Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 10:41

Au verbe facile, doté du sens de la répartie, objet d’éloges de la part de nombreux commentateurs pour sa prestation télévisuelle du 12 janvier 2012, Mélenchon est-il pour autant un bon candidat de gauche, ses propositions sont-elles de nature à mettre fin au marasme qui nous environne, à nous sortir de la mouise ? Je serais plus tempéré.

Il est certes brillant, en apparence, mais  n’oublions pas que c’est le fond qui prime et non la forme, les effets de manches ne peuvent remplacer la logique et l’argumentaire, le meilleur outil pédagogique ne peut gommer les lacunes d’un programme, quel qu’il soit, qui transparaissent dès que l’on se donne la peine de gratter le vernis dont il est enrobé, reproche que l’on peut adresser à la quasi-totalité des candidats en présence qui nous promettent toujours monts et merveilles la veille des élections pour nous inciter à la patience le lendemain du scrutin. Ainsi le travaillez plus de Sarkozy pour gagner plus et alimenter le chômage est devenu travaillez plus pour gagner moins, le chômage explose. Chirac disait vouloir réduire la fracture sociale, elle s’est accentuée, Mitterrand et Jospin ne nous ont laissé que la droite et l’austérité en héritage.

Même paré des plumes d’un paon Mélenchon ne reste qu’un paon et  n’a d’autre soucis  que de faire le meilleur score possible pour réintégrer le bercail réformiste en bonne position lors de la  répartition des strapontins.

Le Programme Populaire Partagé du Front de Gauche n’est pas de nature à nous faire retrouver notre souveraineté monétaire dont l’abandon, en 1973, loi Pompidou Giscard dite loi Rothschild, reprise par le traité de Maastricht, a démultiplié la dette au travers des intérêts versés  au profit du capital privé (il faut lire et relire Eric Toussaint). Ce que l’on dénomme aujourd’hui la crise c’est l’abondance pléthorique pour quelques-uns, les sacrifices pour les peuples.

 Il faut dévoiler et dénoncer les responsabilités successives, désobéir à l’UE jusqu’à en sortir, revenir au Franc pour inverser la tendance. Il n’y aura pas de croissance possible sans souveraineté monétaire. Le M’PEP en a clairement énoncé la méthodologie, les délais : Six mois, les conséquences prévisibles. Il faut faire ce que ne prévoient ni le Front de gauche ni Mélenchon qui renvoient à un éventuel référendum, et une modification de la constitution, pour l’après deuxième tour. L’écrire en exergue du PPP eut été plus mobilisateur au premier tour. Si la démarche n’était pas sans arrière pensée pourquoi refuser l’entrée du M’PEP au sein du Front de Gauche? Il ne l’a pas voulu car il est européiste, Hollande ne le fera pas non plus pour la même raison, mais ils ne sont pas les seuls à refuser de s’affranchir des traités européens. Dans ces conditions leurs marges de manœuvre sont  réduites  à peu de choses. En attendant, « Billancourt », les exclus ou en voie de l’être désespèrent certains iront se réfugier dans l’abstention d’autres rejoindre le camp Lepéniste.

J’ai déjà là une première raison de ne pas accorder mon suffrage au candidat du Front de gauche.

 La seconde est motivée par le feu vert donné par le parti de gauche à l’intervention de l’OTAN en Libye, sous l’autorité de l’ONU, pour une nouvelle aventure coloniale à visée planétaire. Il est à noter que les trois députés européens membres du PCF se sont à cette occasion « courageusement » abstenus. Le  PS a applaudi.

La troisième pour son approche du développement durable au travers des thèses fallacieuses du GIEC, l’abandon  du nucléaire civil alors que les réacteurs de quatrième génération, plus sûrs, nous mettraient à l’abri de toute pénurie d’électricité pour plusieurs génération dans des conditions économiques optimales pour les consommateurs individuels et l’appareil productif. Si l’électricité ne peut actuellement être stockée, elle peut être utilisée pendant les heures creuses, de nuit principalement, pour le chauffage par accumulation  et le rechargement des bassins en amont,  alors que les réacteurs ont des disponibilités, restituée ensuite en périodes de plus forte charge.

Beaucoup de scientifiques s’interrogent sur la réalité du réchauffement climatique, ses origines. Mélenchon qui n’est pas un scientifique a tranché, sans preuve, ou ses conseillers pour lui, c’est l’Homme qui serait  responsable, nous plaçant, comme dans le domaine de la santé, devant l’alternative ou payer plus des énergies alternatives aléatoires ou nous chauffer (soigner) moins mais cela il ne l’écrit pas. Si le réchauffement n’est pas d’origine anthropique qui stoppera la dérive des continents et les rayonnements cosmiques ? Les hollandais se sont adaptés en aménageant des polders la planète n'a pas toujours été ce quelle est devenue, essentiellement par la force des éléments. Ne trouve-t-on pas des fossiles marins un peu partout?

Quatrièmement, que Mélenchon réussisse un bon score le rendrait plus exigeant vis-à-vis de ses alliés du premier tour. Nous assisterions dans cette hypothèse à un étouffement encore plus rapide du PCF, qui abandonne déjà ses fondamentaux, et sa transformation définitive en force d'appoint  de  la  social démocratie, jusqu’à la fusion pure et simple. Un bide de sa part pourrait à contrario provoquer une réaction salutaire à la condition d’apporter les bonnes réponses aux vraies questions que se posent les habitants de notre pays. Après tout le PCF, interdit en 39, ses militants pourchassés, internés, déportés, fusillés, était devenus trois années plus tard un acteur politique majeur  incontournable pour la libération, y compris économique, du pays.

L’Union européenne et l’euro sont à l’origine du marasme actuel. Raison suffisante pour nous en débarrasser, rechercher de nouvelles alliances avec les forces de progrès où qu’elles se trouvent dans le monde, nous ne les trouverons pas seulement en Europe ou la gauche, malade, a besoin de se ressourcer.

Cette élection présidentielle offrait la possibilité d’avancer quelques propositions réalistes, l’absence d’un candidat représentatif de la vraie gauche l’interdit et pèsera négativement sur la teneur des débats lors des législatives qui suivront et  resteront, par la force du suffrage universel, à dominante réformiste. Nous avons déjà donné.

Il y avait une opportunité à saisir le Front de gauche, le PCF et leurs alliés ne l’ont pas voulu.

Il faudra alors, dans le meilleur des cas, préparer le grand soir en révisant les fondamentaux, le pire serait d’attendre les élections suivantes, cinq années perdues,  l’arme aux pieds. Tant pis pour les jeunes, les plus vieux seront morts.

Chacun devant agir en son âme et conscience tout ce qui précède n’est en aucun cas une consigne de vote mais un point de vue personnel. Si je me rends aux urnes, en l’état de propositions des uns  et des autres,  ce sera uniquement pour éliminer Le Pen et  éjecter Sarkozy sans illusion, aucune, sur celui qui prendra la succession. Le seul candidats ayant à mes yeux un préjugé favorable est Dupont-Aignan lorsqu’il écrit : L’euro, les banquiers et la mondialisation L’ARNAQUE DU SIECLE mais hélas le PCF n’a plus ni les forces ni la volonté nécessaires pour imposer un compromis social plus favorables au peuple, à l’image, en son temps, du programme du Conseil National de la Résistance dont les acquis sont en cour de détricotage.

Partager cet article
Repost0

commentaires