Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:47

L’utilisation d’énergie est indispensable à la satisfaction des besoins humains ne serait-ce que pour assurer à tous les peuples de la planète un niveau de développement égal à celui des pays les plus avancés  tout en réduisant les inégalités sociales. Dans ce domaine il faut, en matière de sécurité, gérer le présent, ne rien faire qui puisse hypothéquer l’avenir,  concevoir et mettre en œuvre des solutions sur les moyens longs et très longs termes.

 

Cela nécessite d’informer, de faire le point des avancées scientifiques, d’analyser les incidents survenus de remédier aux erreurs commises, de développer la recherche mais surtout de ne pas nous laisser obnubiler par les thèses du GIEC, dénoncées par des scientifiques  de très haut niveaux : qui ne visent rien moins qu’à promouvoir la décroissance économique par l’abandon du nucléaire. Les causes du  réchauffement climatique avancée par  le GIEC sont plus que contestables. Pour s’informer sur le sujet il faut visiter le site http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.htm en commençant par les références de son auteur  pour remettre à sa juste place le matraquage  des médias et des politiques qui font béatement de la surenchère écolo parce que ça  semble  électoralement porteur. Au lendemain du premier tour des cantonales qui a vu l’UMP prendre une déculottée Sarkozy vient de s’y mettre lui aussi.

 

 Nous pourrions ensuite valablement délibérer en connaissance de cause et non nous comporter en moutons de Panurge gobeurs d’élucubrations du type: « Nous bombardons la Libye pour préserver les populations civiles » alors que c’est pour piquer son pétrole, priver  les pays  d’Afrique orientale de soutiens et  laisser  les palestiniens à la merci du nettoyage ethnique israélien poursuivi malgré les résolutions de l’ONU. Deux poids, deux mesures.

 

 Les causes qui ont mené à la fusion du cœur de l’unité 2 de la centrale (TMI-2) de Three Miles Island  en 1979 ne doivent rien au hasard, ce sont une succession d’erreurs de conception, d’erreurs humaines et de pannes matérielles.

 

En 1986 le réacteur de la centrale soviétique était en fonctionnement lorsqu’il s’est emballé à la suite d'une série d'erreurs humaines. L’absence d'une enceinte de confinement, contrairement aux centrales françaises, avait alors permis au nuage de matière radioactive  libérée par l’explosion du réacteur de se répandre dans l'atmosphère.

 

Dans ces deux cas le remède est évident.

 

Au japon, c’est un tremblement de terre, suivi d’un tsunami qui a provoqué l’accident. Même si la question de l’implantation de centrales de ce type dans des zones à risques sismiques doit être posée il faut quand même noter qu’un  scientifique japonais avait donné, il y a quelques années,  l’alerte sur les risques encourus du fait de la sous estimation du facteur séisme. Il n’a été entendu ni par l’opérateur concepteur privé ni par le gouvernement japonais. (Toutes ces informations sont vérifiables sur Internet). En outre il n’y avait pas semble-t-il de source autre que d’origine nucléaire pour alimenter les systèmes de refroidissement qui de ce fait ne pouvaient plus être utilisés.

 

Pour en savoir plus sur les vraies conséquences humaines des radiations suite à Tchernobyl, ou ailleurs il est indispensable de se rendre à l’adresse suivante: http://www.industrie.gouv.fr/debat_energie/contribution/pdf/aurengo.pdf. Les conclusions sont applicables à tout incident ou accident de même nature. Mieux vaudrait se battre contre la prolifération   et l’utilisation de l’armement atomique, qui n’est d’ailleurs pas le seul moyen de destructions massives, que contre le nucléaire civil.

 

S’il faut la plus grande transparence en matière de sécurité encore faut-il ne pas céder à la psychose car la solution ne peut surgir des contrevérités étalées par les politiques, les médias, le GIEC  et Al Gore  qui a fait du développement durable un fond de commerce.

 

Même si d’autres pistes doivent être explorées le nucléaire est incontournable, d’abord la fission de dernière génération, plus sure et plus économe de matières premières  puis la fusion qui, dès que maîtrisée,   mettrait l’Humanité à l’abri de la pénurie pour plusieurs dizaines de millénaires mais également de la hantise des rayonnements. L’éolien est antiéconomique, pour un méga watts utiles il faut en investir 5, il est plus polluant que le nucléaire. Avec le prix subventionné par EdF, sur le dos des abonnés, les investisseurs ont un retour du capital sur 4 ans, on peut comprendre qu’ils s’accrochent à cette manne. Le photovoltaïque ne survit que subventionné lui aussi  par les consommateurs. Il est également producteur de gaz à effet de serre ensuite, il faut retraiter les panneaux, ce n’est pas le plus facile. Comme pour l’éolien, qui est à l’origine du décrochage des réseaux européens en 2006 (la grande panne) sa source d’énergie primaire est aléatoire. L’hydrogène, volatil, est intransportable sans pertes excessives. L’utilisation de la biomasse multiplie les émeutes de la faim. La géothermie chère à Mélenchon est d’un potentiel réduit, variable selon les sites.

 

 Il reste qu’il est nécessaire de préserver  autant que faire se peut les ressources du sous-sol, non renouvelables,  pour les industries de transformation au travers du concept d’économie circulaire qui commence à être mis en œuvre par la Chine. La chasse au gaspillage doit être lancée autrement qu’en paroles. Mieux Isoler l’habitat est une priorité, rapprocher emplois et logements pour réduire les migrations bi quotidienne,  le temps inutilement perdu, est un impératif incontournable. Il est également nécessaire de développer des productions durables, le recours au jetable, réservé aux pauvres, doit être le plus réduit possible. Les politiques de droite comme de gauche ne s’en soucient guère.

 

Aucun d’entre eux ne s’est élevé contre la pollution induite par l’intervention militaire contre la Libye, les massacres qui en découlent, pire ils l’ont sollicitée.

 

Ceux de la région parisienne unanimes préfèrent multiplier les surfaces de bureaux sur Paris plutôt que les logements sociaux. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autre ils  sont prisonniers de la  pensée unique. No futur disent les anglais, c’est tout comme.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 15:29


1. Humanitaire, mon oeil! Vous croyez aux raisons humanitaires ? Obama, Cameron et Sarko sauveurs des Libyens alors qu'ils envoient des troupes saoudiennes massacrer les démocrates du Bahrein ? L'Occident soucieux de démocratie alors qu'il protège la répression du dictateur au Yemen ? Vous croyez que Bernard-Henri Lévy se soucie vraiment de « sauver des Arabes », lui qui applaudissait aux bombardements sur les civils de Gaza ? « Le plus remarquable dans l'affaire, le vrai sujet d'étonnement, ce n'est pas la « brutalité » d'Israël. C'est, à la lettre, sa longue retenue » avait-il affirmé.

 

 2. Qui a le droit de « changer de régime » ? Le peuple libyen mérite certainement un meilleur leader qu'un dictateur qui a rempli les comptes suisses de toute sa famille. Kadhafi a aussi soutenu quelques dictateurs africains détestés. D'un autre côté, il a fermement soutenu les Palestiniens et nationalisé le pétrole pour assurer des services sociaux à sa population. Le contraire de Moubarak et Ben Ali. Et c'est pour ça que l'Empire voudrait le remplacer par une parfaite marionnette. Si demain, les Libyens étaient dirigés par un Chavez ou un Evo Morales, pour une véritable démocratie avec une justice sociale, qui n'applaudirait pas ? Mais si c'est pour le remplacer par des agents US comme Karzaï ou Al-Maliki et plonger ce pays dans le chaos pour des décennies comme l'Irak et l'Afghanistan... Comment appeler ça un progrès ? Chaque peuple a le droit de se débarrasser de dirigeants qui ne lui conviennent pas, mais ce droit n'appartient pas aux grandes puissances impériales : USA, France et Grande-Bretagne. Celles-ci ne poursuivent que leurs intérêts propres. En fait, les intérêts de leurs multinationales.

 

3. Les buts cachés. S'il n'y avait pas de pétrole en Libye, jamais l'Occident ne serait intervenu. Il faut quand même rappeler que la plupart des dictateurs africains ont été mis en place et sont protégés par les Etats-Unis ou la France, ou les deux ensemble. Le véritable but de cette guerre, comme en Irak, c'est de conserver le contrôle du pétrole. A la fois source de profits énormes et instrument de chantage pour contrôler toutes les économies. En fait, les USA n'utilisent pas eux-mêmes le pétrole du Moyen-Orient, mais veulent contrôler l'or noir dans le monde entier. Commeinstrument d'hégémonie. Pour garder ce contrôle, il leur faut absolument sauver Israël. Et pour ça, lui assurer un cordon protecteur de régimes arabes corrompus mais présentant trois qualités :

 

     Dociles envers Washington

     Conciliants avec Tel-Aviv

   Refusant d'appliquer la volonté de leurs peuples de faire respecter les droits des Palestiniens.

 

4. La « communauté internationale » existe-t-elle ? Manipulé par l'argent et les chantages des USA, l'ONU n'est pas démocratique et ne représente pas les peuples. Les grandes puissances (néo)coloniales - USA, France et Grande-Bretagne - prétendent parler au nom de la « communauté internationale ». Mais leur agression n'est soutenue ni par l'Allemagne, ni par la Russie, ni par la Chine. De plus, le Conseil de l'Europe avait exigé que l'Union africaine donne son acord, pour une intervention en Libye ; or, celle-ci a rejeté l'intervention. Et toute l'Amérique latine a soutenu l'idée d'une médiation lancée par Hugo Chavez. Pourquoi les Occidentaux ont-ils refusé ? Parce que ce qui les intéressait n'était pas de sauver des gens, mais de s'emparer du pétrole. En fait, les agresseurs sont une minorité. Comme par hasard, il s'agit des puissances les plus riches et les plus coloniales, et le terme « communauté internationale » est juste un terme de marketing. Car la politique des multinationales (vol des matières premières, surexploitation de la main d'œuvre, destruction de l'agriculture locale et des ressources naturelles, maintien de dictatures, provocation de guerres civiles) maintient dans la pauvreté une grande partie de l'humanité. Les intérêts sont donc entièrement opposés. Parler de « communauté internationale » est donc une imposture politique. Quand les médias reprennent cette expression, ils se rendent complices. Si un peuple est uni et déterminé contre un dictateur, il

trouvera la force de le renverser. Mais s'il s'agit d'une guerre civile (et personne ne nie que Kadhafi a également des soutiens importants), la solution de ce conflit n'est pas dans l'agression par les grandes puissances. Partout où elles sont intervenues (Irak, Afghanistan, Yougoslavie), la situation s'est aggravée. Elles ne poursuivent que leurs intérêts indignes, et s'ils l'emportent, le peuple libyen sera appauvri et plus exploité. Dans le tiers monde, on comprend tout ceci beaucoup plus facilement. Mais dans les pays riches, non. Pourquoi ?

 

 5. Chaque guerre est précédée d'un grand média-mensonge. Même dans la gauche européenne, on constate une certaine confusion : intervenir ou pas ? L'argument  massue « Kadhafi bombarde les civils » a pourtant été démenti par des sources occidentales et des sources de l'opposition libyenne. Mais répété des centaines de fois, il finit par s'imposer. Etes-vous certains de savoir ce qui se passe vraiment en Libye ? Quand l'Empire décide une guerre, l'info qui provient de ses médias est-elle neutre ? N'est-il pas utile de se rappeler que chaque grande guerre a été précédée d'un grand média mensonge pour faire basculer l'opinion ? Quand les USA ont attaqué le Vietnam, ils ont prétendu que celui-ci avait attaqué deux navires US. Faux, ont-ils reconnu des années plus tard. Quand ils ont attaqué l'Irak, ils ont invoqué le vol des couveuses, la présence d'Al-Qaida, les armes de destruction massive. Tout faux. Quand ils ont bombardé la Yougoslavie, ils ont parlé d'un génocide. Faux également. Quand ils ont envahi l'Afghanistan, ce fut en prétendant qu'il était responsable des attentats du 11 septembre. Bidon aussi.

 

S'informer est la clé Il est temps d'apprendre les grands média mensonges qui ont rendu possibles les guerres précédentes.  

                                                                                        Source : michelcollon.info

Michel  Collon. info a besoin de votre soutien. Vérifiez l'info, cherchez l'autre point de vue, discutez autour de vous et si vous en avez la possibilité, soutenez le

[http://www.michelcollon.info/-Faire-un-don-.html?lang=fr] afin d'augmenter les capacités d'info indépendante !

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 18:17

 

les députés du Front de gauche Jean Luc Mélenchon et Marie-Christine Vergiat ont approuvé le jeudi 10 mars la résolution concernant la Libye qui précise notamment : "les gouvernements de l’UE doivent se tenir prêts pour une décision du Conseil de sécurité des Nations-Unies concernant des mesures supplémentaires, y compris la possibilité d’une zone d’exclusion aérienne".Le texte a été adoptée par 584 voix pour, 18 voix contre et 18 abstentions.1


 

 

Prétendre que cette décision est un soutien politique à la rébellion est fallacieux car elle entérine l’intervention armée autorisée par L’ONU à la demande de Sarkozy.

 

A vous en croire les troupes de Kadhafi devraient lutter à mains nues contre des civils armés de kalachnikovs, de canons antichars et de batteries de DCA, sans oublier les couteaux de bouchers, destinés à égorger le dictateur, brandis à la télévision, ce n'est pas sérieux.

 

Pouvez vous m'expliquez comment faire respecter des zones d'exclusion aériennes décidés par l'ONU sans avoir recours aux armes qui provoqueront l'escalade et des bains de sang?

 

Secondement quel intérêt pour Kadhafi d'utiliser des mercenaires pour faire tirer sur son peuple? Il me semblerait plutôt que ces gens là,  jusqu'à preuve du contraire,  sont des gens à la solde de la CIA, des pétroliers et de leurs affidés. Cette opération s'est accompagnée d'une manipulation médiatique, destinées à attiser la haine, à la manière de reporter sans frontières, qui ne pouvait que tromper  les ignorants et les naïfs que vous n'êtes pas. Qu'est-ce alors? Au mieux  de l'opportunisme. L'extrême droite ne fait pas pire.

 

Mais vous avez la mémoire courte.

 

Souvenez-vous des cadavres sortis de la morgue de Timisoara pour abattre les Ceausescu jugés,  condamnés puis assassinés en moins d'une heure, de Sadam Hussein pendu pour des armes de destructions massives dont il ne disposait pas, après avoir été manipulé par la CIA. Comme Milosevic ils méritaient de vrais procès à charge et à décharge qui auraient permis de situer les responsabilités et de démonter le double langage du french Doktor. Est-il utile de vous rappeler le soutien apporté par les USA aux talibans pour abattre le régime progressiste en place en Afghanistan les femmes étaient alors médecins , professeurs, d'autres travaillaient en usine elles portent aujourd'hui le Tchador, le pavot fleurit, les centres de santé et les coopératives bombardées au Nicaragua pour défendre sans doute la démocratie bourgeoise, la loi du profit le plus grand dans le laps de temps le plus court dans le cadre des directives du FMI, de L'OMC et de l'union européenne dont vous refusez de vous affranchir.

 

N'oubliez pas non plus le progressiste Mossadegh viré par les USA pour être remplacé par le Shah d’Iran, l'intervention militaire Franco anglaise en Egypte après la nationalisation du canal de Suez par Nasser...je n'irai pas remonter jusqu'au lâche soulagement de Munich qui a donné le feu vert à Hitler pour s'engager à l'est contre l'Union Soviétique, l'abandon de la république espagnole, les guerres coloniales ou les justifications apportées ont  été de même nature que celles utilisées contre Kadhafi qui s’il n’est pas un saint a moins de sang sur la conscience que les Bush père et fils et nombre de dirigeants occidentaux ...

 

Les interventions de l'occident n'ont d'autre objet que la préservation de ses  intérêts  et de ceux des  transnationales qu’il contrôle et non pas la défense de la démocratie qui nulle part n'existe à l'état pur surtout pas là ou les candidats se font élire sur des programmes abandonnées dès le lendemain du scrutin...

 

J'avais déjà moult raisons de ne pas accorder mon suffrage à Mélenchon (j'ai acheté et lu son bouquin) à l'occasion des prochaines présidentielles vous venez,  de m'en donner une autre de voter blanc et pendant ce temps là le peuple, abandonné par ceux censés le défendre, se tourne vers les apprentis sorciers de sinistre mémoire.

 

J'en ai d'autres à votre disposition, je persiste et je signe.   j.freychet@wanadoo.fr

 

Votes des députés européens membtes de la Gauche Unitaire- GUE/ NGL:

 

Pour :

Lothar Bisky (Die linke/Allemagne)

Jaromir Kohlicek (Parti communiste/République tchèque)

Kartika Liotard (Parti socialiste/Hollande)

Jiri Mastalka (Parti communiste/République tchèque)

Marisa Matias (Bloc de gauche/Portugal)

Jean-Luc Mélenchon (PG-Front de gauche/France)

Miguel Portas (Bloc de gauche/Portugal)

Vladimir Remek (Parti communiste/République tchèque)

Soren Bo Sondegaard (Mouvement populaire contre l’UE/Danemark)

Rui Tavares (Bloc de gauche/Portugal)

Marie-Christine Vergiat (PG-Front de gauche/France)

Contre :

Charalampos Angourakis (KKE/Grèce)

Cornelis de Jong (Parti socialiste/Hollande)

Cornelia Ernst (Die linke/Allemagne)

Joao Ferreira (Parti communiste-CDU/Portugal)

Ilda Figueiredo (Parti communiste-CDU/Portugal)

Takis Hadjigeorgiou (AKEL/Chypre)

Thomas Handel (Die linke/Allemagne)

Jurgen Klute (Die linke/Allemagne)

Sabine Losing (Die linke/Allemagne)

Willy Meyer (Parti communiste d’Espagne-Izquierda Unida/Espagne)

Miloslav Ransdorf (Parti communiste/République tchèque)

Helmut Scholz (Die linke/Allemagne)

Georgios Toussas (KKE/Grèce)

Sabine Wils (Die linke/Allemagne)

Abstention :

Alfreds Rubiks (Parti socialiste/Lettonie)

Kriacos Triantaphyllides (AKEL/Chypre)

Absents :

Nikolas Chountis (Synapsismos/Grèce)

Bairbre de Brun (Sinn Fein/Irlande)

Jacky Hénin (PCF-Front de gauche/France)

Joe Higgins (Parti socialiste/Irlande)

Elie Hoarau (Parti communiste réunionais/France)

Patrick Le Hyaric (PCF-Front de gauche/France)


 


 

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 18:42

Un texte de jean Levy sur le site du comité deValmy

 

Dans le débat permanent, qui se poursuit au sein du mouvement ouvrier, le lien ou l’opposition entre les concepts de nation et d’internationalisme, sont récurrents. Il y a un siècle, Jean Jaurès, dans une formule fameuse en établit les rapports étroits. Depuis lors la polémique n’a pas cessé.

Pour nombre de camarades, évoquer « la nation », déployer le drapeau tricolore, c’est sombrer dans l’idéologie bourgeoise, c’est trahir la notion de classe, c’est se placer dans le camp de l’ennemi. Or, quand il s’agit d’assumer la solidarité avec des peuples en lutte pour leur indépendance, ces mêmes camarades défendent bec et ongles le droit de ces peuples à combattre pour leur « libération nationale » et brandissent hardiment leur drapeau, qu’il ait été vietnamien, cubain, ou algérien, hier, ou palestinien aujourd’hui.

Seul, le drapeau français fait exception…

Or, l’indépendance de notre pays n’est-elle pas aliénée de par son intégration forcée dans l’Union européenne ? Les hommes liges de celle-ci se font gloire d’avoir limité la souveraineté de la France et multiplient leurs efforts pour poursuivre plus avant dans cette voie. Leur horizon, c’est l’abandon complète de l’indépendance nationale de chacun des Etats qui composent l’UE, au profit du grand capital européen. Celui-ci a pour perspective la suppression pure et simple des lois et dispositions nationales, acquises par la lutte de chaque peuple. Elles protégent encore trop les travailleurs aux yeux des oligarchies financières et des politiciens à leur service. Les législations sociales sont autant d’obstacles à supprimer, telles les frontières des Etats au sein de l’Europe.

Dans la mesure où cette analyse est partagée, chacun devrait en tirer la conclusion que la reconquête des droits sociaux, et mieux encore la lutte pour une autre société, vont de pair avec le combat pour recouvrer la pleine souveraineté de chaque nation.

Si Cuba, le Venezuela, la Bolivie, peuvent suivre aujourd’hui une voie de développement propre aux intérêts de chacun de leur peuple, c’est que ceux-ci ont rompu les liens d’aliénation avec l’impérialisme US, c’est qu’ils ont d’abord reconquis leur souveraineté.

Pour eux comme pour nous, la libération sociale est inséparable de la libération nationale.

 

Jean LEVY  sur le site du comité de valmy

 

Faut-il rappeler, à ce sujet, ce que notait Georges Dimitrov, dans son journal, le 12 mai 1941, un mois avant l’agression nazie contre l’Union soviétique, donc propos non de circonstance :

« Il faut développer l’idée d’un mariage entre un nationalisme sain et bien compris et l’internationalisme prolétarien. Celui-ci doit reposer sur ce nationalisme dans les divers pays (…) entre le nationalisme bien compris et l’internationalisme prolétarien, il n’y a pas et ne peut y avoir de contradiction. Le cosmopolitisme sans patrie, refusant tout sentiment national et l’idée de patrie, n’a rien à voir avec l’internationalisme prolétarien ».

Domenico Losurdo : « Staline, histoire et critique d’une légende noire » (page 34) Editions aden

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 17:53

L’humanité le 7 Février 2011, entretien réalisé par Rosa Moussaoui Dakar envoyée spéciale


Pour Amin Samir « Moubarak a intégré l’islam politique dans son système »

 

Les événements qui secouent la Tunisie et l’Égypte relèvent-ils de simples « révoltes populaires » ou signent-ils l’entrée de ces pays dans des processus révolutionnaires ?

Samir Amin. Il s’agit de révoltes sociales potentiellement porteuses de la cristallisation d’alternatives, qui peuvent à long terme s’inscrire dans une perspective socialiste. C’est la raison pour laquelle le système capitaliste, le capital des monopoles dominants à l’échelle mondiale, ne peut tolérer le développement de ces mouvements. Il mobilisera tous les moyens de déstabilisation possibles, des pressions économiques et financières jusqu’à la menace militaire. Il soutiendra, selon les circonstances, soit les fausses alternatives fascistes ou fascisantes, soit la mise en place de dictatures militaires. Il ne faut pas croire un mot de ce que dit Obama. Obama, c’est Bush, mais avec un autre langage. Il y a là une duplicité permanente. En fait, dans le cas de l’Égypte, les États-Unis soutiennent le régime. Ils peuvent finir par juger plus utile le sacrifice de la personne de Moubarak. Mais ils ne renonceront pas à sauvegarder l’essentiel : le système militaire et policier. Ils peuvent envisager le renforcement de ce système militaire et policier grâce à une alliance avec les Frères musulmans. En fait, les dirigeants des États-Unis ont en tête le modèle pakistanais, qui n’est pas un modèle démocratique mais une combinaison entre un pouvoir dit islamique et une dictature militaire. Toutefois, dans le cas de l’Égypte, une bonne partie des forces populaires qui se sont mobilisées sont parfaitement conscientes de ces visées. Le peuple égyptien est très politisé. L’histoire de l’Égypte est celle d’un pays qui tente d’émerger depuis le début du XIXe siècle, qui a été battu par ses propres insuffisances, mais surtout par des agressions extérieures répétées.

Ces soulèvements sont surtout
le fait de jeunes précarisés, 
de diplômés chômeurs. Comment 
les expliquez-vous ?

Samir Amin. L’Égypte de Nasser disposait d’un système économique et social critiquable, mais cohérent. Nasser a fait le pari de l’industrialisation pour sortir de la spécialisation internationale coloniale qui cantonnait le pays à l’exportation de coton. Ce système a su assurer une bonne distribution des revenus en faveur des classes moyennes, mais sans appauvrissement des classes populaires. Cette page s’est tournée à la suite des agressions militaires de 1956 et de 1967 qui mobilisèrent Israël. Sadate et plus encore Moubarak ont œuvré au démantèlement du système productif égyptien, auquel ils ont substitué un système totalement incohérent, exclusivement fondé sur la recherche de rentabilité. Les taux de croissance égyptiens prétendument élevés, qu’exalte depuis trente ans la Banque mondiale, n’ont aucune signification. C’est de la poudre aux yeux. La croissance égyptienne est très vulnérable, dépendante du marché extérieur et du flux de capitaux pétroliers venus des pays rentiers du Golfe. Avec la crise du système mondial, cette vulnérabilité s’est manifestée par un brutal essoufflement. Cette croissance s’est accompagnée d’une incroyable montée des inégalités et du chômage, qui frappe une majorité de jeunes. Cette situation était explosive, elle a explosé. Ce qui est désormais engagé, au-delà des revendications initiales de départ du régime et d’instauration des libertés démocratiques, c’est une bataille politique.

Pourquoi les Frères musulmans tentent-ils désormais de se présenter comme des « modérés » ?

Samir Amin. Parce qu’on leur demande de jouer ce jeu. Les Frères musulmans n’ont jamais été des modérés. Il ne s’agit pas d’un mouvement religieux, mais d’un mouvement politique qui utilise la religion. Dès sa fondation en 1920 par les Britanniques et la monarchie, ce mouvement a joué un rôle actif d’agent anticommuniste, antiprogressiste, antidémocratique. C’est la raison d’être des Frères musulmans et ils la revendiquent. Ils l’affirment ouvertement : s’ils gagnent une élection, ce sera la dernière, parce que le régime électoral serait un régime occidental importé contraire à la nature islamique. Ils n’ont absolument rien changé sur ce plan. En réalité, l’islam politique a toujours été soutenu par les États-Unis. Ils ont présenté les talibans dans la guerre contre l’Union soviétique comme des héros de la liberté. Lorsque les talibans ont fermé les écoles de filles créées par les communistes, il s’est trouvé des mouvements féministes aux États-Unis pour expliquer qu’il fallait respecter les « traditions » de ce pays. Ceci relève d’un double jeu. D’un côté, le soutien. De l’autre, l’instrumentalisation des excès naturels des fondamentalistes pour alimenter le rejet des immigrés et justifier les agressions militaires. Conformément à cette stratégie, le régime de Moubarak n’a jamais lutté contre l’islam politique. Au contraire, il l’a intégré dans son système.

Moubarak a-t-il sous-traité la société égyptienne aux Frères musulmans ?

Samir Amin. Absolument. Il leur a confié trois institutions fondamentales : la justice, l’éducation et la télévision. Mais le régime militaire veut conserver pour lui la direction, revendiquée par les Frères musulmans. Les États-Unis utilisent ce conflit mineur au sein de l’alliance entre militaires et islamistes pour s’assurer de la docilité des uns comme des autres. L’essentiel est que tous acceptent le capitalisme tel qu’il est. Les Frères musulmans n’ont jamais envisagé de changer les choses de manière sérieuse. D’ailleurs lors des grandes grèves ouvrières de 2007-2008, leurs parlementaires ont voté avec le gouvernement contre les grévistes. Face aux luttes des paysans expulsés de leur terre par les grands propriétaires fonciers, les Frères musulmans prennent partie contre le mouvement paysan. Pour eux la propriété privée, la libre entreprise et le profit sont sacrés.

Quelles sont leurs visées à l’échelle du Proche-Orient?

Samir Amin. Tous sont très dociles. Les militaires comme les Frères musulmans acceptent l’hégémonie des États-Unis dans la région et la paix avec Israël telle qu’elle est. Les uns comme les autres continueront à faire preuve de cette complaisance qui permet à Israël de poursuivre la colonisation de ce qui reste de la Palestine.


Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 16:57

Approbation du procès verbal de la séance précédente 14-12-2010

 

Dans l’impossibilité pour des raisons pratiques de rédiger et d’afficher dans les délais le procès verbal de la réunion du conseil tenu le 14 décembre madame le maire l’a transformé en un compte rendu succinct ne comprenant que l’énumération des points traités accompagnée des décisions prises à l’exclusion des débats et des explications de votes.

 

l’opposition dans son ensemble a observé qu’un tel document ne permettait pas  à la population  d’appréhender les motivations de chacun des élus, qu’en outre que le PV qui a été remis ultérieurement, s’il est communicable sur demande, n’est pas systématiquement  affichable, ce qui constitue une restriction du droit à  l’information.  

 

Ce document présentant en outre quelques imprécisions et insuffisances je ne l’ai pas approuvé.

 

Il est  à noter qu’il n’est pas rare que des questions diverses soient ajoutées et  des documents de présentation des dossiers à traiter remis en début de séances ce qui est en contradiction avec le Code Général des Collectivités territoriales. Il en a été ainsi pour ce qui concerne l’autorisation donnée le 14 décembre dernier à madame le maire de signer une convention avec l’Etat et AEDIFICAT  en vue de la réhabilitation et la transformation de la Seigneurie en résidence sociale alors que ce point, qui n’est pas de la moindre importance, n’avait pas été inscrit à l’ordre du jour, qu’aucune enquête préalable n’avait été effectuée, le document de présentation, remis aux élus en début de séance est on ne peut plus succinct. C’est la raison pour laquelle je m’y suis opposé tout en demandant que la décision soit reportée de quelques jours.madame le  Maire est passé outre.

 

Aujourd’hui la majorité UMP et l’Elan pour Villiers tentent de faire accroire que je serais opposé à la réalisation de programmes sociaux ce qui est faux par contre ils ne peuvent se concréter sans qu’aient été évaluées, au préalable,   leurs conséquences au niveau démographique et vérifiée leur adéquation avec les équipements locaux, scolaires en particulier.

 

Décisions du Maire

 

il n’y avait pas à revenir sur les décisions prises par madame le Maire depuis la dernière séance puisqu’elle a reçu délégation de sa majorité.

 

Etat d’avancement des programmes d’urbanismes.

 

Madame Guillet a déclaré que la convention tripartite Etat, commune, AEDIFICAT avait  été signée mais le maître  d’œuvre n’est pas encore désigné, le programme de travaux inexistant, pire il semble qu’il n’y ait pas eu de diagnostic du moins transmis à la commune. Sur injonction de l’Etat  26 logements sociaux supplémentaires seront construits rue de la seigneurie sur l’ancien terrain de boules. Ils contribueront à densifier  ce quartier pour accueillir les exclus du grand Paris. Y implanter une école pour décongestionner le centre ville aurait été plus judicieux.

 

Nous avons appris que la demande  de permis de construire de la deuxième tranche immobilière sur le plateau des Molières par Nexity était en cours d’étude sans que les élus de l’opposition n’aient eu, à ma connaissance, la moindre information préalable. Ils se   trouvent ainsi placés devant le fait accompli sans que la plupart n’y trouvent à redire.

 

Les travaux dits du Hameau Saint Marc ont débutés et le contentieux Lortholary (une construction illicite voie saint Marc), à épisodes est repartie pour un tour, un an sinon plus, une demande d’implantation de parking a été déposée, elle ne pourra être acceptée.

 

Débat d’Orientation Budgétaire – DOB -

 

D’emblée le document d’introduction qui nous a été remis situait les contraintes financières aggravées que subiront les collectivités territoriales dans les années à venir du fait de l’incertitude quant à l’évolution de la (je cite)  croissance économique encore faible et incertaine et la volonté du gouvernement et de sa majorité de réduire les déficits au travers la poursuite d’un plan drastique d’austérité initié depuis déjà plusieurs années.

 

La Dotation Globale de Fonctionnement est gelé, le rapport Carrez préconise de privilégier la péréquation horizontale, c'est-à-dire de picorer dans la gamelle des voisines. Des mesures destinées à les pousser vers une intégration accrues dans des organismes  supra communaux sont prises, la majorité transfère ses compétences à tours de bras à ce rythme il ne restera bientôt plus que l’aide sociale  à gérer puis les indemnités du maire et de ses adjoints à réduire avant de les supprimer. Regrettons que Elan pour Villiers et Renouveau Solidaire lui emboîtent le pas sans barguigner.

 

Il y aura donc dans les années à venir moins d’argent de l’Etat pour les communes. Restriction qu’il faudra compenser par une hausse du coût des prestations servies, ainsi qu’il a été  déjà fait en décembre, restauration scolaire, centre de loisirs, crèches… en attendant une nouvelle revalorisation des impôts locaux qui ne saurait tarder, par obligation, à laquelle s’ajouteront dans les semaines  qui viennent les conséquences de la flambée spéculative sur les céréales et les matières premières que rien ne justifie. Pas même le prétendu réchauffement climatique dont nous serions coupables.

 

Hausse des prix programmée et baisse du pouvoir d’achat, évasions des capitaux, spéculations… sont les mamelles qui nourrissent la décroissance et par conséquent la crise qui a encore de beaux jours devant elle si un changement de cap n’intervient pas rapidement. Sinon la dynamique à laquelle il est fait  état dans le document  d’introduction au débat budgétaire restera durablement baissière.

 

Mois de janvier, mois des vœux : Aux personnes qui m’ont présenté les leurs j’ai répondu invariablement 2011, sera pire que 2010. En 2011 les salariés et pensionnés perdront 3 points de pouvoir d’achat. C’est presque déjà fait.

 

Il est à craindre qu’en 2012 nous touchions le fond à moins bien entendu d’un mouvement social d’envergure ou d’un changement politique significatif.

 

Pour une très large majorité de nos concitoyens l’écart entre recettes et dépenses va se creuser en négatif. Pour la commune il en sera de même puisqu’il est prévu, en moyenne annuelle 1,2 % d’augmentation de 2010 à 2014 pour les recettes  contre 3,3 % pour les dépenses dont 4,6 % pour les charges de personnels qui croissent malgré les transferts de compétences vers l’agglo. Un audit s’avère nécessaire dans ce domaine,  de la part de la majorité à défaut par un cabinet spécialisé.

 

L’assainissement, l’éclairage public, l’essentiel de la voirie, la médiathèque j’en oublie peut être, sont aujourd’hui pris en charge par la communauté d’agglo, l’effectif administratif est plus important qu’il y a 10 ans  à  Villiers sur Orge.

 

La situation va devenir intenable, madame le maire a laissé entendre en commission des finances qu’il faudra à l’avenir, plafonner les aides du CCAS à l’intention des familles en difficulté, mais la majorité soutient les orientations gouvernementale, répartit les miettes, pressure les administrés en  les incitant à la résignation, c’est la crise on ne peut faire autrement…Qui veut argumenter est réduit au silence car il ne faut pas faire de politique au sein du conseil municipal … pourtant au sens étymologique gérer les affaires de la cité c’est faire de la politique…

 

Approbation des programmes et des enveloppes financières prévisionnelles extension et réhabilitation des écoles maternelles et primaire (Malraux et Brossolette)

 

Je n’ai pas approuvés ces programmes. 3 classes supplémentaires pour l’école primaire, deux pour la maternelle,avec une moyenne de 29 élèves par classe. Il il est vrai qu’en bourrant on peut toujours en mettre plus au détriment de la qualité de l’enseignement. Ce  ne sont que des objectifs de fin de mandat, ensuite advienne que pourra. Ces extentions   auraient été largement insuffisantes si la Seigneurie n’était pas transformée en résidence sociale, autant de logement en moins à construire, c’est une aubaine pour la majorité actuelle,  mais elle laissera le problème entier pour celle qui lui succèdera. qui  devra, à moins de s’y opposer résolument, faire face à l’afflux de population généré par le projet du grand Paris qui va accélérer l’exil  des couches moyennes inférieures de la capitale pour y construire des bureaux et des résidences de standing. 

 

Le 27 janvier, en commission, monsieur Simons avançait l’hypothèse d’un Villiers sur Orge à 10 000 habitants dans les 10-15 ans, tout en se glorifiant d’avoir crée les conditions de la densification de l’habitat en particulier dans les zones pavillonnaires. Créer deux autres deux groupes scolaires, évolutifs, aurait permis en outre de désembouteiller le centre ville aux heures d’affluence et de résoudre les problèmes de stationnement aux abords de Malraux.

 

Avis de la commune de Villiers sur Orge sur le projet de réseau de transport public du grand Paris et le projet Arc Express.(Nous ne sommes pas concerné dirctement)

 

La métropole parisienne est confrontée à une saturation quasi généralisée de ses axes de transport qu’ils soient routiers ou ferroviaires

 

Dans 12 ans nous aurons un million d’habitants en plus, 3 millions de déplacements supplémentaires chaque jour.

 

La rénovation des transports en commun prévue au plan de relance améliorera la capacité de 10 à 15 % soit seulement la croissance prévue de la demande. Le problème ne sera pas résolu.

 

Nous subissons une pression importante en matière de construction de logement, la grande couronne a  un déficit en emplois. La motion présentée ne dit mot sur la nécessité de résister à la pression, de créer et de favoriser l’implantation d’entreprises par contre en proposant le sextuplement des voies entre Juvisy sur Orge et François Mitterrand nous  donnerions l’impression de cautionner cette situation.

 

Construire des logements sociaux sur Paris plutôt que des bureaux qui  restent inoccupés permettrait de réduire plus efficacement la circulation,  l’encombrement des transports en commun et par conséquent de réaliser des économies d’énergie tout en améliorant les conditions de vie de ceux qui migrent quotidiennement.

 

Je me suis abstenu sur ce texte qui ne traite que d’un aspect des problèmes auxquels comme nos voisins nous sommes confrontés. A part  « Arc Express » ce qu’il préconise n’apportera pas d’amélioration tangible pour les automobilistes et les usagers des transports en commun en particulier sur le ligne C du RER.

 

En réponse à madame le maire j’ai également déclaré que contrairement aux autres élus de l’agglo j’étais opposé à la politique qui vise à développer un grand Paris concurrent des autres métropoles Européennes. A ce jeu là le pouvoir d’achat s’érode, la précarité s’étend, les exclusions se multiplient…

 

Affaires générales, transfert de compétences...

 

Les collectivités locales sont autant de foyers de démocratie. Leur suppression en cours éloignera les citoyens des centres de décisions. Opposé aux transferts de compétences  de la commune vers l’agglo, mais non pas à la recherche et au développement de synergies intercommunales, ce qui est très différent et mériterait débat, je n’ai pas jugé bon d’avaliser le règlement intérieur des médiathèques du Val D’orge ainsi que la convention de mise à disposition de services et de répartition des dépenses de fonctionnement et d’investissement entre la commune de Villiers sur Orge et l’Agglo qui va compliquer inutilement la charge de travail du personnel communal.

 

Personnel

 

Par contre, s’agissant d’une mesure réglementaire conforme à l’équité j’ai approuvé la mise en conformité du tableau des emplois de la ville avec le nouveau cadre d’emplois des techniciens territoriaux ainsi que la création d’un poste correspondant à la qulification acquise à la suite de la réussite d’un animateur à un examen professionnel.

Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 15:20

Dans le cas où le Front de gauche ne s’ouvrirait pas à d’autres forces politiques de la gauche radicale, qu’il ne clarifierait pas sa position sur la crise de l’Union européenne, et n’engagerait pas un large débat sur la nécessaire sortie de l’euro, laissant ainsi le chemin libre au Front national et à des gaullistes de droite, le M’PEP n’écartera pas l’hypothèse de présenter ses propres candidates et candidats aux élections présidentielle et législative de 2012. Il prendra la décision lors d’un congrès extraordinaire début 2012.

La lutte pour la sortie de l’euro est la suite logique du « non » de gauche au référendum sur le traité de Maastricht en 1992 qui avait notamment pour but d’adopter le principe de la monnaie unique. Elle est également dans la continuité du « non » de gauche au référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005 qui a donné le traité de Lisbonne. Toutes les raisons qui avaient justifié le « non » de gauche à l’euro en 1992 se confirment aujourd’hui : remise en cause de la souveraineté populaire et nationale, l’euro n’avait pas qu’une vocation monétaire mais il était aussi un prétexte pour forcer la main aux États et les contraindre à s’engager dans une voie fédéraliste ; nivellement par le bas des salaires, de l’emploi et de la protection sociale ; accélération de la circulation des capitaux, alimentant le développement de la bulle financière au détriment de l’économie réelle ; complication dans la mise en œuvre de politiques de gauche ; retrait de la politique et des institutions monétaires du champ de la sphère politique et leur remise entre les mains des marchés financiers au motif de leur « indépendance »…

Dix ans après la mise en place de l’euro, son bilan est accablant. Les plans d’austérité qui frappent la quasi-totalité des pays membres de l’Union européenne, particulièrement dans la zone euro, sont présentés pour « sauver » la monnaie unique alors que cette dernière devait être un « bouclier » contre la spéculation. Jamais le niveau de vie des populations n’avait été si brutalement attaqué.

Face à cette situation lourde de menaces sur les plans social, économique, environnemental, démocratique, la gauche de gauche reste ambigüe vis-à-vis de l’Union européenne. Elle ne propose que de « changer les statuts de la Banque centrale européenne » pour, notamment, lui permettre d’acheter des titres des États sur le marché primaire obligataire. Cette perspective n’est pas réaliste ni crédible, en tout cas dans un délai bref. Car pour changer les traités européens il est nécessaire d’obtenir l’accord unanime des vingt-sept pays membres de l’Union européenne. Comment imaginer un seul instant que ces pays, dirigés pour la plupart par la droite ou la « gauche » social-libérale, se transmutent brutalement pour mener une politique monétaire de gauche à l’échelle européenne alors qu’ils mènent une politique très à droite dans leurs pays respectifs ? Il est particulièrement démobilisateur de faire croire que la seule issue à la crise de l’Union européenne serait une modification des traités, en refusant par principe et sans débat toute initiative nationale unilatérale comme, par exemple, la désobéissance européenne.

Le M’PEP ne laissera pas la bataille pour la sortie de l’euro dans les seules mains de l’extrême droite et des gaullistes de droite. Le Front de gauche doit combattre clairement et frontalement l’Union européenne qui fait partie des piliers de l’ordre néolibéral mondial, au même titre que l’OTAN, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Organisation mondiale du commerce et l’OCDE. La sortie de l’euro est une revendication de gauche, elle permet de sortir de l’ordre monétaire néolibéral et de restaurer la souveraineté monétaire. Il existe en effet des politiques monétaires de gauche et des politiques monétaires de droite. En cas de victoire électorale de la gauche - quel que soit le pays -, il n’y a aucune raison de laisser la politique monétaire aux mains de la droite et des marchés financiers en épargnant la Banque centrale européenne et son « indépendance ». Il faudra au contraire s’émanciper de la Banque centrale européenne et renationaliser la politique monétaire autour de la Banque de France.

Mais il y a plus, car si la sortie de l’euro est un acte politique fondateur nécessaire, ce n’est pas suffisant. Une véritable politique de gauche, s’engageant dans la perspective d’un socialisme du XXIe siècle, doit également mener la lutte sur trois autres fronts principaux :

1.- La gravité de la crise a rendu obsolète la simple revendication de la « régulation » des marchés financiers ou de taxes sur les transactions financières. Il faut, aujourd’hui, s’attaquer réellement à la domination des marchés financiers et organiser leur démantèlement, arrêter le financement des États par les marchés financiers en supprimant le marché obligataire, organiser le dépérissement de la Bourse, etc. Le M’PEP dispose de propositions solides qu’il met à la disposition du débat public.

2.- Aucune politique salariale ambitieuse, ni le redressement de la protection sociale, ne seront possibles dans un univers qui restera dominé par la guerre commerciale et la concurrence entre les travailleurs qu’est le libre-échange. Des mesures protectionnistes aux frontières de l’Union européenne, telles qu’elles sont parfois évoquées, seraient inefficaces puisque les deux tiers du commerce de l’Union européenne sont intra-européens, l’ « élargissement » ayant précisément été décidé pour offrir des bases de délocalisations à des pays comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni… Il faut des mesures protectionnistes unilatérales, dans le cadre universaliste de la Charte de La Havane de 1948. La gauche doit le dire clairement et se libérer du tabou du protectionnisme.

3.- La suppression du chômage et de la précarité, et non leur simple diminution, doivent devenir des perspectives crédibles. C’est en effet pour rediscipliner le salariat des pays occidentaux, après les grandes luttes syndicales des années 60 et 70, que les classes dirigeantes ont organisé consciemment le chômage et la précarité de masse. Le M’PEP met en débat le droit opposable à l’emploi. Ce n’est pas le travail qui manque, c’est l’emploi. Il existe en effet suffisamment de besoins individuels et collectifs non satisfaits pour y répondre par la création d’emplois, en particulier dans le secteur non-marchand : éducation, santé, culture, transports, logements, environnement, agriculture, sport, loisirs… Grâce à la mise en place de tuteurs en entreprise, ces emplois seront notamment un moyen efficace d’insérer socialement et professionnellement les centaines de milliers de jeunes sortis du système éducatif sans diplôme ni qualification et qui végètent sans aucun espoir. Dans le secteur marchand, il faudra interdire les délocalisations et généraliser la relocalisation industrielle et agricole de la France, tout en organisant la mutation écologique du mode de production de ces secteurs. Le financement de ces emplois reposera sur un partage plus juste des richesses : ce sont dans un premier temps 10% du PIB qui devront être mobilisés (170 milliards d’euros chaque année) pour financer au moins 4 millions de salaires.

Malgré toutes ses réticences vis-à-vis des institutions de la Ve République et particulièrement de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct, le M’PEP n’écartera donc pas l’hypothèse de présenter ses propres candidates et candidats aux élections présidentielle et législative de 2012 si le Front de gauche ne s’ouvre pas à d’autres forces de la gauche radicale et ne clarifie pas sa position sur la crise de l’Union européenne et la nécessaire sortie de l’euro. Le M’PEP prendra la décision lors d’un congrès extraordinaire au premier trimestre 2012. Il conduira une réflexion approfondie sur une nouvelle République.

Le M’PEP rappelle qu’il est favorable à la construction d’une grande force politique de gauche, rassemblant toutes les sensibilités de la gauche de gauche. Il se veut un partenaire du Front de gauche dans la mesure où ce dernier préfigurera cette grande force politique, ouverte, pluraliste, démocratique, efficace, dynamique.

Résolution adoptée par le Congrès du M’PEP le 29 janvier 2011.

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 17:53

Des communistes s’interrogent, souhaitent une candidature de leur parti sur la base d’un programme  en rupture avec le capitalisme  lors des prochaines présidentielles. Bonnes questions qui  sont aussi les miennes mais ce ne sont pas les seules !

 

Il convient sans aucun doute d’initier un changement qui soit en rupture avec le capitalisme actuel et ses dérives mondialistes supranationales, mais les réformes mises en œuvre durant les trente glorieuses sur les bases du programme du Conseil National de la Résistance (CNR), rédigé pour l’essentiel par jacques Duclos dirigeant clandestin du PCF durant la seconde guerre mondiale, étaient déjà en rupture avec ce système,  le solde de nos acquis sociaux en porte encore le témoignage  mais pour combien de temps  encore ?

 

La droite, le MEDEF, les banquiers, fonds de pensions et  rentiers poussent afin de le faire disparaître sous l’égide de la concurrence dite libre et non faussée, la loi de la jungle redevenant ainsi la règle avalisée par les moutons de Panurge.

 

La « gôche », le PS, les Verts, la mouvance social-démocrate dans son ensemble, des groupuscules issus du PCF et la direction de ce parti, y compris nombre de ses adhérents, en fait tous ceux qui se reconnaissent et trouvent leur comptes dans la société de consommation ont renoncé à la lutte des classes et snobent le marxisme, qui reste pourtant un élément d’analyse incontournable, sans même se préoccuper du sort de leur progéniture. « Et moi et moi » chante Dutronc, après on s’en fiche.

 

Influencée par les médias, pour qui il n’est de démocratique  que le pouvoir de  l’argent dans le cadre du modèle occidental, tous les autres ne produiraient que d’affreux dictateurs dignes du gibet, en particulier là ou ils tentent de s’opposer aux tentatives néocolonialistes occidentales, l’opinion, à qui on fait prendre les vessies pour des lanternes, reste très majoritairement  l’arme au pied : Les nantis n’en parlons pas mais deux salaires mensuels médians cumulés (1600 € x 2) permettent encore de faire face, deux SMIC de surnager difficilement, un seul revenu fait prendre le chemin des restos du cœur et autres ONG caritatives antichambres de l’exclusion ultime étape des précaires et autres intermittents et fins de droits.

.

Les enquêtes démontrent, au mieux ou au pire c’est selon, que les sondés ont perdus le sens de l’orientation politique et les commentaires qui les accompagnent traduisent en termes à peine voilés les objectifs poursuivis par ceux qui les ont commanditées.

 

Qui aujourd’hui de  BAGBO  rejeté par les instance internationales mais conseillé semble-t-il par des socialistes français adeptes du libre échange  à OUATTARA, un ancien du FMI soutenu par les Présidents Sarkozy et Obama peut distinguer le bon grain de l’ivraie ? Affaire de nuances, de souplesse de l’échine difficiles à discerner. On pourrait multiplier les exemples…

 

Face  à l’absence de réponse crédible de la gauche, y compris celle qui se prétend radicale, aux questions posées, l’abstention devient la règle lors des consultations électorales,  non seulement aux dernières européennes et   régionales ou plus d’un électeurs sur deux sont restés chez eux mais également à l’occasion des partielles. Pourquoi les gens voteraient-ils si la loi du marché doit décider pour eux ?

 

Le Front national récupère  le courant protestataire en surfant sur  la xénophobie ambiante. Hortefeux  sur-en chérit à moins que ce ne soit le contraire. Quelle que soit le résultat des prochaines présidentielles, statut quo ou gauche plurielle du style on change les hommes ou les femmes pour faire la même chose il y a gros à parier que l’extrême droite  empochera la mise à l’échéance suivante, peut être avant.

 

Bien qu’ayant quitté le PCF depuis déjà plusieurs année ma préférence irait sans contestation possible à un candidat communiste mais sur la base d’un programme permettant dans un premier temps de stopper la régression sociale ensuite de franchir une nouvelle étape dans le dépassement du capitalisme, pour aller vers le plein emploi, ainsi que le préconise Bernard Friot dans son livre «l’Enjeu des Retraites », ( La Dispute)ou il propose de reprendre au capital la part indue des richesses nationale créées par le travail qu’il s’est appropriée depuis près de trente ans, puis d’instaurer une taxe sociale pour financer les investissements créateurs de valeur ajoutée qui permettrait de court-circuiter les banques. C’est possible la France est toujours un pays riche

 

Sa démonstration simple, compréhensible par tout un chacun  ne devrait pas, bien exposée, effrayer la «classe  oeuvrière », celle qui n’a que sa force de travail manuelle ou, et  intellectuelle,  expression qui me semble à connotation plus large et par conséquent mieux  appropriée que la précédente pour englober ouvriers, employés, enseignants, techniciens, ingénieurs,  cadres travailleurs intellectuels et  chercheurs bien souvent  parents pauvres du système.

 

Mais ce n’est possible qu’à la condition que nous nous soyons affranchis des carcans que constituent l’Union Européenne, OMC et le FMI qui prétendent régenter la planète afin que les transnationales s’en approprient les richesses. Se borner à prôner une autre utilisation du crédit dont les intérêt iraient encore nourrir les appétits des banquier, rentiers et fonds de pensions ne dénote pas une volonté de rupture avec le système capitaliste il faut par contre prélever sur la valeur ajoutée (ou PIB), sur les richesses créées par le travail qui n’ont jamais été aussi importantes dans notre pays.

 

La social démocratie n’a pas l’intention de voir disparaître le  joujou qu’elle a contribué à créer. Malgré des déclarations grandiloquentes Mélenchon ne propose rien de concret, fait de la surenchère écolo, entend s’approprier ce qui reste de l’appareil et du patrimoine du PCF, il veut brader le nucléaire civil mais se réclame de la force de frappe. La direction du PCF entend réformer l'Union Européenne  de l’intérieur mais les enfants de nos enfants mangerons les pissenlits par la racine avant d’y être parvenus. Le Front de Gauche regroupe l’ensemble des contradictions et, à surfer sur Internet, comme sœur Anne on  ne voit, même en cherchant bien, rien venir, sinon des textes qui font déjà date …

 

Pourtant le temps presse et les Politiques de gauche (les hommes et les femmes) ne pourront pas toujours renvoyer à un mouvement social qui ne sait plus à quel saint se vouer.

 

Il y a quelques années le PCF a rejeté le traité de Maastricht, il proposait de partir de ce que les gens ont dans la tête, il ferait bien de s’en inspirer à nouveau. Le peuple a toujours raison, s’il en a assez des méfaits de l’euro, de l’UE de la loi de la jungle il faut enfin l’entendre et ne pas le laisser à la merci des apprentis sorciers, clones des synarques (sic Annie Lacroix –Riz) qui ont amené Pétain au pouvoir et livré la France à HITLER.

 

Nous ne pourrons reprendre la voie de la rupture avec le capitalisme qu’après avoir recouvré notre souveraineté nationale, nécessité première pour ensuite construire de nouvelles solidarités, sur d’autres bases ainsi que le font les pays de l’ALBA, créée en 2009 par le Venezuela et Cuba  avec par exemple une monnaie commune et non pas unique dotée d’un système d’échanges compensatoires pour échapper à la domination du Dollars.   

 

Question subsidiaire : Le PCF est-il réformable de l’intérieur ? Je ne le pense pas mais par contre un courant plus réaliste pourrait de l’extérieur le contraindre à revoir son analyse. Pour l’y contraindre il faut argumenter encore et encore… Pour convaincre, rassembler et éviter le recours ultime et généralisé à la violence armée dont les spécialistes prédisent déjà qu’elle ferait au moins 150 millions de morts car l’enjeu n’est plus un pays, voire un continent mais la planète entière, avec en filigrane le devenir de l’Humanité, la plongée dans l’obscurantisme ou une nouvelle Ere de progrès économique et social…

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 17:29

Dans Le Monde daté du 7 décembre 2010 est paru l’article intitulé « L’économie vaudou du protectionnisme ». Cet article typique de l’idéologie néolibérale veut faire croire qu’une partie de la gauche de gauche est pour le protectionnisme, et qu’elle reprend donc les idées de Le Pen.

D’abord malheureusement, une grande partie de cette gauche reste marquée par l’idéologie du libre-échange, bien qu’il soit incontestable que les idées protectionnistes progressent. Elle ne devrait pas laisser à l’extrême-droite le monopole du protectionnisme économique.

Décryptons les positions du FN : il est pour un protectionnisme aux frontières de l’Union européenne. Mesure démagogique, car les délocalisations se font aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union.

Ensuite, le FN est pour la sortie groupée de l’euro. Ce parti qui se dit nationaliste n’envisage pas que la France puisse seule décider sa sortie de l’euro. En fait il la refuse, car une sortie concertée est du domaine du rêve.

Autre exemple : le FN demande à juste titre que la France retrouve sa souveraineté monétaire, il s’insurge contre la loi inique reprise par une directive européenne qui interdit à l’État d’emprunter à la Banque centrale, l’obligeant ainsi à emprunter sur les marchés financiers. Mais il propose que le contribuable paye les intérêts de cette dette, ce qui augmenterait encore les mesures d’austérité. Le M’PEP veut le défaut sur le capital et les intérêts.

Ainsi le FN se sert de problèmes très réels pour développer un discours dans lequel il se fait passer comme ennemi de la mondialisation. Mais ses propositions concrètes sont volontairement inopérantes ou vont dans le sens de la défense de l’intérêt de l’oligarchie qui dirige le monde, aux dépens de celui des classes populaires.

Revenons à l’article du Monde. Tout en qualifiant le protectionnisme d’économie vaudou, il déplore hypocritement qu’il soit impossible de parler de protectionnisme à Paris, il devrait dire à Paris et à Bruxelles car l’Union européenne a institué le libre-échange en dogme.

L’article reconnaît quand même qu’historiquement il y a eu des gouvernements protectionnistes et d’autres libre-échangistes. En 1914, toute l’Europe continentale était protectionniste, seule la Grande-Bretagne était libre-échangiste. Lors de la guerre de sécession, la bourgeoisie industrielle du Nord des Etats-Unis était protectionniste, alors que la bourgeoisie esclavagiste du Sud était libre-échangiste. Ce fut même la cause de la guerre car le Nord voulait développer son industrie à l’abri de la concurrence anglaise, tandis que le Sud voulait profiter du prix bas de sa main d’œuvre servile pour inonder le monde de son coton. Le Nord protectionniste l’a emporté, et personne n’a jamais prétendu que l’économie américaine devenue en 1918 la première économie du monde était issue d’une économie vaudou.

Pourquoi affirmer « qu’un protectionnisme hexagonal serait une énorme fadaise » ? Serions-nous tombés si bas que nous ne soyons pas capables de reconstruire une industrie derrière des barrières douanières ? Les mesures protectionnistes que propose le M’PEP ne signifient pas l’autarcie. La France de gauche que nous voulons continuerait à faire du commerce, mais elle refuserait que dans les supermarchés, le travail de ses travailleurs soit mis en concurrence avec celui des travailleurs chinois payés 20 fois moins ou des travailleurs roumains payés 5 fois moins, tout cela pour le plus grand profit des multinationales.

Le « plus d’Europe » réclamé par l’article existe déjà : c’est l’application de la directive services anciennement Bolkestein, le droit pour les entreprises des pays de l’Est de faire travailler en Allemagne des travailleurs polonais ou roumains à des tarifs polonais ou roumains. L’auteur veut probablement que cette mesure soit appliquée en France à grande échelle, que des travailleurs expatriés aient des salaires inférieurs à leurs camarades français. Cette Europe, en instaurant le principe du droit du pays d’origine a délibérément choisi la concurrence entre travailleurs et elle fait le lit du Front National.

Il existe un grand nombre de Français qui se demandent pourquoi le gouvernement se couche devant le MEDEF et ne fait rien pour lutter contre les délocalisations et recréer en France une industrie et une agriculture. Pourquoi les peuples devraient-ils accepter pour toujours que leur politique économique soit décidée par l’OMC et l’Union européenne et non par eux-mêmes ?

Ce n’est pas être xénophobe que d’estimer que les pays à fort excédent commercial comme la Chine et l’Allemagne pourraient distribuer cet excédent à leurs populations au lieu d’exiger d’elles « la compétitivité ». Le commerce international doit-il être synonyme de guerre économique alors qu’il pourrait être synonyme de coopération, comme le prévoyait en 1948 le projet mort-né de Charte de la Havane ? Le principe de cette Charte était l’équilibre des balances des paiements. L’application de mesures protectionnistes par les pays déficitaires était un moyen pour atteindre cet équilibre. Le but de telles mesures n’était évidemment pas que les pays excédentaires obtiennent des avantages supplémentaires dans la guerre économique, comme c’est le cas aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 11:54

I   Le  procès verbal du 04 novembre 2010  a été approuvé à l’unanimité à quelques modifications mineures près

 

II  Les décisions prises par le Maire du 05-11 au 13 décembre 2010-12-15 ont été Approuvé sans observation ni réserve

 

III Informations programmes de constructions et de réhabilitations logements

 

Les subventions des conseils régional et Départemental ayant  été votées les travaux d’aménagement et de construction du Hameaux Saint Marc devraient enfin débuter. Le programme  dit de centre ville, rue Jean Jaurès est en attente de ces mêmes subventions qui sont paraît-il longues à obtenir. Affaire à suivre.

 

L’aménagement du Clos de Brinvilliers est en cours, Nexity souhaite lancer la seconde tranche. En délicatesse avec l’aménageur le bailleur social l’Athégienne s’est désisté. Les litiges portaient apparemment sur les contrats de réservations, les plans, la superficie des terrains, les délais de réalisation, la levée des réserves, la définition des zones : Accession, location logements individuels et collectifs, l’échelonnement des paiements en fonction de l’état d’avancement des travaux…madame le Maire n’a pas été en mesure d’infirmer ou de confirmer. L’Athégienne qui avait proposé  de laisser l’attribution de son quota de logements  sociaux à la discrétion de la commune sera remplacée par L’OPIVOY qui n’est pas sur la même position.

 

AFFAIRES FINANCIERES Tarifications 2011

 

        Prestations cantine, accueil périscolaire, loisirs, études surveillées, portage repas

 

La commune ayant retenu un nouveau un nouveau prestataire les membres de la commission d’appel d’offre, et des commissions ad hoc scolaire et finances savent que c’est Scolarest mais aucun semble-t il ne sait que ce n’est qu’une  enseigne de Compass- Group, transnationale au  chiffre d’affaire de 15,5 milliards d’euro pour 2009 sur les 5 continents. Un milliards en France, au titre de 4 enseignes dont Scolarest qui fournit 60 millions de repas qui vont enrichir les actionnaires de cette société cotée à la bourse de Londres dont les actifs pèsent 7 à 8 milliards d’euros qui a fait ses premières armes en 1941 durant la seconde guerre mondiale au service des usines d’armement.

 

Ce choix va induire une hausse des coût des repas fournis allant de 12 % pour les goûters à 41 % pour les repas adultes, 20 % pour l’école élémentaire mais comme l’énumération serait fastidieuse je vous demande, madame le Maire de bien vouloir rapporter au PV de ce conseil les chiffres que vous m’avez permis de consulter.

 

Vous avez justifié cette hausse d’une part par le fait que le précédent prestataire n’aurait pas bénéficié de revalorisation lors du précédent marché, mais c’est son affaire et d’autre part par l’inclusion  de composants dits bios, je vous cite, dans les menus. Quelles garanties avez-vous obtenues, qui vérifiera ?

 

Est-ce à dire que les soumissionnaires n’ont pas répondu à l’identique ou  n’ont pas reçu le même cahier des charges ? Ce qui serait fortement regrettable. Quels étaient-ils ? Quels étaient les montants de leurs propositions ?

 

Madame le maire a répondu que Scolarest et RGC étaient au même niveau le troisième très au delà

 

Question subsidiaire : Sachant que le coût du marché va augmenter de 15 à 20% et  la moyenne des sommes encaissées par la commune de 1,8% avez-vous évalué la charge  supplémentaire qu’il en résultera pour le budget communal ?

 

Dans le cahier des charges  Il est demandé aux prestataires de prévoir dans ses menus 10% de produits bios de provenance régionale (options) mais qu’est-ce qu’un produit bio ?

 

Je me suis rendu par Internet à la Cuisine centrale Athis-Mons, 2 rue Hélène Boucher

http://www.google.fr/search?hl=&q=cuisine+centrale+scolarest+athis+mons&sourceid=navclient-ff&rlz=1B3GGGL_fr___FR215&ie=UTF-8&aq=0&oq=

 

J’ai cliqué sur « Fournisseurs bios »

 

http://www.capgeris.com/fournisseurs-1409/?sf=f&mc0=0&c0=5&j=0&prd=0&k=bio

 

Aucun résultat. J’en suis resté dubitatif. C’est pour le moins préoccupant.

 

La délibération n’a été adoptée qu’à la majorité

 

TARIFICATION SUITE

 

        Espaces jeunes et multi média

        Adhésion atelier danse Espace jeunes

        Concessions cimetière communal

        Location salles communale

 

La majorité ayant décidé de revaloriser les tarifs de 1,8 % en fonction de l’inflation prévisionnelle j’ai observé que le pouvoir d’achat pour beaucoup ne suivait pas la même inflexion de même que les dotations de l’Etat aux collectivités locales  + 1,2 % en moyenne en 2010, la DGF sera gelée en 2011 et les années suivantes.

Dans ces conditions voter une augmentation de 1,8 % revient à avaliser un transfert de charges de l’Etat vers les collectivités territoriales, locales en l’occurrence qu’il n’est pas possible de cautionner. En adoptant cette proposition la majorité a clairement octroyé son  soutien à la politique gouvernementale d’austérité.

 

        Photocopies : Hausse de 1,8 % adoptée à l’unanimité

 

        Ouverture de crédits provisoire d’investissement pour 2011 : adopté à l’unanimité

 

TRAVAUX

 

       Constitution d’un groupement de commande avec la communauté d’agglo pour la fourniture, la pose, la maintenance et l’entretien d’abris voyageurs : Sage décision adopté à l’unanimité. J’ai souhaité qu’une telle mesure soit étendue par une délibération d’ordre général, madame le Maire a rétorqué que ce n’était pas compatible avec le code des marchés publics : A vérifier.  

 

       Compte rendu de la communauté d’agglo relatif aux services publics Eau et assainissement.

 

J’ai souhaiée que les documents de cette nature soient  l’objet d’une relecture par une personne autre que le rédacteur qui n’est pas toujours à même de relever ses propres erreurs et ou contradictions : sic « en 2009 45 ml de réseau communautaire ont été renouvelés dont 71 ml sur VSO rue Salvador Allende » par ailleurs le prix mentionné comme étant celui de l’eau comprend également le coût de l’assainissement, ces errements doivent être évités. Le conseil municipal a néanmoins prit acte à l’unanimité du rapport présenté sous réserve de rectifications.

 

URBANISME

 

        Cession  à la Sorgem de la parcelle AK 272.

        Vente de la parcelle cadastrée AK 273 à une famille riveraine.

        Vente d’une parcelle cadastrée AC 150 à un riverain

 

Les deux premières parcelles sont issues de la parcelle AK 42  à vocation d’espace vert, reclassée constructible après révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme à laquelle j’étais opposé. J’ai donc confirmé mon opposition à la cession de l’AK 272 (440 m ²), destinée au rééquilibrage financier de l’opération dite de centre ville,   à la SORGEM pour l’euro symbolique  et refusée de participer au vote concernant la cession de l’AK 273 (53 m²) à une famille riverain qui n’est aucunement responsable des errements de la majorité municipale.

 

La commission Travaux Urbanisme ayant émis un avis favorable, la majorité a proposé de céder la parcelle  AC 150 (72 m²), initialement destinée à recevoir un équipement public, à une famille riveraine qui en aurait fait la demande par courrier du 20 mars 200,9 en fonction de l’estimation du service des domaines ( 100 € m²). Opposé par principe au « bradage » du patrimoine communal, j’ai émis un avis défavorable mais proposé  que la famille concernée puisse disposer provisoirement, à titre gracieux,  de cet espace  sur convention.

 

ENFANCE-JEUNESSE

 

     Convention d’objectifs et de financement relative au multi6accueil avec la CAF.

     Convention d’objectifs et de financement  pour l’accueil de Loisirs «  le petits prince » avec la CAF.

     Convention d’objectifs et de financement  pour l’accueil de Loisirs « « Espace jeunes » avec la CAF.

 

La CAF comme à son habitude n’ayant pas transmis de documents contractuels qui ne sont d’ailleurs pas négociables  je me suis abstenu face à ce fait du prince.

 

        Contrat Jeunesse et Sports avec la DDCS ( Direction Départementale de la Cohésion sociale de

         l’Essonne) : Adopté à l’unanimité

 

 

AFFAIRES GENERALES

 

       Désignation du représentant de la commune de VSO au CLIC

 

Le moins que l’on puisse écrire est que le document de présentation est confus, les objectifs recherchés difficiles à cerner pour le profane. Les Centres Locaux  d’information et de Coordination gérontologiques  qui s’adressent aux personnes de 60 ans et plus seraient transformés (ou intégrés) dans des CLA, Coordination Locale pour l’Autonomie.

 

Notons tout d’abord qu’il est pour le moins surprenant que des CLIC gérontologiques  s’adressent à des personnes de 60 ans alors que dans le même temps l’âge ouvrant droit à la retraite est repoussé à 62 ans voire plus dans certains cas. Secondement  les objectifs du département sont plus clairement définis puisqu’il s’agit d’aller, sic le schéma départemental en faveur des adultes handicapés page 6 extrait,…  vers un rapprochement progressif des différents dispositifs et mode de prise en charge pour les personnes âgées et les personnes handicapées en supprimant progressivement la barrière d’âge au profit de la perte d’autonomie…Il suffisait de s’y référer

 

Le contexte n’étant pas clairement énoncé j’ai refusé de me prêter au simulacre de démocratie que constituait l’élection d’un (seul) représentant de la commune au sein du  « CLIC »

 

 

       Définition de l’intérêt communautaire pour la compétence optionnelle » création ou aménagement

       et  entretien  de voirie communautaire; création et aménagement et gestion des parcs de

       stationnements communautaires»

Charges transférées à l’Agglo au 01-01-2011

Avenant de transferts partiels de marchés à la communauté d’agglo du Val d’Orge conclus par la ville de Villiers sur orge

 

Il advient  aujourd’hui ce qui était prévisible lors de la création de la communauté d’agglo sur la base de la loi Chevènement: De transfert en transfert  les communes se videront de leurs compétences jusqu’à disparaître c’était le but recherché

 

 Après l’assainissement eaux pluviales et eaux usées, l’alimentation en eau potable, les réseaux gaz,  élecricité, France télécom, le haut débit, le ramassage sélectif des ordures ménagères c’est aujourd’hui l’essentiel de la voirie qui est transféré accompagné des financements correspondants sans même que les travaux de renouvellement n’aient été évalués. Dans ces conditions les élus locaux n’auront bientôt plus qu’à gérer les chrysanthèmes le conseil municipal deviendra une assemblée de quartier.

 

Je ne pouvais qu’émettre un avis défavorable à ce hara- kiri programmé qui se traduira par une diminution de recette de 120 042 euros.

 

PERSONNEL COMMUNAL

 

       Transfert de personnels à la communauté d’agglo

 

Après la voirie la majorité municipale a transféré la compétence théma-thèque (bibliothèque, vidéothèque…)

accompagnée des personnels et des  moyens correspondants venant en déduction des recettes communales

 ( 95 824 €)

 

       Désignation d’un coordonnateur et d’un collaborateur pour l’enquête de recensement 2011

       Création d’emploi d’agents recenseurs : Décisions adoptées à l’unanimité

 

 

CONVENTION ENTRE L’ETAT, LA COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE ET L4ENTREPRISE SOCIALE POUR L’HABITAT AEDIFICAT

 

Une procédure est en cours en vue de réaménager la résidence la Seigneurie en logements sociaux susceptibles de bénéficier de l’aide à l’habitat. Pour cela une convention doit être passée entre l’Etat, l’Entreprise Sociale pour l’Habitat (ESH) AEDIFICAT et la commune qui dépasserait ainsi le quota de logement sociaux imposé par la loi sur la mixité sociale (> 20 %) .

 

Madame le Maire a sollicité par délibération l’autorisation de signer les documents correspondants.

 

J’ai observé que le descriptif remis au élus en séance(quelques lignes dactylographiées) ne permettait pas d’apprécier la qualité des travaux de réhabilitation et de mise aux normes envisagés et n’offrait aucune garantie de bon achèvement, que par ailleurs le quota de logements sociaux pouvant être dépassé de cette manière la réalisation de l‘opération sociale, 25 logements sociaux rue de la Seigneurie, ne présentait plus d’intérêt, qu’elle aurait comme conséquence de dégrader l’environnement, d’augmenter les effectifs scolaire et d’alourdir les charges supportées à ce titre par la commune en matière d’investissement et de fonctionnement.

 

J’ai refusé de donner l’autorisation de signer ce qui s’apparente à un chèque en blanc et demandé qu’un dossier concerté plus élaboré, offrant toutes  les garanties, soit soumis le plus rapidement possible aux élus locaux. En outre l’évolution des effectifs scolaires doit être réétudiée en fonction de ces élément

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 16:00

 

 

L’ordre du jour du comprenait 3 points :

 

I    approbation du procès verbal du conseil tenu le13 septembre 2010

 

II   Décisions prises par le maire du 14-09 au 4 novembre 2010

 

III  Modification des statuts de la communauté d’agglomération du Val d’Orge pour ajout de compétences optionnelles « création ou aménagement et entretien de voirie d’intérêt communautaire, création ou aménagement et gestion de parcs de stationnement d’intérêt communautaire ». (Il est à noter que  dans la convocation adressée aux élus et affichée à l’intention de la population il n’est pas fait mention du transfert de la voirie communale

 

III  Reconnaissance d’intérêt communautaire des bibliothèques médiathèques du territoire de la communauté d’agglo du val d’Orge

 

Deux points ont été ajoutés en début de séance : Le stationnement aux abords de la Mairie et l’appartenance du mur de clôture de la propriété de Maison rouge le long de la rue de l’Orge.

 

Si les échanges ont été relativement courtois entre la majorité  de droite, renouveau Solidaire et le groupe des élus socialistes et républicains qui n’ont pas de divergences de fond sur la dilution des communes dans des communautés d’agglos je n’ai pu aller au terme de mon analyse. Je la transcris in extenso ci-dessous accompagnée de quelques commentaires. Elle a été tronquée et morcelée au cours du débat, parfois confus et hors sujet.

 

«…  La communauté d’agglomération aura bientôt 10 ans. Nous disposons donc aujourd’hui du recul nécessaire pour évaluer son impact.

 

On nous avait promis monts et merveilles assuré que le consensus resterait la règle, les textes permettent de passer outre. Nous étions  en droit d’attendre une efficacité accrue au niveau des compétences transférées et des économies d’échelle rendues possible. Qu’en est-il :

 

Le prix du m³ d’eau  facturé a augmenté de 32 % de 2001 à 2010

 

Au titre de l’assainissement la commune percevait en 2001 30 centimes d’euros par m³ d’eau facturée, la communauté d’agglo encaisse aujourd’hui 71 centimes soit un augmentation de 213 %.

 

La taxe foncière a augmenté de 30 %.

 

Les montants perçus au titre de la taxe d’habitation ont évolué de manière différenciée après l’instauration d’abattements pour charge de familles. S’ils ont baissé pour les familles ayant charge d’enfants, ce qui est une bonne chose mais il y avait d’autres solutions pour ne pas avoir à déshabiller Pierre pour habiller Paul, ils ont par contre fortement crû pour les autres en particulier les foyers à revenus modestes sans enfant qui peuvent constater des hausses jusqu’à près de 70 %. Les effets du plafonnement (un mini bouclier fiscal) dont ils bénéficiaient a été réduit pour les uns supprimé pour d’autres mais il reste en vigueur pour les riches les Betancourt en particulier. Deux poids deux mesures.

 

La taxe professionnelle payée par les entreprises a elle aussi augmenté mais la part reversée à la commune au titre de l’attribution de compensation est restée identique à ce qu’elle était l’année précédant la création de l’agglo. Je ne dispose pas hélas des éléments qui permettraient de mesurer son évolution jusqu’à sa suppression par l’Etat et son remplacement par de nouvelles dispositions qui n’offrent pas toutes les garanties et n’ai pas connaissance des sommes perçues par l’agglo commune par commune. Mais les renseignements sont peut être en Mairie.

 

Quoi qu’il en soit  si les salaires, retraites et pensions avaient augmenté  dans la même proportion que les impôts et taxes qui pèsent sur les contribuables locaux sur la même période ça se saurait !

 

J’ai interrogé à plusieurs reprises les élus locaux sur la conformité des quelques dizaines branchements d’assainissement que j’avais laissés à la charge de la lyonnaise des eaux en 1998 sans recevoir de réponse. Les colombins surnagent toujours dans le fossé dont les eaux passent sous l’Orge avant de se jeter dans la boèle qui aboutit  à l’Orge.

 

Même si je ne peux  imputer toutes les carences de ces dernières années à cette seule majorité car il y a eu  des prédécesseurs défaillants, il convient cependant de noter, entre autres, que des coffrets de raccordement des candélabres d’éclairage public sont colmatés avec du ruban adhésif ou du fil ce fer. Au moins un coffret d’alimentation de l’éclairage public est resté dans l’état où il était à l’origine du transfert.

 

Certes des lampadaires sont installés, là ou d’autres les suppriment, route de Chasse par exemple ou éclairer le cheminement piéton aurait été suffisant, mais le moins qu’on puisse dire c’est que l’entretien courant laisse à désirer, il n’y a sans doute pas de ligne directe entre la communauté d’agglo et la mairie de Villiers sur Orge et pour éviter des insinuations malveillantes j’affirme que ce n’est ni  de la compétence ni de la responsabilité du personnel communal. Soulignons aussi que les spots lumineux, éblouissants, installés sous les marches donnant accès à la mairie sont un véritable casse gueule de nuit.

 

Vous comprendrez que dans ces conditions je reste circonspect face au souhait de la majorité, voire d’une partie de l’opposition, de poursuivre dans la voie de l’intégration communautaire d’autant que les documents de présentation sont ambigus.

 

Sil ne s’agissait ainsi qu’il est écrit dans la délibération de la communauté d’agglo, reprise dans le document qui nous est soumis  « d’ajouter dans le bloc des compétences optionnelles la compétence création ou aménagement et gestion de parcs de stationnement d’intérêt communautaire » je pourrais éventuellement souscrire en observant toutefois qu’en toute logique ces interventions devraient appartenir au champ  des compétences obligatoires.

 

C’est une présentation fallacieuse car le transfert de la voirie d’intérêt communal s’accompagne du transfert des moyens correspondants de la commune vers l’agglo soit 120 042 euros,  qui diminueront d’autant l’attribution de compensation qui nous est reversée par l’agglo qui s’engagerait sur un programme de 1 350 000 euros sur 3 ans à Villiers sur Orge, après nous ne savons pas mais d’ores et déjà le gouvernement  prévoit de nouvelles restrictions de crédits mais vous le savez également.

 

 Pour l’information je vous rappelle que 1 350 000 Euros d’investissement prévus par l’agglo, à Villiers sur Orge sur trois ans, empruntés par la commune  sur 15ans  ans au taux de 3,56% assurance incluse représentent une charge annuelle d’approximativement 120 000 euros égale à la réduction de l’attribution de compensation. La somme empruntée pourrait être éventuellement  réduite par les subventions perçues.

 

Dans un cas comme dans l’autre ça représente beaucoup d’argent, de mètres² de voirie à rénover ou à aménager : Avez-vous fait procéder à un état des lieux et à un chiffrage des interventions à réaliser, c’est indispensables avant toute  la prise de décision?

 

Réponse nous le ferons plus tard

 

Question subsidiaire : Vous avez écrit que la communauté  d’agglo percevrait une part de DGF supplémentaire en contrepartie de combien diminuera celle perçue par la commune ?

 

Par ailleurs il faut noter que l’engagement du maintien de la dotation de solidarité communautaire ne vaut que pour la période 2011-2013 puis les recettes de la communauté, par conséquent ses capacités d’intervention, connaîtront une réduction sensible à la fin de cette période (sic doc de présentation). La communauté d’agglo devra alors songer à l’instauration d’une taxe communautaire pour équilibrer ses comptes ou réduire ses dépenses et par conséquent le niveau des prestations servies.

 

Le raisonnement est le même pour ce qui concerne la médiathèque. Les charges seront transférées mais ce sont les finances de la commune qui en supporteront les conséquences puisque notre dotation de compensation subira une nouvelle érosion de 95 000 euros transférés à l’agglo.

 

Mutualiser l’utilisation du fonds d’ouvrages numérisés ou non est une bonne chose ce que vous nous proposez aujourd’hui n’apportera rien de plus sinon l’abandon progressif d’une part plus importante du patrimoine foncier et immobilier communal.

 

Les documents que vous nous avez remis  mettent en avant les financements supplémentaires qui sont allouées aux agglomérations  et dont sont privées les communes, la ficelle est un peu grosse.

 

 Déjà lors   de leur  création après la loi Chevènement qui a gelé les inégalité de ressources entre les communes de l’agglo en leur interdisant tout développement économique autonome, on nous avait tendu la carotte pour nous inciter à nous regrouper, aujourd’hui il ne nous reste que les fanes à nous mettre sous la dent en attendant une nouvelle flambée de l’impôt sur les ménages ux pour compenser les désengagements successifs de l’Etat

 

Il en est de la situation des communes qui sont étranglées financièrement pour les inciter à se regrouper comme des caisses de retraites ou les gouvernements successifs ont organisé les déficits pour contraindre les salariés à accepter de travailler jusqu’à 65 voire 67 ans alors que les plus jeunes sont chômeurs ou précaires.

 

S’il s’agissait de prendre appui sur les services de la  communauté d’agglomération pour améliorer les prestations servies à la population de Villiers, tout en diminuant les coûts et par conséquent les charges pesant sur les contribuables locaux tout en préservant l’autonomie communale je suivrais sans hésitation.

 

Ce n’est pas le cas il s’agit d’une démarche pour vider les communes de toutes leurs compétences,  jusqu’à les faire disparaître au bénéfice de communauté de plus en plus importantes qui éloigneront les citoyens des centres décisionnels tout en leur laissant le soin d’honorer la facture.

 

Les objectifs d’aménagement du territoire national sont connus : faire disparaître l’échelon communal et les départements pour aller vers 7 ou 8  métropoles, guère plus de régions, un Etat réduit à des compétences régaliennes, un parlement croupion (snobé par l’Elysée) chargé de transcrire les directive de la commission de Bruxelles, non élue il faut le souligner, aux ordres des transnationales en quête d’un pouvoir sans partage sur la planète.

 

En fait la souveraineté nationale mise à mal, les valeurs de la République bafouées, les services publics privatisés.

 

La disparition programmée de l’échelon communal, le plus proche des citoyennes et des citoyens  s’inscrit dans cette démarche antidémocratique initiée dans l’entre deux guerres avec le cartel de l’acier organisme déjà supra national qui avait favorisé le réarmement allemand, reprise par  Jean Monnet, le père de l’Union Européenne, l’homme des américains, et Schumann avec la communauté européenne du charbon et de l’acier  au début des années 50.

 

Je refuse de la cautionner tout en attirant votre attention sur le fait que notre collectivité se vidant progressivement de ses compétences, il faudrait songer à réduire le nombre des adjoints et le montant des indemnités servies que la charge de travail ne justifie plus.

 

Il n’a manqué qu’une voix pour adopter les délibérations soumises au vote par le Maire

 

Questions diverses

 

II Stationnement handicapé face à la Mairie : Réponse : Il ne s’agit en fait pas d’un emplacement réservé aux personnes handicapées souhaitant  accéder à l’étage situé au dessus du point Poste le problème posé par le déplacement d’un fauteuil roulant pour accéder a la Mairie reste donc entier.

 

III Selon le compte rendu du bureau municipal du 25 octobre maître Coric notaire aurait confirmé que le mur entre la rue de l’orge et Maison rouge n’appartient pas à la ville et qu’il est bien la propriété des  familles WITENBERGER et ROBIN et que dans ces conditions La ville devra acquérir les deux bouts en coin du mur pour sécuriser la circulation alors qu’à maintes reprises j’avais affirmé oralement et par écrit en 2002¹ et 2008 qu’il était propriété communale comme la parcelle sur laquelle il est implanté.

 

Monsieur Fraysse  demande qui des deux apporte la bonne réponse.

 

Les élus de la majorité restant silencieux ou dubitatifs j’ai confirmé ma position et transmis le lendemain, au nouveau directeur des services, pour lui éviter des recherches inutiles, les preuves de ce que j’avais avancé qui  ont vraisemblablement  été égarées en mairie.

 

Quoi qu’il en soit la majorité municipale s’apprêtait à acquérir ce qui lui appartenait déjà tout en laissant le solde aux propriétaires riverains : 380 m² de foncier en façade plus un mur en meulières de 200 mètres de longueur et 2 mètres de hauteur. Un cadeau royal qu’il convient sans attendre de faire chiffrer par le Service du Domaine.

 

Je tiens à la disposition de tous ceux et celles qui le souhaiteraient les éléments d’appréciation nécessaires… »

 

¹ Lettre enregistrée en Mairie le 11 juin 2002

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 09:04

 

Schéma d'organisation version 2

 

CCF06092010 00000

 

 

 

 

Schéma d'organisation version 1

 

 

 

CCF06092010 00001

 

Commentaires à suivre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 10:48

Points divers et dossiers d’information :

 

Approbation Compte rendu : Après quelques modifications mineures le compte rendu du 12 avril a été approuvé à l’unanimité, celui du 23 mars qui avait été  adopté à l’unanimité des présents lors de la précédente séance a de nouveau été remis à l’ensemble des élus après quelques retouches de forme afin d’en améliorer la lecture.

 

A Monsieur SIMONS qui a prétendu  n’avoir jamais été opposé l’agrandissement de la zone d’activité et  à  la création de logements sociaux permettant à des familles modestes ou a des jeunes de s’installer à Villiers sur Orge… sic Pv Cm  du 22 mai 1992 j’ai répondu, que si à l’époque, lors de l’élaboration du POS,  monsieur Simons et ses amis n’ont pas manifesté ouvertement leur opposition   à  l’agrandissement de la ZA et la réalisation de logements sociaux  ils ont, par contre, multiplié les manœuvres pour faire échouer les projets que nous avons présenté pour atteindre ces objectifs.

 

Avancement projet Ecole Pierre Brossolette :

 

Ce projet ne réglera les problèmes d’accueil que sur le court terme, guère plus longtemps que celui envisagé pour Malraux mais si les partenaires sociaux s’en satisfont,  il n’y a aucune raison d’être plus royaliste que le roi. Ce sont les élus du futur qui hériteront du dossier   et devront palier les lacunes qui découlerons des pratiques actuelles. L’école Pierre Brossolette  côté sud (à partir de la rue Fouilleret)  présentera un front uni de constructions qui nuira au « caractère champêtre » du site.

 

Il en sera de même à André Malraux « vite, vite, vite du bitume et du béton … » s’indignaient il y a quelques années ceux la même qui aujourd’hui densifient à outrance.

 

Une observation cependant, plus générale : Après  la passe d’arme sur  l’échange de terrains pour Malraux de ces derniers mois le silence actuel des contestataires de droite comme de Villiers Ensemble et Renouveau Solidaire montre à l’évidence que ce n’était pas autre chose qu’une opération politicienne…

 

Avancement du dossier relatif à l’agrandissement de la ZA de la Pointe à l’Abbé:

 

L’aménagement projeté ne doit pas interdire une éventuelle extension à moindre coût. J’ai souhaité que le plan de  desserte soit modifié et réitérée cette demande lors de la réunion publique qui à suivi en présence  du  président  de la communauté d’agglo et du bureau d’étude chargé d’élaborer ce dossier sinon nous nous retrouverions dans la même situation qu’avec la première ZAC de la pointe à l’abbé sans possibilité d’évolution harmonieuse.

 

Affaires culturelles et vie associatives :

 

Conventions pour définir les devoirs et obligations respectifs de la commune et de deux associations :

 

Madame le Maire à dit que c’était une obligation légale j’ai répondu que Loisirs et culture et le COV n’ont pas attendu l’élaboration de tels documents pour prendre leur envol et la commune pour leur apporter son soutien tant matériel que financier. Je me suis abstenu

 

 

Affaires financières :

 

Budget etc…

 

Il est difficile de se faire une idée précise de l’état des finances d’une commune sans un examen détaillé du livre comptable notamment pour déterminer ce qui ressort d’un exercice ou d’un autre. Cas du compte 74  (dotations et participations) 998 797 en 2008- 1 357 196 en 2009- prévision 2010 1 004 859 euros)

 

Il convient néanmoins  de noter que  2009 a été marqué par une envolée des taxes locales habitation et foncier bâti de 8,5 % à laquelle est venu s’ajouter une augmentation du produit des prestation servies restauration scolaire, CLHS,  petite enfance etc…  de 10,54 % à la charge des familles.

 

J’avais déclaré à l’époque que ces hausses,  qui ont assuré un excèdent de recette de fonctionnement confortable  par rapport à 2008, ne s’imposaient pas.

 

Cet écart a encore été conforté par une plus grande rigueur de gestion à la suite du remplacement des anciens responsables du service techniques en particulier par un homme de terrain  qui a fait ses premières armes à Villiers sur Orge.  C’est ainsi que les charges d’intérêt général ont été contenues pour ne pas dire réduites. Ce qui ne revient pas à écrire que tout a été fait mais le résultat est là.

 

Les dépenses de personnel sont restées stables par rapport à l’année précédente mais il a été dit en commission que des postes n’avaient pas été pourvus en année pleine. A ces dépenses il conviendrait d’ajouter, afin d’avoir une vue plus précise, les montants des transferts vers le privé pour ce qui concerne l’entretien des espaces verts et le ménage dans les écoles.

 

Nous nous retrouvons avec un excédent de fonctionnement de près de 1 000 000 d’euros ce qui pourrait être une bonne chose si dans le même temps les dépenses d’investissement et l’entretien du patrimoine  n’exigeaient pas des sommes encore plus importantes.

 

Notre situation financière est actuellement correcte mais sans plus. Même si le taux d’endettement de la commune reste raisonnable le plus dur reste à venir compte tenu des transferts de charge prévisibles de l’Etat et de l’asphyxie programmée des finances des départements, régions et communautés d’agglo et de la croissance prévisible des dépenses de fonctionnement.

 

Autorisations de signature des marchés de nettoyage de l’école André Malraux et de restauration scolaire :

 

J’ai  fait observer  qu’il était illogique de solliciter des autorisations de signatures de la part des élus alors que ni les titulaires ni les montants des marchés ne sont connus. La commission d’appels d’offres n’ayant pas encore rempli la totalité de ses missions. Je n’ai pas avalisé les deux délibérations proposées

 

Urbanisme :

 

CRAC ( compte rendu annuel à la collectivité) SORGEM :

Compte tenu des prolongement actuel je n’ai pas validé  ce CRAC car la SORGEM aurait du prévoir les difficultés qu’il y aurait pour équilibrer une opération de cette nature sur ce site. Les services de l’Equipement l’avaient annoncé depuis belle lurette.

 

Affaires générales : Elargissement des compétences de l’agglo pour l’extension du réseau Internet Haut Débit et la gestion de la maison des syndicats:

 

Plus on nous vante les vertus du privée et de la concurrence dite libre et non faussée plus  les fonds publics sont sollicités pour en combler  les lacunes donc investir dans les réseaux dont les opérateurs tirent de substantiels profits. Nous devrons rembourser à due concurrence le grand emprunt qui financera les travaux et payer les intérêts.  Cela s’appelle  un miroir aux alouettes. Gentille  alouette je te plumerai…et ça marche…Mais puisque les villiéraines et les villiérains attendent le renforcement du réseau Internet  haut débit, comme beaucoup d’autres, je n’ai pas voté contre, je me suis abstenu, seul tous les autres ayant voté pour sans barguigner.

 

Développement durable: approbation du contrat ORGE AVAL 2010-2016 :

 

Ca fait trente ans que ça dure, un coup on assèche un coup, on inonde ensuite en créant des berges fusibles et des zones d’épandage d’eaux  on  multiplie les moustiques pour les éradiquer ensuite.  Dernièrement une enquête publique a été effectuée afin de modifier le profil de la rivière pour en accélérer le débit. Nous avons appris à cette occasion  que le bon état écologique de l’orge était reporté de 20017 à 2028. Alors 2016…

 

Il est à craindre que ce nouveau programme représente un nouveau saut de puce en avant ou en arrière ou sur le côté.  73 M€ hors taxe seront investis pour quels résultats ? ( 73 M€ HT soit 475 M Francs excusez du peu)

 

Je ne nie pas la nécessité de faire encore quelques efforts supplémentaires en matière de protection de l’environnement encore faudrait-il que les actions entreprises débouchent sur des résultats tangibles.

 

J’ai  rappelé qu’à mon départ en 1998 la commune de Villiers sur Orge était la mieux assainie de la future agglomération de la vallée de l’Orge,  elle l’est peut être même encore. Si l’orge était devenue un égout, ainsi qu’il a été dit lors de la séance, Villiers sur Orge n’en aurait pas porté la responsabilité.

 

Je n’ai pas adpté  cette délibération par contre il est d’autres mesures à prendre en urgence et sans grands frais pour améliorer la sécurité des promeneurs, les engins à moteur n’y ont pas leur place tout comme le pratique du VVT « de compétition » que ce soit en groupe ou isolément. L’équitation doit être mieux encadrée à défaut être interdite…

 

 

Enfance

 

Le gouvernement s’apprête à publier plusieurs textes pour réformer les conditions d’accueil des enfants de moins de six ans. Institué à titre expérimental les jardins d’éveils seraient exclus de tout critères d’encadrement et exonérés de la signature d’une convention entre les partenaires, le surnombre deviendrait  la règle dans les structures d’accueil (CLHS),  l’encadrement serait globalement  réduit et le nombre d’encadrant  qualifié moindre.

 

Il est envisagé par ailleurs d’augmenter les effectifs par classe.

 

Ces informations étant particulièrement inquiétantes il me paraît nécessaire que les élus et les parents soient saisis de ces dossiers.

 

A part madame Lafaye qui a opiné du chef les autres élus sont restés de marbre

 

Questions diverses :

 

Réforme du régime de retraites:                  

La proposition de délibération  (http://0z.fr/tF9y3)  que j’avais adressée à l’ensemble des élus pour protester contre le recul de l’âge ouvrant droit à la retraite à taux plein n’a pas été retenue par la majorité municipale au motif qu’il ne s’agirait pas d’un problème local et portant il concerne tout un chacun, jeune ou moins, cette appréciation est, sans aucun doute possible, partagée par Villiers Ensemble et Renouveau Solidaire dont les membres sont restés cois.

 

Non transmission pièces jointes à partir d’un « poste compta » : J’ai rappelé que j’étais déjà intervenu à plusieurs reprises et depuis deux ans, en vain,   afin de signaler l’ostracisme dont il me semblait être l’objet. D’autres élus étant apparemment dans le même cas j’ai demandé que le problème soit réglé en urgence par l’entreprise prestataire. Madame le maire a répondu qu elle ferait le nécessaire. Effectivement ce problème a été enfin  résolu le 15 juin.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 10:30

 

mesdames, Messieurs, Chers(es) collègues

 

Conformément aux articles L.2121-7 et L.2121-10 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT), je vous informe que le Conseil Municipal se réunira le :

 

Lundi  7 Juin 2010 – 19h30 Salle du Conseil Municipal (Hôtel de Ville)

 

L’ordre du jour de la séance est fixé de la manière suivante :

 

ORDRE DU JOUR :

 

A)  Points divers et Dossiers d’Information

 

1)       Approbation du Procès-verbal du Conseil Municipal du 23 mars et du 12 avril 2010

2)       Décisions prises par Le Maire (du 13 avril au 7 juin  2010)

3)       Travaux : Travaux Salle Waldeck Rousseau – Avancement projet d’extension groupe scolaire Brossolette – Point sur les travaux d’éclairage menés par la CAVO

4)       Urbanisme : Avancement de l’opération ZA Pointe à l’Abbé – Stationnement Pierre Sémard – Affaire l’ORTHOLARY

5)       Développement Durable : Avancement liaison piste cyclable (CAVO)

 

B) Affaires culturelles et vie associative

 

1)       Convention avec Loisirs et Culture.

2)       Convention avec COV.

 

C)  Affaires Financières

 

1)       Approbation du Compte Administratif de l’année 2009.

2)       Approbation du Compte de Gestion dressé par le trésorier Principal pour l’année 2009 : budget ville.

3)       Approbation de la balance réglementaire des comptes du grand livre pour l’année 2009 : budget caisse des écoles.

4)       Affectation du résultat de l’exercice 2009 pour le budget ville.

5)       Décision modificative N°1 au budget primitif de la commune de l’année 2010 : équilibre budgétaire

6)       Bilan annuel des acquisitions et cessions immobilières sur l’exercice 2009.

7)       Autorisation signature du marché de nettoyage à l’école Malraux.

8)       Autorisation de signer le marché de restauration scolaire

9)       Modification du tableau des effectifs- Personnel

 

D)  Urbanisme

       1)    Désaffectation et aliénation du CR 14

       2)    CRAC SORGEM

 

E) Affaires Générales

      1)    Développement du réseau Haut Débit et de la gestion de La Maison des Syndicats

 

F) Développement Durable 

       1)   Approbation du Contrat du Bassin de l’Orge Aval 2010-2016

 

G) Enfance

1)       Règlement intérieur ALSH.

2)       Prestation du psychologue du multi accueil.

 

H)  Questions diverses

 

*******

Vous trouverez jointes à la présente convocation et, en application de l’article L.2121-12 du CGCT, la note de synthèse accompagnée des projets de délibération nécessaires à votre information.

Je compte sur votre participation et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, Chers(es) collègues, l’assurance de mes salutations les meilleures.

 

                                                                                   Le Maire, Thérèse LEROUX-LAMARE

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 09:54

Prétextant l’allongement de la durée moyenne de vie le gouvernement propose de repousser l’âge ouvrant droit à la retraite afin d’équilibrer les comptes du régime  par répartition. Ainsi les plus âgés devraient travailler de plus en plus longtemps alors que les jeunes seraient au chômage.

 

Sans entrer dans les détails, selon les promoteurs de la réforme, aucune des solutions envisagées n’offre de garantie pérenne, toutes prévoient de nouvelles  réductions de pouvoir d’achat pour les actuels et futurs retraités qui seront autant de ralentisseurs  pour la croissance avec toutes les conséquences que cela suppose en terme d’emploi  et de recettes fiscales.

 

Le recours serait la retraite par capitalisation pour ceux, de moins en moins nombreux,  qui peuvent encore payer pour les autre des aides sociales fiscalisées, en quelque sorte la charité.

 

Or les données ci-dessous aisément  vérifiables, qui émanent de différentes source dont Bernard Friot, montrent qu’il est possible  d’adopter une autre démarche.

 

Evolution du PIB et des dépenses de retraites (1960-2040)

 

On "oublie" toujours, quand on raisonne sur l'avenir des retraites, que le PIB progresse d'environ 1,6% par an en volume, et donc qu'il double, à monnaie constante, en 40 ans. C'est pourquoi les dépenses de pensions ont pu être multipliées par 4,5 de 1960 à 2000  tout en doublant presque le revenu disponible pour les actifs et l'investissement. Il est donc  possible de tripler les dépenses de pensions d'ici 2040 sans que cela empêche le solde du PIB d’être multiplié par plus de 1,8.

 

 

1960

     2000

  2040

PIB en euros 2003

750 Mds

1500 Mds

 3000 Mds ¹

Dépenses retraites

  40 Mds

 180 Mds (12 %)

  600 Mds (20 %) ²

Reste en euros

 710 Mds

  1320 Mds

 2400 Mds

 

¹ L’hypothèse basse du comité d’orientation des retraites ( COR) prévoit un PIB d’un montant de 3100 Mds d’euros pour 2040. http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-1278.pdf   Voir en particulier graphique 2  page 5. Il suffit de prolonger la courbe de 2030 à 2040.

² Hypothèse la  plus  haute

Un autre exemple numérique simple permet de le comprendre :

- actuellement, nous avons 10 actifs pour 4 retraités. Ils produisent 100. Cela fait donc

7 par personne (100 : 14)

- dans quarante ans, nous aurons 10 actifs pour 8 retraités. Ils produiront 200, soit 11 par personne (200 : 18).sic BF

 

Une hausse sensible des dépenses de retraite ne pose aucun problème de financement mieux  encore la croissance des dépenses de pensions dans le PIB au cours des 40 prochaines années sera en décélération comparée à celle les décennies précédentes tout en laissant des capacités d’investissement confortables.

 

Par ailleurs le plein emploi, prenant appui sur la croissance, la taxation de tous les revenus, heures supplémentaires, intéressement,  abondement, financiers peuvent encore venir  renforcer les recettes destinées à la protection sociale en général. Il n’y a pas péril en la demeure.

 

L’âge ouvrant droit à la retraite peut être t maintenu a 60 ans, moins pour les travaux pénibles, les prestations servies peuvent être revalorisées.


Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 10:52

http://0z.fr/e1YXR

arp02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Humiliée et violentée par un président liberticide aux ordres des grands affairistes, strangulée par une « construction européenne » négatrice des acquis sociaux, de l’emploi productif, des services publics, de la laïcité républicaine et de la souveraineté populaire et nationale, pillée par une oligarchie financière exclusivement soucieuse de ses profits, la France républicaine issue des Lumières, de la Révolution française, des combats du monde ouvrier et des conquêtes de la Libération, est en danger de mort.

L’indépendance nationale n’est plus qu’une farce quand la France est vassalisée par l’oligarchie germano-américaine qui domine l’Union Européenne et que 80% des lois adoptées au parlement sont des directives traduites en français, de cette euro dictature.

La république n’est plus qu’un mot quand l’exécutif bafoue la séparation des pouvoirs, quand la protection sociale est dépecée au nom de l’euro, quand une masse d’ouvriers, d’enseignants, de chercheurs, d’ingénieurs, d’étudiants, d’agriculteurs, d’artisans, de petites et moyennes entreprises, de retraités, se sentent de trop dans leur propre pays transformé en monopoly.

La nation n’est plus que fiction notamment quand le gouvernement, le MEDEF et l’UE basculent notre pays au tout anglais et marginalisent insidieusement la langue de Molière en favorisant la colonisation culturelle du pays.

La « modernité » n’est qu’un leurre grossier quand une part croissante de la jeunesse est vouée au chômage et à la précarité.

Quant au « rôle international de la France », c’est une formule creuse masquant désormais la soumission aveugle de nos gouvernants aux entreprises guerrières de Washington et de l’OTAN qu’il contrôle !

Face à ce renoncement national, l’opposition établie ne critique le pouvoir que pour la forme.

En adoptant au parlement le Traité de Lisbonne, copie conforme de l’euro constitution, la « gauche » officielle a aidé Sarkozy à enterrer le Non à la constitution européenne prononcé par le suffrage universel le 29 mai 2005. Sous des formes plus doucereuses, Europe Écologie et le PS, dont de hauts dirigeants président l’OMC et le FMI, veulent comme Sarkozy dissoudre la République dans l’Europe de la mondialisation financière. La collusion UMP-PS est d’ailleurs si flagrante qu’une masse d’électeurs fait la grève des urnes. Usurpant le drapeau tricolore pour cacher son programme économique néo-libéral, le FN attend son heure pour imposer sa dangereuse, « alternative » ségrégationniste et sans issue, qui insulte et usurpe les trois couleurs de la République !

Confrontés à cette urgence civique, les républicains patriotes, qui soutiennent partout dans le monde la démarche de libération des peuples et des nations, le monde du travail, et les retraités, toutes sensibilités politiques confondues, qui savent encore dire Non, doivent s’unir comme le firent les antifascistes de toutes sensibilités qui fondèrent le Conseil National de la Résistance. Il faut également méditer l’injonction de notre première Constitution Républicaine : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Il ne s’agit pas de faire l’apologie de la violence : c’est au contraire le pouvoir actuel, le plus anti-national et anti-social que notre pays ait subi depuis 70 ans, qui violente la France au nom de sa « rupture » réactionnaire. C’est à l’inverse au nom d’une rupture progressiste et patriotique que le présent Appel invite le peuple français à une insurrection républicaine pacifique et démocratique : car un régime et une U.E. qui font la guerre aux nations souveraines et au monde du travail et qui bafouent les principes de tout contrat social républicain, ne sauraient être légitimes !

 

C’est pourquoi les initiateurs de cet appel, qu’ils se réclament de Charles de Gaulle, du PCF de Missak Manouchian et d’Ambroise Croizat, de la CGT de Benoît Frachon, du radicalisme de Jean Moulin et de Pierre Mendès France, du socialisme de Jaurès, invitent les Français à s’unir sur les principes d’indépendance nationale, de progrès, de démocratie et de coopération internationale qui inspiraient le programme du Conseil National de la Résistance. Alors que les résistances se multiplient dans le pays, alors que le régime en place est de plus en plus honni, il urge de porter dans les mobilisations sociales les grandes exigences de la rupture progressiste à venir.

-Dénonçant le mensonge de « l’Europe sociale », il faut affranchir notre pays de cette prison des peuples qu’est l’Union Européenne avec son armée impériale, sa monnaie unique (étouffante) asphyxiante, son inféodation à l’OTAN et à la politique belliqueuse de Washington ; en rendant leur souveraineté à la France et aux autres pays d’Europe. Cette rupture républicaine avec l’UE favorisera l’émergence de nouveaux traités internationaux respectueux des peuples et des travailleurs, des traités comparables à ceux de l’ALBA, qui expriment actuellement le processus d’émancipation et d’alliance des peuples et des nations d’Amérique Latine.

-Il faut promouvoir une grande politique économique et sociale, relancer le produire en France (industrie, agriculture, pêche…), reconstruire la Recherche, la protection sociale (retraites, sécurité sociale, logement…), l’école laïque et les services publics, mettre en place un secteur nationalisé industriel et bancaire géré démocratiquement, établir un plan national de ré industrialisation du pays et de développement équilibré des territoires ; car l’ennemi de l’environnement n’est pas le travail humain mais la quête effrénée du profit égoïste !

-Il faudra en outre restaurer et élargir les acquis sociaux mis en place par le Conseil National de la Résistance, augmenter les revenus issus du travail, établir la  justice fiscale, liquider la pauvreté de masse, construire des logements sociaux autrement qu’en ghetto

-Il faut faire vivre une République sociale fondée sur la souveraineté populaire, favoriser la participation populaire aux affaires publiques et au monde du travail, mettre fin à l’euro régionalisation du territoire, garantir la laïcité des institutions ainsi que l’indépendance des médias et leur accès ouvert à tous les courants républicains;

-Sans céder aux communautarismes, la République laïque doit proscrire toute forme de discrimination sociale, raciste, religieuse, idéologique ou sexiste. Ouverte aux apports culturels du monde entier, l’école de la République doit rendre accessible à tous les jeunes le grand patrimoine historique et culturel français, langue y compris, dans sa dimension universaliste et humaniste ;

-Loin de persécuter les immigrés, de piller la main-d’œuvre qualifiée des pays du Sud et de laisser les nouveaux négriers exploiter la misère, et servir de la main-d’œuvre « bon marché » au patronat au dépend du maintient de salaires à peine décents, il faut éradiquer les rapports néocoloniaux avec l’Afrique, aider au co-développement des peuples, faire de la Francophonie une arme de résistance à la langue et à la pensée unique mondiale, soutenir les peuples qui luttent pour le droit à disposer d’eux-mêmes et à vivre en paixsans subir blocus, ni occupation militaire ;

En résistant ensemble aux financiers qui dévastent la France à l’abri du prétendu drapeau européen, en construisant sur tout le territoire national une large Convergence Nationale Républicaine, rendons l’espérance à tous ceux qui, en France et dans le monde, veulent briser la dictature de l’Argent Roi pour vivre enfin dans la liberté, l’égalité et la fraternité !

L’Arc Républicain de Progrès appelle à commémorer le Non au référendum du 29 mai  2005 à l’occasion du 5ème anniversaire de cette magnifique expression de la souveraineté populaire qui a été niée illégitimement et violée, en se rassemblant le 29 mai 2010 à 15 heures à Paris devant l’Opéra Bastille.

L’Arc Républicain de Progrès rassemble:  

le comité Valmy, le Pôle de Renaissance Communiste en France, Résistance et Renouveau Gaulliste,  le Front Syndical de Classe en tant que membre associé, le Collectif Républicain des Gaullistes de Gauche, le Rassemblement des Citoyens pour la République ainsi que les Clubs « Penser la France ».

 

http://0z.fr/e1YXR

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0