Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 10:27

Né en 1939 dans un petit village de la France rurale, à Meunet Planches, dans l’Indre, Daniel Foulatieravait fait  ses premiers pas alors que les nuées  s’amoncelaient sur l’Europe.

 

Elles allaient provoquer l’une des  plus grandes tragédies  de mémoire de l’humanité.

 

Son enfance et son adolescence  furent à n’en pas douter marqués par les récits  de cette époque douloureuse et instable, par l’inquiétude qui  pouvait sourdre des récits des plus anciens.

 

En âge de travailler il se tourna vers l’agriculture, profession qu’il exercera jusqu’à son départ au service militaire en janvier  60. Rattrapé par les affres de la guerre il se retrouvera  en  Algérie dont il sortira heureusement indemne.

 

Démobilisé peu après les accords d’Evian, de retour en France il deviendra chauffeur routier, se rapprochera de la région parisienne qui attirait déjà les jeunes provinciaux en quête d’une vie meilleure.

 

Lassé des longs déplacements qui  laissaient  peu de disponibilité pour la vie familiale, il deviendra ambulancier à l’hôpital de Vaucluse  et se fixera durablement à Villiers sur Orge au début des années 80.

 

Il s’y fera de nombreux amis.

 

Il rejoindra très vite l’Association Républicaine des Anciens Combattants créée par Henri  Barbusse durant la première guerre mondiale, grande dit-on mais surtout  par le sang et les larmes répandues, les souffrances endurées, les ruines accumulées.

 

Il défendra  les intérêts matériels et moraux des victimes de guerre  et de leurs familles toutes générations confondues.

 

Il  militera pour l’avènement d’un monde de paix, pour la solidarité internationale et témoignera des vicissitudes du passé pour en éviter la résurgence.

 

Chaque fois, qu’un camarade  nous quitte c’est un peu de  notre mémoire collective qui pourrait s’estomper si d’autres ne se levait pour  aider à discerner les écueils qui se dressent  sur les chemins d’un futur plus humain.

 

Daniel était de ceux  qui ont permis de faire vivre  les idéaux des fondateurs de l’association républicaine des anciens combattant

 

Dans un monde  ou la violence  perdure ils   conserveront  leur pertinence jusqu’à ce que les peuples de la planète  aient  appris à ne plus se laisser berner par les manipulateurs d’opinion qui attisant  la haine, poussent à des affrontements fratricides sous des motifs plus fallacieux les uns que les autre.

 

La liste est longue des interventions qui ont mis et mettent encore  la planète à feu et à sang, dans les Balkans, en Afrique, en Asie,  au moyen orient ou en Amérique du sud pour imposer un joug de type colonial aux peuples qui aspirent à jouir du fruit de leur travail et des ressources naturelles  dont la nature les a doté.

 

En retour  le terrorisme frappe à nos  portes…

 

Disons en toute humilité qu’à l’échelle de l’humanité nous en resterons à   l’aube de la civilisation tant que ces dérives  n’auront pas disparu.

 

Paradoxe nous commémorons chaque année la fin de la guerre d’Algérie mais qu’avons-nous retenu collectivement de l’hécatombe,   30 000 soldats français, plus  de 1 000 000 algériens en comptant les femmes et les enfants, pour nous laisser aller, aujourd’hui, à cautionner les  mêmes turpitudes qui peuvent demain conduire au pire.

 

C’est cette lutte incessante pour un monde de paix, que partageait avec nous Daniel Foulatier tout en souhaitant qu’un jour vienne, enfin,  ou les peuples sauront dépasser leurs contradictions par la concertations plutôt que par la violence.

 

Pour l’heure ce n’est qu’une utopie, comme beaucoup d’autres, vers lesquelles nous devons tendre.

 

Mais dans une période ou les  politiciens dédaignent notre souveraineté nationale pour adorer le veau d’or¹  Daniel était Porte Drapeau de la commune, l’étendard aux trois couleurs de la république, une et indivisible, le même qui a Valmy, le 20 septembre 1792, flottant au vent, accompagnait les sans culottes qui ont bouté hors de France les émigrés, soutenus par l’Etranger², qui tentaient de revenir au château pour mettre le peuple à la raison et rétablir leurs privilèges de naissance.

 

Daniel joignait ainsi, en toute humilité un acte hautement symbolique à la parole. Qu’il en soit remercié au nom de l’ARAC. Madame le Maire de Villiers sur orge, ici présente, a souhaité que je le fasse en son nom,  je m’en acquitte bien volontiers.

 

Daniel nous ne t’oublierons pas, repose en paix dans la quiétude du devoir accompli.

 

Que sa famille veuille bien trouver en ces quelques mots l’expression  de notre sollicitude à son égard,  et de la tristesse qui nous étreint.

 

Intervention prononcée lors de la cérémonie religieuse en la la Basilique de Longpont

 

 

¹ La mondialisation capitaliste

 

² L’OTAN de l’époque

Partager cet article
Repost0

commentaires