 

Une liste composée de personnes, ou qu’elles  se trouvent sur l’échiquier politique, avec celui qui croit au ciel comme celui qui n’y croit pas, l’essentiel étant d’être laïc,  à l’exclusion de  l’extrémisme de droite qui va bien au-delà du Front National, sur la base d’un programme élaboré en concertation avec la population, en  réalité avec la situation locale et les contraintes extérieures, non pas pour les subir mais pour les combattre.

 

Je pourrais encore m’engager en faveur d’une telle démarche, de type gaullien, mais je n’irai pas sous l’égide de partis politiques qui tout en se réclamant de la gauche gèrent à droite, détricotent à l’instar du MEDEF ce qui reste du programme du Conseil National de la Résistance, sont engagé dans une démarche colonialiste ou la cautionnent,  pratiquent le double langage, ne proposent rien de concret comme le fait le Front de Gauche dont les dirigeants  rejettent toute contestation de leurs vérités révélées. j.freychet@wanadoo.fr

 

Partager cet article
Repost0

commentaires