Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 15:24

 

Il y a 66 ans, le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitulait sans condition. C'était la victoire des Armées alliées, de la Résistance intérieure, au sein de laquelle le parti communiste avait pris une part essentielle,  extérieure avec le Général de Gaulle et ceux qui l'ont rejoint. C’était la victoire des peuples sur le fascisme, le racisme, la xénophobie, une  victoire temporaire de la raison sur l’obscurantisme.

 

En ce jour anniversaire, nous rendons hommage à tous ces combattants  de la liberté. Nous exprimons notre attachement aux idéaux qui les animaient pour plus de justice, de  fraternité et le rétablissement de la souveraineté nationale, valeurs reprises par le grand vent de l’aspiration des peuples à l’autodétermination.

 

La Seconde Guerre mondiale fut le conflit le plus meurtrier de tous les temps avec des dizaines et des dizaines de millions de morts, de blessés, de disparus, d’orphelins et de veuves, avec des atrocités sans nom :

 

L'horreur dans des camps de concentration et d'extermination, ouverts dès l’avènement des nazis au pouvoir, au vu et au su des démocraties occidentales, puis les fours crématoires pour faire disparaître jusqu’à la trace du génocide. Des Lidice et Oradour  par centaines dans les territoires occupés par les nazis. Horreurs minimisées, voire  niées encore aujourd’hui par beaucoup… 

 

Il nous faut inlassablement rappeler ce que fut l’ INHUMANITE de  cette période parmi les plus sombres de notre Histoire afin que la mémoire puisse  résister à l’usure du temps. La civilisation est d’un combat permanent contre la barbarie toujours renaissante.

 

La xénophobie s’étale, des forces néo-fascistes et néo-nazies font patte douce et s’implantent de plus en plus largement en Europe. De nouveaux champs de bataille s’ouvrent ou s’aggravent à travers le monde. La France est engagée militairement dans plusieurs pays.

 

Le droit d’ingérence est invoqué contre quiconque tente de s’opposer à l’impérialisme dominant au prétexte fallacieux de la défense des libertés et le  des droits de l’HOMME qui ne deviendront réalité, urbi et orbi, que lorsque nous aurons atteint le Nirvana. C'est-à-dire bien après que nos enfants et petits enfants aient disparu.

 

Quels sont dans notre pays, asservi à la dictature de l’argent roi,  les droits des chômeurs et des précaires, des mal logés, des SDF, de tous ceux qui sont contraints d’en passer par les restos du cœur ou l’épicerie sociale pour survivre ou de renoncer aux soins de plus en plus mal remboursés.

 

Il n’y a pas assez d’argent pour la santé, l’éducation, le développement humain il y en a pour la production  et l’usage d’armements de plus en plus destructeurs, qui tuent et polluent, afin de spolier les peuples réfractaires de leurs ressources naturelles, l’eau, le pétrole, le gaz, les métaux rares.

 

S’il s’agissait de donner le pouvoir au peuple nous pourrions applaudir. Mais non, il  s’agit de l’attribuer à une caste de privilégiés, tenus en laisse par l’occident, serviteurs zélés des puissants de ce monde avec le concours de SMP, Société Militaires Privées à qui l’argent ne fait pas défaut. 

 

D’Est en Ouest, du Nord au Sud, des régimes ou la démocratie commençait à poindre ont été remplacés par des dictatures.

 

Soulignons l’inanité de la démarche car on ne peut durablement imposer à un peuple, par la force des armes, ce dont il ne veut pas. 

 

Cette politique, néocoloniale, stérilise les moyens qui permettraient de lutter efficacement contre la malnutrition, le manque  d’eau potable,  la maladie, fléaux qui provoquent en une année  autant de décès qu’il y en eut de 1939 à 1945… Victimes innocentes qui ne bénéficieront pas, elles  non plus, des bienfaits présumés du développement durable.

 

Laisserons-nous à notre descendance le soin de faire repentance face à l’hécatombe à venir?

 

Allons nous enfin mettre un terme à l’engrenage de la haine et comprendre que l’élimination de Ben Laden ne mettra pas fin au terrorisme si nous n’agissons pas pour en supprimer les causes. Les criminels nazis avaient eu, eux, droit à un procès à Nuremberg.

 

En ces temps douloureux, qui risquent de l’être plus encore car tout indique qu’ils constituent   les prémices d’une troisième guerre mondiale… En ces temps douloureux ou beaucoup se réclament encore de l’héritage Chrétien, il conviendrait, pour être plus crédibles, de respecter d’abord le cinquième commandement du décalogue : « TU NE TUERAS POINT » ce qui implique en priorité  un désarmement général, progressif et équilibré.

 

Plutôt que de jouer les boutefeux et nous ériger en donneurs de leçons sur des principes que nous n’honorons  plus nous devrions nous inspirer des recommandations  de la déclaration de l’ONU, le 6 octobre 1999,  à l’aube du millénaire.

 

Le document rédigé sur la base des textes fondateurs de l’ONU préconisait :

 

Le respect de la vie, la promotion et la pratique de la non-violence par l’éducation, le dialogue et la coopération;

 

Le respect des principes de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique  des États, la non-intervention dans les questions qui relèvent de leurs juridictions.

 

Quel exemple donnons-nous aujourd’hui aux nouvelles générations?

 

A défaut d’un changement de cap, nous laisserons à l’équipage d’un éventuel OVNI venant s’aventurer sur la planète Terre une vision d’épouvante faite de ruines et de squelettes décharnés avec comme seul recours  la science anthropologique pour tenter de déterminer quel était cet étrange et suicidaire bipède.

 

Vive la co-existence pacifique.

 

Vive la France et ses valeurs républicaines, la Laïcité en particulier,  passeport du vivre ensemble, dans le respect mutuel des différences.

Partager cet article
Repost0

commentaires