Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 16:55
Pas de désunion entre la Chine et la Russie
Repris sur comité valmy

Nous sommes un empire désormais, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. (…) Nous sommes les acteurs de l’histoire… et vous, vous tous, vous resterez cantonnés dans l’étude de ce que nous faisons. » — Karl Rove, consultant politique américain et ancien conseiller de George W. Bush

Le Ministère des Affaires étrangères chinois a annoncé que le directeur du Bureau général du Parti communiste chinois, Li Zhanshu, se rendra en Russie du 25 ou 27 avril à l’invitation de son homologue, le chef de l’administration présidentielle du Kremlin Anton Vaino. Selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, les discussion des deux officiels porteront sur les relations sino-russes, « comme prévu par les leaders des deux pays », et le côté chinois a pleine confiance dans cette visite pour cimenter les liens sino-russes. ( TASS)

 

Li sera le deuxième officiel chinois de haut niveau à visiter Moscou en avril. Le président Vladimir Poutine a reçu le premier vice-premier ministre de la République populaire de Chine, Zhang Gaoli (qui est également membre du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois) au Kremlin le 13 avril dernier, incidemment le jour suivant la visite du Secrétaire d’État américain Rex Tillerson à Moscou.

 

Zhang est l’un des tsars économiques du système chinois et ses réunions avec des officiels russes se sont concentrées sur les investissements chinois en Russie, et sur la coopération énergétique. Mais une part de ces discussions était dévolue à la « visite de travail » de Poutine à Pékin dans le cadre du sommet sur l’initiative One Belt, One Road (nouvelle Route de la soie) prévu pour le 14 et le 15 mai prochains. Le sommet sera inauguré par le président Xi Jinping.

 

Les discussions prévues au Kremlin seront d’une importance exceptionnelle. C’est seulement avec la Russie que le Comité central du Parti communiste chinois (qui est directement placé sous l’autorité du Secrétaire général Xi) a instauré un arrangement de consultations annuelles – bien que la Russie ne soit pas un pays communiste. Li est un des hommes-clé de Xi et son homologue Vaino ne rend de compte qu’à Poutine. Le symbolisme saute immédiatement aux yeux. A un niveau opérationnel, cet arrangement unique assure que la dynamique des relations sino-russes reçoive l’attention personnelle de Xi et Poutine. En résumé, il souligne que les deux pays attribuent une priorité absolue à leur relation.

 

La date de la visite de Li est particulièrement significative. L’administration Donald Trump s’est vantée, la semaine dernière, de l’alchimie spéciale qui s’est développée entre le président américain et Xi à la suite de leur rencontre en Floride du 7 et 8 avril derniers, et de l’aide active apportée par la Chine à la résolution du problème nord-coréen. De plus, Trump et son Conseiller en Sécurité nationale HR McMaster se sont ouvertement flattés de l’abstention de la Chine dans le dernier vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Syrie, selon eux un résultat visible de la merveilleuse alchimie entre les deux présidents.

 

Incroyablement, McMaster est allé plastronner à la télévision, sur ABC, dimanche, à propos de la distance créée par Trump entre la Russie et la Chine sur le sujet de la Syrie. McMaster a déclaré que la Russie avait été gravement isolée dans le Conseil de sécurité. (Comme l’a démontré le Communiqué commun des BRICS en soutien à la position russe adopté à Visakhapatnam le 12 avril, c’est une déclaration absurde).

 

Il est probable que McMaster soit un novice en diplomatie internationale et que son inexpérience se soit manifestée dans cette interview d’ABC. Mais, il se trouve que c’est le Conseiller à la Sécurité nationale de Trump, et même si c’est un nigaud et un nourrisson en matière de politique mondiale, il détient une autorité. McMaster a dit :

 

« Ce que nous savons et que, pendant qu’il répondait au massacre de masse du régime syrien, le président Trump et la première dame ont été les hôtes d’une conférence, d’un sommet, extraordinairement positif avec le président Xi et son équipe. Et non seulement ils ont établi une relation très chaleureuse, mais… ils ont aussi travaillé ensemble dans le cadre de la réponse au massacre de masse de la part du régime Assad dans le cadre (sic) du vote de l’ONU. Je pense que le président Xi a eu du courage en prenant ses distances avec les Russes, en isolant les Russes et les Boliviens… et je pense que le monde a vu cela, et que (Xi) a vu, bien, à quel club voulez-vous appartenir ? Le club des Russes et des Boliviens ? Ou le – entrer dans le club avec les États-Unis, pour travailler ensemble à nos intérêts mutuels et aux intérêts de la paix et de la sécurité. »

 

McMaster a probablement naïvement pensé qu’avec ces mots très directs, il allait assommer les Russes. Quels que soient les plans de Trump pour séparer la Chine et la Russie en exploitant les intérêts de Xi dans un « nouveau type de relations majeures » avec les USA, il est absurde d’imaginer que Pékin autorisera la moindre érosion de son entente avec la Russie. Le fait est que, pour la Chine et la Russie, la priorité N°1 consiste à contenir l’hégémonie des États-Unis, et qu’aucune distance entre les deux n’est envisageable dans un avenir prévisible. Pour le dire en termes simples, la relation a créé une ‘profondeur stratégique’ qui permet aux deux pays de sauvegarder leurs principaux intérêts, tout en facilitant la résolution de problèmes spécifiques vis-à-vis des USA, à n’importe quel moment.

 

Nous ne saurons jamais si la visite de Li n’est que de pure routine, ou si elle a été conçue en réponse aux tentatives de l’administration Trump pour semer la zizanie entre Russes et Chinois. Quoi qu’il en soit, Pékin semble souligner clairement l’aspect prioritaire que la Chine attribue à la préservation de ses liens de confiance mutuels avec la Russie. La visite de Li à Moscou et ses discussions au Kremlin sont vouées à faire ressembler Trump et McMaster à deux ploucs perdus dans une grande métropole.

M K Bhadrakumar
Paru dans Indian Punchline

Traduction Entelekheia

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 09:48
Les Français ne feront pas la guerre ni au peuple syrien, ni au peuple russe ! par Jean LEVY

repris sur Comité Valmy

 

 

ONU : les "preuves" américaines 2003 - 2017

 

A la suite de l’utilisation du gaz dans la guerre faite à la Syrie, l’ensemble (ou presque) des médias français, ceux du service public - Radio France et France Télévision - en premier, poussent des cris de guerre à l’encontre du gouvernement de Damas. Celui-ci est accusé d’avoir utilisé des bombes à gaz dans son combat contre les djihadistes. La Syrie dément et la Russie - qui contrôle l’espace aérien - met en cause un dépôt rebelle de gaz de combat, pris sous un feu aérien syrien.

 

Explication balayée sans enquête par tous les tenants du bellicisme occidental, le gouvernement français en tête. François Hollande croit tenir là sa revanche à sa tentative d’intervention militaire avortée d’août 2013, fort du retournement annoncé des Etats-Unis, qui par la voix de Donald Trump, celui-ci menaçant d’une réplique de l’US Army contre le territoire syrien.

 

Les Français doivent être alertés : alors que ceux-ci s’apprêtent à voter pour désigner leur prochain Président, une campagne de haine à l’égard de la Russie et de Vladimir Poutine prépare l’opinion à l’éventualité d’une Troisième guerre mondiale avec les nouveaux satans désignés à l’est de l’Europe.

 

Les Français doivent le savoir : fusées, avions de combat, missiles US, mais aussi français, se massent en Pologne et dans les pays baltes. Les chars occidentaux sont postés à 700 kms de Moscou. La Russie, par trois fois envahie et dévastée par des troupes étrangères - 1812, 1914, 1941 - va-t-elle laisser sans réagir, se développer une nouvelle agression ?

 

Les Français se souviennent du mensonge d’Etat de l’Administration Bush aux Nations Unis concernant la pseudo possession d’armes de destruction massive par l’Irak de Saddam Hussein et la guerre meurtrière pour son peuple - et perdue - par les Etats-Unis et ses alliés, la France de Chirac refusant de participer au conflit..

 

Les Français savent aujourd’hui que cette guerre a enfanté le monstre Daesh, et son action terroriste.

 

Faut-il y ajouter maintenant une nouvelle guerre mondiale ?

6 Avril 2017

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 08:55

La réponse de Damas à Trump

 

Lors d’une conférence de presse, ce jeudi 6 avril (2017), le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem, a répondu aux questions des journalistes sur les dernières évolutions survenues sur le terrain et au niveau politique, en apportant des réponses judicieuses face aux accusations d’attaques chimiques.

 

« La question qui s’impose est de savoir pourquoi ces campagnes injustes ont commencé en ce moment contre la Syrie. Vous le savez bien : l’armée et le ministère des Affaires étrangères syriens ont publié des communiqués et ont adressé des lettres au Conseil de sécurité et à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), dans lesquels ils ont démenti avec fermeté tout usage d’armes chimiques, dans le passé, dans le présent et à l’avenir. Nous aussi, nous condamnons l’utilisation de ces armes. »

 

Selon le ministre syrien des Affaires étrangères, la Syrie a adhéré à l’OIAC et cette organisation a confirmé à la mi-2016 les communiqués publiés par le gouvernement syrien, en rapport avec le démantèlement de ses armes chimiques. « Comment se fait-il qu’une telle campagne injuste se déchaîne contre la Syrie depuis quelques semaines, au moment exact où les terroristes viennent de lancer des attaques à Jobar, dans le Rif de Damas et dans le Rif septentrional de Hama ? » a-t-il ajouté.

 

D’après le chef de la diplomatie syrienne, les terroristes ont commencé leurs attaques à Jobar et dans le Rif de Hama juste avant la cinquième série de négociations. Or, « la délégation de l’opposition n’avait qu’une seule revendication : elle voulait que le gouvernement abandonne tout. Une fois que ces efforts se sont révélés infructueux, ils ont propagé le mensonge que l’armée syrienne aurait utilisé l’arme chimique à Khan Cheikhoun. »

 

« La campagne anti-syrienne a commencé à 6 h du matin, alors que le premier raid aérien de l’armée a été effectué à 11 heures du matin, contre un stock d’armes du Front al-Nosra qui aurait été un stock d’armes chimiques », a-t-il précisé.

 

Le ministre syrien des Affaires étrangères s’est déclaré étonné de voir l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU accuser la Syrie, alors qu’elle avoue être toujours en manque d’informations.

 

Le chef de la diplomatie syrienne a souligné que son pays resterait fidèle à ses principes de base, qu’il s’agisse de poursuivre la lutte contre le terrorisme, ou d’essayer de trouver une solution plaisant au peuple syrien.

 

« Nous comptons sérieusement assister à la réunion d’Astana ; ce qui compte pour nous, c’est que l’effusion de sang en Syrie doit s’arrêter. »

Partager cet article
Repost0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 13:56
Quand les socialistes «rafistolent» les propos de Fabius sur leurs alliés d'Al-Nosrah

Source http://www.algeriepatriotique.com/tags/fabius

 

La France cherche à se dépêtrer du dossier fangeux syrien. Maintenant que les dés sont jetés et que la Syrie s'approche de la victoire finale contre les groupes terroristes, les socialistes, mal barrés à quelques encablures de la présidentielle, «rectifient» les propos de Laurent Fabius via leur journal Le Monde. Le journal tente un exercice de syntaxe périlleux, mais s'emmêle les pinceaux en voulant sauver la face ; il joue sur les mots et remet les propos de l'ancien ministre des Affaires étrangères dans leur soi-disant contexte.

 

Le Monde trouve, en effet, «pour le moins trompeur de résumer la position du ministre en décembre 2012 à un ‘‘Fabius a dit qu’Al-Nosra faisait du bon boulot en Syrie’’». Il nous demande de replacer cette déclaration dans son contexte. Or c’est justement le contexte d’alors, à un moment où les ennemis de la Syrie avaient l’illusion que le «régime» allait tomber, qui explique chez Fabius l’aveuglement qui l’a autorisé à oser cette énormité consistant à faire l’apologie d’un groupe terroriste. Et c’est toujours le contexte, mais actuel, qui pousse les socialistes discrédités sur toute la ligne dans la guerre terroriste menée contre la Syrie à faire machine arrière et à chercher à tromper l’opinion en donnant une interprétation tirée par les cheveux à des paroles qui exprimaient parfaitement la pensée de Fabius et de ses amis «socialistes». Il faut se rappeler que les «socialistes» sous Mitterrand ont tout fait pour que le FIS dissous prenne le pouvoir en Algérie. C'est donc une habitude chez eux !

 

Il faut croire que Le Monde est le seul à avoir «bien compris» le sens de cette phrase de Fabius entrée dans l’histoire. Un lecteur français qui a commenté l’article du journal a eu raison de penser que Le Monde se donne «beaucoup de mal dans cet article pour tordre la réalité et tenter de disculper une politique proche orientale persistante qui s'est révélée très mauvaise et finalement désastreuse face à Daech». Mais ce n’est pas en pleine période électorale qu’il faut s’attendre à ce que le gouvernement Hollande reconnaisse que sa diplomatie a fait «tout faux» dans la gestion de l’affaire syrienne, confirmant une démarche commencée avec l’ingérence catastrophique en Libye pour assassiner Mouammar Kadhafi et placer ce pays dans un chaos destructeur dont l’impact empoisonne la vie des populations de la région.

 

Le candidat à l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron, qui cultive l’ambigüité en tout, a été obligé de reconnaître que la libération d’Alep a été une défaite pour la France, en fait pour les atlantistes de France, et non pas pour le peuple français qui n’a rien à voir avec l’ingérence du gouvernement de François Hollande, qui a pris position dans ce conflit du côté des groupes terroristes opérant en Syrie. Ce gouvernement n’a pas pu, et ne pouvait pas de toutes les façons, empêcher la libération d’Alep par l’armée syrienne, qui en a chassé les terroristes fin décembre 2016 et va bientôt les bouter hors de Rakka, avant de sortir les mercenaires de toute la Syrie pour les renvoyer dans leurs pays d’origine. C’est cela qui inquiète Le Monde.

Houari Achouri

note de JF : Que disait macron à l'époque que dit-il maintenant ?

Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 15:17
Révélations du dernier quart d’heure de la guerre en Syrie

Par Nasser Kandil

Repris sur Mondialisation.ca, 21 mars 2017

 

 

D’une manière générale, l’opinion publique occidentale sait qu’il y a mensonge sur la Syrie, mais ne connaît pas la vérité. [Dr Bachar al-Assad, Président de la République arabe syrienne, ce 20 mars 2017 aux médias russes]

 

Le 14 mars courant, Donald Trump recevait le vice-prince héritier saoudien Mohamad ben Salmane à Washington. Le lendemain Damas était frappée par deux attentats terroristes extrêmement meurtriers à moins de deux heures d’intervalle, l’un en son palais de justice à une heure de grande affluence, l’autre dans un restaurant populaire très fréquenté dans l’ouest de la ville. Inutile de nous interroger, une fois de plus, sur l’émotion débordante d’indifférence des médias humanitaires occidentaux.

 

Au même moment se tenait la troisième session des pourparlers d’Astana, boycottée par les chefs des factions armées de ladite opposition syrienne modérée, présents lors des deux sessions précédentes et dont le garant est la Turquie selon l’accord tripartite conclu entre la Russie, l’Iran et la Turquie, lequel accord a abouti au plan de cessation des hostilités entré en vigueur le 29 décembre 2016 à minuit et adopté à l’unanimité par le Conseil de Sécurité sous la résolution 2336 du 31 décembre 2016.

 

Le 16 mars 2017, M. Nasser kandil commentait ces événements par une brève prémonitoire. [NdT] :

 

  • La coïncidence de la visite de Mohamad ben Salmane à Washington avec les déflagrations meurtrières à Damas, la tenue des pourparlers d’Astana 3 en l’absence des chefs des factions militaires et les déclarations russes parlant de parties étrangères les influençant parce qu’elles ne veulent pas régler la crise syrienne, n’est pas fortuite.
  • Le ressentiment saoudien devant la monopolisation des groupes armés par le gouvernement turc d’Erdogan, l’Arabie saoudite étant reléguée au rôle de financier et de conseiller, s’ajoute au fait que la Turquie n’est plus intéressante comme alliée depuis le désaccord américano-turc sur la guerre en Syrie et son exploitation de toutes les cartes, à son seul profit, dans le but de se débarrasser des Kurdes, au point d’oser conclure un accord tripartite avec Moscou et Téhéran.
  • En revanche, pour Riyad, l’alliance avec Israël présente l’avantage de proposer à Washington la séparation de la guerre entre le sud et le nord de la Syrie, étant donné que la priorité de cibler l’Axe de la Résistance et l’Armée syrienne, à la fois, répond à la volonté de Donald Trump d’« interdire toute influence iranienne » dans la région.
  • Ben Salmane s’est donc rendu à Washington emportant dans ses bagages ses lettres de créance trempées dans le sang des Syriens suite aux attentats terroristes à Damas, ainsi que la nouvelle du boycottage d’Astana 3 par les factions armées terroristes, pour dire que la priorité en Syrie se situe au sud et n’appartient plus aux Turcs.
  • D’où sa proposition à Trump de se contenter d’ententes concernant la sécurité avec les Russes et de ne surtout pas s’impliquer dans le règlement politique global de la crise syrienne.
  • Le projet de Ben Salmane proposé à Washington se résume donc à dire : « La guerre au nord de la Syrie contre Daech est votre affaire, la guerre au sud de la Syrie contre l’Axe de la résistance est notre affaire et la vôtre ».

Et voilà que le 17 mars un communiqué du Haut commandement des forces armées syriennes faisait savoir qu’alors que l’Armée syrienne poursuivait son offensive contre Daech à l’est de Palmyre :

 

  • Quatre chasseurs israéliens ont pénétré l’espace aérien syrien vers 02H40 dans la région d’Al-Breij, via le territoire libanais, et ont ciblé une position de l’Armée syrienne en direction de Palmyre à l’ouest de Homs.

 

  • Notre DCA a riposté et a abattu l’un des avions à l’intérieur des territoires occupés, a touché un deuxième avion et a obligé le reste à prendre la fuite.

 

  • Cette agression flagrante de l’ennemi sioniste est venue pour continuer à soutenir les gangs terroristes de Daech, tenter désespérément de remonter leur moral effondré, et brouiller les victoires de l’Armée arabe syrienne face aux organisations terroristes.

 

  • Le Haut commandement de notre Armée est déterminé à contrer toute tentative d’agression sioniste sur n’importe quelle partie du territoire de la République arabe syrienne et y répondra directement par tous les moyens possibles.

 

Le gouvernement israélien a nié ces faits, mais la réaction de son ministre de la Défense Avigdor Lieberman, deux jours plus tard, suggère le contraire à nombre d’analystes dont M. Nasser Kandil, lequel revient sur cet évènement largement commenté par les médias amis et ennemis, en faisant cependant le lien avec l’attaque massive de plusieurs factions inféodées à Al-Nosra [alias Fateh al-Cham / Tahrir al-Cham] ce 19 mars, attaque stoppée par l’Armée syrienne avec des centaines de terroristes encerclés dans les quartiers périphériques de Jobar, Qaboun et Douma :

 

Tout au long de ces six dernières années, les Turcs ont été les plus présents sur la scène syrienne parmi les États coalisés contre la Syrie derrière des façades qui se sont écroulées l’une après l’autre pour finir par révéler, en ce dernier quart d’heure de la guerre, les véritables visages de ses commanditaires.

 

En effet, l’allié américain qui avait retiré sa flotte de Méditerranée afin d’éviter de s’engouffrer dans une guerre sans trop savoir comment la terminer [référence à la fameuse nuit du 30 août 2013, NdT], n’est réapparu sur la scène syrienne qu’une fois que la « Guerre contre le terrorisme » est devenue une couverture commode lui réservant un rôle « calculé » aussi bien dans l’escalade guerrière que dans les éventuelles solutions ou ajustements politiques. Ce faisant, il a laissé le soin de mener cette guerre à ses alliés israéliens et saoudiens conformément à l’équation mettant en jeu leur propre survie, ainsi qu’à l’allié turc jouant sur toutes les cordes à la fois. Se dissimulant ainsi derrière le masque du trio israélo-saoudo-turc, il comptait s’approprier le solde positif des trois comparses, le solde négatif revenant sur le compte de chacun d’entre eux.

 

Quant au trio israélo-saoudo-turc qui a importé les deux versions de l’organisation Al-Qaïda en Syrie [Daech et Al-Nosra, Ndt], les a distribuées sur tous les fronts, les a financées, armées et dirigées, il s’est dissimulé derrière le masque de l’organisation Al-Qaïda, qu’il a elle-même dissimulée derrière le masque de ladite opposition syrienne. Ceci, en sachant parfaitement que la carte d’Al-Qaïda est inexploitable politiquement et que l’organisation terroriste peut se retourner contre lui, mais c’était son seul atout sur le terrain, vu que la médiocre opposition syrienne est incapable de tenir, ne serait-ce qu’une heure, face à l’Armée syrienne et ses alliés.

 

L’un des signaux indicateurs de l’entrée dans ce dernier quart d’heure de la guerre est l’implication directe des « grands joueurs », parce que les masques sont épuisés, qu’il n’y a plus de place à l’erreur et qu’il n’est plus possible de parier sur les petits joueurs devant l’énormité des enjeux.

 

En effet, voici qu’Al-Qaïda se bat ouvertement sur le terrain sans plus se dissimuler derrière une prétendue opposition ; voici que le Front al-Nosra et Faylaq al-Rahman annoncent par communiqués officiels leurs attaques sur Daraa, Al-Qaboun et Jobar à Damas; et voici qu’Israël mènent tout aussi ouvertement son raid aérien sur des positions de l’Armée syrienne et de ses alliés à l’est de Palmyre sous le prétexte, prouvé mensonger, de détruire des convois de missiles destinés au Hezbollah.

 

En réalité, l’intervention militaire israélienne cherche à empêcher l’Armée syrienne de tenir la rive sud de l’Euphrate, alors que sa rive nord est à moitié tenue par Daech, lequel tente d’envahir son autre moitié en devançant les Kurdes et l’Armée syrienne du côté de Hassaké et de Deir ez-Zor.

 

 

En clair, l’objectif des Israéliens est de retarder l’avancée de l’Armée syrienne vers l’Euphrate, afin que des groupes armés de l’opposition [regroupés au sein de ladite « nouvelle armée syrienne », Ndt], qu’ils ont entraînés à cet effet, puissent atteindre la rive sud du fleuve après avoir franchi les frontières jordanienne et syro-irakienne ; lesquels groupes, déjà utilisés par les Américains dans les batailles d’Al-Tanaf à la frontière syro-irakienne, avaient échoué. Dans ce cas, ils sont supposés traverser le désert syrien jusqu’à l’Euphrate pour être rejoints par les Kurdes descendus de Hassaké, quand les Américains en donneront l’ordre.

 

C’est ainsi qu’ils espèrent couper la route de Deir ez-zor à l’Armée syrienne par l’introduction de groupes armés dirigés par les Américains et les Israéliens et, du même coup, rompre l’équation du triangle qu’elle a sécurisé entre Tadef [ville du nord de la Syrie située au sud d’Al-Bab, reprise à Daech le 26 février 2017 ; NdT], Palmyre et Deir ez-Zor.

 

L’échec du raid israélien en raison de la réponse foudroyante syrienne -laquelle a amené la confrontation à un niveau « stratégique » nettement supérieur aux prévisions du gouvernement de Benjamin Netanyahou- et la réaction russe consécutive à ce raid, ont restreint les choix des manœuvres israéliennes, élevé le niveau du défi, et mis la relation américano-russe à l’épreuve dans une situation ôtant toute chance d’un rôle israélien futur dans l’espace aérien syrien.

 

Car ce sont les Américains qui ont autorisé les Israéliens à mener ce raid et leur ont remis les clés de l’espace aérien syrien en leur permettant de voler dans le sillage de leurs avions au moment où ils menaient, eux-mêmes, un raid aérien sur des positions d’Al-Qaïda à l’ouest d’Alep [Autrement dit, ils ont profité de l’autorisation de survol du territoire syrien accordée par les russes aux avions américains du fait de la coordination établie pour éviter tout risque de collision aérienne ; NdT].

 

Le résultat est que cette manœuvre américano-israélienne censée rendre un service tactique aux Israéliens afin qu’ils puissent compter dans l’équation syrienne risque de les en écarter.

 

D’où la nécessité pour les Saoudiens de sauver la mise par l’intermédiaire du Front al-Nosra qui a donc intensifié ses attaques terroristes sur Damas, afin d’éviter que les Israéliens ne soient tentés de reculer et, surtout, convaincre les Américains qu’ils sont encore capables de modifier les équations en complément des actions menées par l’associé israélien.

 

Par conséquent, les Américains devraient accorder du temps au duo israélo-saoudien afin qu’il puisse mener la guerre du sud syrien, contre l’État syrien et ses alliés, loin de toute équation impliquant la coopération des Russes ou des équations impliquant l’accord ou le désaccord avec les Turcs dans le nord de la Syrie.

 

D’ailleurs, les principaux médias saoudiens ainsi que les chefs des délégations de la prétendue opposition syrienne du « Groupe de Riyad », à Genève ou Astana, ne condamnent pas ces attentats terroristes, ni ne cachent que les brigades du Front al-Nosra et de Faylaq al-Rahman en sont les auteurs. Ils ne cachent pas, non plus, que le moment choisi pour les mettre à exécution est destiné à empêcher l’Armée syrienne de cueillir les fruits de la « guerre des missiles » avec les Israéliens.

 

Les joueurs avancent à découvert. Désormais c’est Israël et la Syrie face à face. Tous les autres ne sont que des comparses !

Nasser Kandil

20/03/2017

 

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

Sources : Top news / Al-Binaa

http://topnews-nasserkandil.com/final/Full_Article.php?id=7105

http://www.al-binaa.com/archives/article/162524

 

M. Nasser Kandil est un homme politique libanais, ancien député, Directeur de Top News-nasser-kandil, et Rédacteur en chef du quotidien libanais « Al-Binaa »

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 17:25

Par Thierry Meyssan Source Al-Watan (Syrie)

 

Deux mois après son entrée à la Maison-Blanche, le président des États-Unis, Donald Trump, devrait clarifier sa position par rapport au plan de ses prédécesseurs de remodelage du Moyen-Orient élargi. S’il souhaite réellement mettre fin au jihadisme, il devra reconnaître la résilience de la Syrie et repositionner à la fois le Royaume-Uni, l’Arabie saoudite et la Turquie.

 

 

 

Après avoir tenu des propos à l’emporte-pièce sur diverses questions militaires, le président Trump s’en est remis à son secrétaire à la Défense, le général James Mattis, pour tous les aspects stratégiques et tactiques. La Maison-Blanche fixera les objectifs et les moyens politiques, tandis que le Pentagone aura carte blanche pour la mise en œuvre. Cette distinction entre le politique et le militaire n’avait pas cours dans l’administration Obama : le Pentagone devait soumettre toute action létale à la Maison-Blanche.

 

Dès la nomination du nouveau secrétaire à la Défense, le général James Mattis, le président Donald Trump lui avait demandé de préparer des plans permettant non pas de déplacer des jihadistes ici ou là, ou de s’appuyer sur certains et pas sur d’autres, mais de les éliminer tous.

 

Lors de son discours devant le Congrès, le 28 février, il a confirmé que son objectif était d’en finir avec le « terrorisme islamique radical ». Pour prévenir des erreurs d’interprétation, il a précisé que les musulmans et les chrétiens étaient les victimes de ce terrorisme. Sa position n’est donc pas contre l’islam, mais contre cette idéologie politique qui utilise des références musulmanes.

 

Il semble que la chaîne de commandement états-unienne soit bientôt corrigée. Une fois l’objectif et les moyens fixés par le président Trump, les militaires auraient carte blanche pour mener l’opération comme il leur semble. Les responsabilités seraient donc partagées à l’avance : au Pentagone d’assumer les bavures et à la Maison-Blanche les défaites.

 

C’est pourquoi il convient de préciser au plus vite la position des États-Unis face à la République arabe syrienne. Elle devrait être annoncée le 22 mars à Washington, lors d’une réunion de la Coalition anti-Daesh à laquelle participera le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson. Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour le moment, rien n’a changé sur ce point : l’ambassadrice Nikki Haley a soutenu au Conseil de sécurité un énième projet de résolution franco-britannique contre la Syrie et a essuyé le sixième veto chinois et le septième russe.

 

L’ambassadeur syrien Bachar Jaafari a dénoncé —derrière la manœuvre franco-britannique d’accuser sans preuve, sur la simple base de prétendus témoignages émanant des groupes agresseurs— une tentative de justifier un changement de régime et d’absoudre Israël, coupable de détenir la bombe atomique malgré le Traité de non-prolifération nucléaire.

 

En finir avec le jihadisme signifierait abandonner le plan conjoint de Londres et de Washington de remodeler le Moyen-Orient élargi et d’y placer partout au pouvoir les Frères musulmans. Ce serait reconnaître que les « printemps arabes » n’étaient que la réédition par la CIA et le MI6 de la « Révolte arabe » de 1916. Cela contraindrait le Royaume-uni à abandonner une carte qu’il construit patiemment depuis un siècle ; l’Arabie saoudite à démanteler la Ligue islamique mondiale, qui coordonne les jihadistes depuis 1962 ; la France à renoncer à son fantasme d’un nouveau mandat sur la Syrie ; et la Turquie à cesser de parrainer leurs organisations politiques. Il ne s’agit donc probablement pas d’une décision uniquement états-unienne, mais impliquant au moins quatre autres États.

 

Malgré les apparences, cette décision dépasse largement la Syrie. Elle renvoie à la possible fin de la politique impériale anglo-saxonne et à ses innombrables conséquences dans les relations internationales. Il s’agit bien du programme électoral de Donald Trump, mais nul ne sait s’il pourra effectivement le mettre en œuvre face à l’extraordinaire opposition des élites US.

 

Le chef d’état-major interarmées US, le général Joseph Dunford, a tenu quant à lui une réunion à Ankara avec ses homologues russe et turc. Il s’agissait de prévenir les interférences des armées les unes sur les autres dans un conflit aux multiples acteurs. L’Iran n’avait pas été invité, considérant que sur le terrain, ses forces armées —à la différence du Hezbollah— se contentent depuis longtemps déjà de défendre les seules populations chiites.

 

Alors que l’armée arabe syrienne a de nouveau libéré Palmyre, le contingent de militaires US illégalement présent sur le sol syrien a été porté à 900. Il a traversé le nord de la Syrie en se faisant le plus remarquer possible.

 

La question pratique la plus importante est de savoir sur quelles troupes les États-Unis comptent s’appuyer pour attaquer Rakka. La presse ne cesse de dire que le Pentagone compte sur les kurdes du YPG, mais d’autres sources évoquent une possible reproduction du schéma de Mossoul : des conseillers US encadrant l’armée nationale.

 

Au cours de la réunion d’Ankara, le général Dunford semblait préoccupé par de prévisibles affrontements turco-kurdes, d’autant qu’une partie du YPG a choisi de se placer sous la protection de Damas face à l’annonce d’un possible déferlement turco-mongol.

 

Ce n’est qu’au mieux le 22 mars que nous saurons si le président Trump admet que l’administration Obama a perdu sa guerre contre la Syrie et s’il est sérieux en prétendant vouloir éradiquer le jihadisme. Que deviendront alors ceux qui furent, durant un siècle, les fidèles exécutants de la politique britannique ?

Thierry Meyssan

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 16:15

Bachar al-assad a annoncé que la libération de la Ville de Raqqa searit désormais le prochain objectif prioritaire de l'armée syrienne. elle poursuivra en parallèle la libération d'autres villes et localités de syrie

 

« Après Alep et Palmyre, Raqqa est notre nouvel objectif. À ce jour, nous sommes proches de Raqqa. Nos forces ont atteint l'Euphrate (pour la première fois depuis quatre ans, ndlr) qui est très proche de Raqqa, fief de Daech. Pour autant, cela ne signifie pas que les autres villes ne sont pas prioritaires, cela pourrait se dérouler parallèlement », a déclaré Bachar al-Assad lors d'une interview accordée à la chaîne hongkongaise Phoenix.

 

Parlons perspectives. Du point de vue stratégique, Raqqa représente peu. C'est une relativement petite ville dans un milieu désertique. Rien à avoir avec Alep, grande mégalopole et capitale économique de l'État syrien, ou encore Palmyre, la « Perle du désert », qui tout en étant peu peuplée, était et reste un grand symbole culturel pour la Syrie et pour toute l'humanité. Raqqa, elle, n'a de symbolique que son statut de « fief » de Daech, selon les déclarations mêmes du président Assad il y a quelques mois. Néanmoins, et au moment où les É.-U. et leurs alliés s'activent pour tenter de remporter au moins une victoire digne de ce nom sur le théâtre syrien, Damas démontre qu'elle est amplement en mesure de libérer cette ville elle-même, avec l'aide de ses alliés, à l'instar d'autres parties du territoire.

 

Pour rappel, le gouvernement syrien contrôle les cinq plus grandes villes du pays: Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Hama. D'autre part, et cela est tout aussi important, entre 70 et 80 % de la population de Syrie se trouve dans des territoires sous contrôle gouvernemental. Chiffres hautement symboliques lorsqu'on se souvient comment le mainstream médiatique et les élites politiques occidentales ont répété sur tous les tons que les civils fuyaient massivement « les troupes du régime »…

 

D'ailleurs, quelle sera la réaction du mainstream et des élites politiques face à une éventuelle reprise de la « capitale » de Daech par les forces gouvernementales? Réponse: très probablement la même que celle lors de la libération d'Alep et de Palmyre, à savoir révolte ou au moins une simple déception. Quoi qu'il en soit, cette hypocrisie ne stoppera pas le gouvernement syrien dans la poursuite de la libération du territoire du pays de la présence terroriste. La déclaration d'Assad n'a fait que le confirmer.

 

Mieux que cela, le leader syrien pense que le conflit qui déchire son pays depuis maintenant six ans pourrait être entièrement résolu cette année, tout en ajoutant que les forces étrangères présentes en Syrie sans invitation compliquent la situation. Par ces propos, il viserait clairement en premier lieu les É.-U., principaux instigateurs du chaos orchestré dans son pays, comme dans la région en général. La présence turque est également contestée, mais plus ou moins tolérée, car elle est coordonnée avec la Russie. Or, la Turquie continue de se rapprocher de la Russie à différents niveaux, la toute récente visite d'Erdogan à Moscou l'a bien confirmé. En Syrie, les deux capitales coordonnent leurs efforts diplomatiques avec le processus d'Astana et militaires en opérant des frappes conjointes contre Daech dans le nord de la Syrie, qui ont abouti à la libération d'Al-Bab. Dans ce contexte, il est raisonnable de penser que la présence de la Turquie en Syrie ne sera pas permanente, ni même un problème insurmontable.

 

Une fois encore, le problème majeur reste bien la politique étasunienne dans la région, celle qui consiste à diviser pour mieux régner, ou du moins pour mieux semer le chaos — l'élite US en est la championne absolue. Mais lorsqu'il s'agit d'en réparer les conséquences, le plus souvent catastrophiques, les É.-U. et ses « alliés » ouest-européens sont presque toujours aux abonnés absents. Simple constat de la réalité.

 

Dernier point. L'armée syrienne reste en effet sur l'offensive, avec plusieurs objectifs stratégiques en vue: rompre l'encerclement des troupes d'élite syriennes à Deir ez-Zor et nettoyer la zone, avancer sur Raqqa, le fief de Daech, sans oublier évidemment Idlib, le fief de l'autre groupe takfiriste Hayat Tahrir al-Cham (ex al-Nosra et Fatah al-Cham, la filiale d'Al-Qaida en Syrie). Des efforts militaires qui s'ajoutent donc aux efforts diplomatiques d'Astana, lesquels reprendront dans les prochains jours, pour avancer vers la fin du conflit syrien, qui a été imposé par le néocolonialisme occidental s'appuyant une fois encore sur des extrémistes déclarés.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:21

Réflexions inspirées par la Conférence internationale de Téhéran sur la Palestine des 21 et 22 février 2017.

par Alain Corvez,
Repris sur comité valmy
Introduction:
L’état d’Israël : un état de fait

Nul n’est besoin d’être grand exégète du général de Gaulle pour savoir qu’il considérait comme une erreur la création en 1948 de l’état d’Israël, décidée à New-York après bien des difficultés et des hésitations par les grandes puissantes gagnantes de la guerre mondiale toute récente, fin 1947, création résultant des abominables persécutions que la barbarie nazie avait déployée contre les Juifs- et d’autres minorités considérées elles aussi comme inférieures et nuisibles. Mais cet état de fait regrettable à ses yeux devait être respecté puisque résultant d’une décision de l’ONU, seule instance internationale justifiée, même s’il l’appelait « le machin ».

« On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de Juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables, frictions et conflits. Certains mêmes redoutaient que les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles. »

Lors de cette conférence de presse à l’Elysée du 27 novembre 1967, il dira plus loin qu’il avait dit aux amis arabes de la France qu’ils ne devaient pas remettre en question cet état de fait en attaquant les premiers Israël. Il l’avait dit également aux dirigeants israéliens. « La France considèrerait comme agresseur celui qui tirerait le premier. »

Et la guerre est venue par l’attaque israélienne de juin 1967 ; le Général a alors des mots implacables pour dénoncer Israël :

« Israël ayant attaqué, s’est emparé, en six jours de combat, des objectifs qu’il voulait atteindre. Maintenant, il organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation qui ne peut aller sans oppression, répression, expulsions, et il s’y manifeste contre lui une résistance, qu’à son tour, il qualifie de terrorisme. »

Rappelons que la résolution 181 de l’ONU décidant la création de l’état d’Israël n’a été acceptée que le 29 novembre 1947 après plusieurs tentatives infructueuses dont la première datait de septembre 1947, les votes favorables des états étant insuffisants. Sous les pressions des Etats-Unis, huit états, dont la France, ont changé leur vote en quatre jours du 25 au 29 novembre.

Une imposante conférence qui fera date

Les 21 et 22 février 2017, 700 responsables politiques et spécialistes de 80 pays d’Amérique du Sud, d’Europe, d’Afrique, d’Inde, de Chine, de Russie, parmi lesquels 22 présidents de parlements ont débattu dans l’immense Centre de conférences internationales de Téhéran du présent et de l’avenir de la lutte pour les droits des Palestiniens à avoir un état sur la terre de leurs ancêtres.

De façon lancinante me revenait la confidence que m’avait faite le général Pierre-Marie Gallois, un des plus grands stratèges d’après-guerre, dans les années 90. Me prenant à part lors d’une réunion sur la question yougoslave, sachant que je revenais d’un voyage au Moyen-Orient, il me dit en substance : « Il n’y a pas de solution durable à deux états au conflit israélo-arabe, car ils seraient en permanence en belligérance, larvée ou pas ; et pour des raisons démographiques, historiques, géographiques, politiques, cet état ne peut être que l’état palestinien, avec des garanties de sécurité pour les populations juives historiques. »

Introduits par un discours magistral du Guide Suprême de la Révolution Islamique, Ali Khamenei, dirigés par le Président du Parlement iranien, Ali Larijani, conclus par le Président Rouhani accompagné de plusieurs ministres dont le Ministre des AE, M. Zarif, les débats ont été intenses et riches.

Unifier la Résistance et refuser la compromission

Si les différents orateurs ont apporté chacun leur sensibilité sur le sujet, et des propositions pour l’avenir, le sentiment général qui émane des interventions est la nécessité impérieuse d’unifier la Résistance en oubliant les rivalités internes pour s’entendre sur l’essentiel de la stratégie de lutte contre l’ennemi, excluant tout essai d’entente avec l’occupant. L’essai de négociation avec la puissance occupante a montré son inanité depuis les accords d’Oslo qui n’ont fait que faciliter la négation des droits les plus élémentaires des Palestiniens et l’annexion renforcée de terres.

Le discours introductif du Guide a fait ressortir avec une logique implacable les fondements du sujet et comment « la question de Palestine peut et doit être le pivot de l’unité de tous les pays islamiques. » Il a affirmé que la troisième intifada était fortement réprimée mais remportait des succès en laissant augurer la victoire finale, car l’ennemi devait affronter la réprobation de pays de plus en plus nombreux. Il a stigmatisé la politique de compromis avec l’occupant qui a eu des effets destructeurs sur la Résistance en la divisant. Seule l’intifada est légitime face à l’injustice car le compromis tend à justifier la présence de l’occupant. La Résistance, depuis le début a remporté des victoires grâce à ses alliés comme le Hezbollah libanais, l’Iran et tous les groupes impliqués comme le Jihad Islamique, le Hamas, le Fatah ou le FPLP. La Résistance doit dépasser les divergences entre pays arabes et islamiques, ou les divergences nationales, ethniques ou confessionnelles qui existent dans certains pays. « Notre position sur la Résistance », a-t-il dit, « est une position doctrinale qui n’a rien à voir avec un groupe particulier. »

Il indiquait par-là que les divisions instillées par l’ennemi entre chiisme et sunnisme, ou entre tendances religieuses ou culturelles devaient s’effacer devant le but ultime de libération de la Palestine. L’Unité nationale sur la base d’un plan djihadiste est une nécessité nationale pour la Palestine a-t-il martelé.

« Cette conférence peut-être un modèle pour tous les musulmans et toutes les nations de la région et les aider à contrôler leurs divergences en s’appuyant sur leurs points communs. »

Il serait trop long de rapporter les nombreuses interventions pourtant souvent très enrichissantes car apportant une sensibilité différente venue d’Asie, d’Afrique, des Amériques ou d’Europe, le sentiment général étant pour dénoncer le refus d’Israël de respecter les résolutions internationales et les droits des Palestiniens et d’appeler à l’unité de la Résistance en oubliant les divergences culturelles ou confessionnelles.

Aucun parlementaire français n’avait fait le déplacement.

Le Président du Parlement libanais, Nabih Berri a eu un franc succès du fait de son habituelle aisance oratoire pour convaincre son auditoire, énonçant des propositions concrètes pour donner une suite à ces deux jours de rencontres :


1. Si les Etats-Unis mettent à exécution leur intention de transférer à Jérusalem leur capitale, que tous les pays qui soutiennent la Résistance ferment leur ambassade à Washington.


2. Insistant, lui aussi, sur l’impérieuse nécessité de l’unité du front de résistance, il suggère que cette conférence assure le suivi de cette résolution.

Le Président du Parlement iranien, Ali Larijani, le remerciera pour ces suggestions et lui demandera de bien vouloir assurer ce suivi : un centre de coordination pourrait s’installer à Damas ou Beyrouth.

Le président du Parlement irakien, Salim Al Jabouri, insistera sur les crimes commis par Israël contre les Palestiniens et sur le fait que la résistance en Palestine est une cause commune.

Un représentant du Front Démocratique de Libération de la Palestine FDLP insiste à son tour sur la nécessité de l’unité des différents mouvements de résistance et propose d’établir un comité de suivi logistique des prises de décisions de la conférence, dont le secrétariat pourrait être à Téhéran.

Abou Ahmad Fouad, Directeur Général du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine), dénoncera particulièrement les accords d’Oslo qui reconnaissaient le gouvernement sioniste.

Ahmed Jibril, du FPLP (CG), Front Populaire de Libération de la Palestine, Commandement Général, remarque qu’un nouveau Front de Résistance réclamé par certains est inutile puisqu’il existe depuis 30 ans, constitué par le Hezbollah et l’Iran et que ceci indique qu’il y a union de destins entre chiites et sunnites. Il propose la création d’un fonds islamique pour empêcher l’achat des terres palestiniennes.

L’Ayatollah Amoli Larijani (frère du Président Ali Larijani), président du pouvoir judiciaire iranien, insiste aussi sur l’universalité de la cause palestinienne, qui concerne en tout cas tout l’islam, et sur l’arrogance de l’Occident qui met partout en avant les droits de l’homme mais soutient Israël qui y contrevient journellement. La Palestine est une cause qui comporte une surface – les territoires occupés- et une profondeur-la confrontation des idéologies, sionisme contre l’islam monothéiste- s’appuyant sur la force des Etats-Unis ; il cite Fukuyama et sa théorie de la fin de l’Histoire avec la fin de l’URSS, qui fait adopter à l’Occident les thèses sionistes contre l’islam. L’Islam appelle à la paix mais en restant vigilant face aux menaces. La République Islamique d’Iran est un exemple de fermeté face à l’outrecuidance de l’Occident qui l’accuse de vouloir fabriquer des armes atomiques alors qu’il soutient les exactions d’Israël qui a l’arme atomique.

Deux rabbins antisionistes étaient parmi les délégués et ont participé aux travaux des commissions de cette conférence.

En conclusion de ces deux jours, Ali Larijani dénoncera les crimes contre l’humanité commis par Israël et affirmera que les débats ont montré que la Palestine est une cause commune à tous les pays musulmans et au-delà, à tous les hommes épris de justice et de liberté.

Conclusion

Les arguties diplomatiques concernant la solution du conflit israélo-palestinien sur un ou deux états me paraissent depuis longtemps hors de propos ; cette conférence internationale m’a convaincu qu’un front puissant se constitue pour orienter les diplomates raisonnables vers la seule création d’un état palestinien sur l’ensemble des territoires concernés qui assurerait des garanties aux populations juives ayant des droits justifiés pour vivre dans cet état.

Il est clair, comme me le disait le général Gallois que la coexistence pacifique de deux états est devenue impossible après 70 ans d’accumulations de haines qui alimentent d’ailleurs l’antisémitisme dans le monde, au grand dam de nombreux de mes amis juifs. Il semble que les extrémistes qui sont au pouvoir à Tel Aviv se permettent depuis l’origine toutes les atteintes aux droits fondamentaux des Palestiniens parce qu’ils ont eu jusqu’ici le soutien de la plus grande puissance du monde, où l’influence de leur diaspora est déterminante.

Mais le monde a changé, les Etats-Unis sont affaiblis pour diverses raisons et de nouvelles puissances mondiales rivalisent avec eux. Ils doivent s’adapter à ce nouveau monde et, bien que le nouveau Président américain reste parfois énigmatique dans ses projets, il a clairement l’idée de sortir du système figé qui dirige les EUA, comme il l’a annoncé dans sa campagne, ce qui l’a fait élire, et veut adapter son pays aux nouvelles donnes internationales. Car c’est un entrepreneur qui n’est pas prisonnier des idéologies mais raisonne sur les réalités : les liens avec Israël que nous lui connaissons, liés à son pragmatisme, peuvent l’aider à prendre des décisions radicalement différentes de ses prédécesseurs, ne serait-ce que pour mettre un terme à l’hostilité récurrente de nombreuses populations du monde qui reprochent aux Etats-Unis de soutenir des tyrans ou des injustices. Les liens de ses services avec DAESH sont désormais de notoriété publique et il arrivera à comprendre que l’Iran qu’il invective n’est pas à confondre avec les terroristes islamistes mais qu’il est au contraire un pays essentiel et au premier rang dans la lutte contre cette plaie mondiale.

Il est possible enfin que de nombreux juifs américains qui ne partagent pas les vues de l’influent AIPAC (American Israëli Public Affairs Committee), qui sont très nombreux et lassés de soutenir une cause qui dessert autant Israël que les Etats-Unis, amènent le Président Trump à comprendre que les intérêts des Etats-Unis ne se confondent pas avec ceux d’un Israël « sûr le lui-même et dominateur » qui développe l’exécration contre eux.

Alain Corvez est Conseiller en stratégie internationale

PS. 1. On peut accéder au texte intégral de la conférence de presse du 27 novembre 1967 à l’Elysée du général de Gaulle sur le site de la Fondation Charles de Gaulle :www.charles-de-gaulle.org/

2. On pourra lire sur Google une analyse de la vision du général de Gaulle sur le sujet telle qu’elle apparaît dans sa conférence de presse du 27 novembre 1967, que j’ai écrite en 2006 : De Gaulle et sa vision du Proche-Orient IMPERIALISME-TERRORISME-ISLAMISME, Analyse par Alain Corvez

Partager cet article
Repost0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 18:33
"Les médias occidentaux mentent …"

María Guadalupe Rodrigo est une religieuse argentine qui vivait à Alep dans le diocèse catholique depuis janvier 2011. Elle est également restée dans la ville pendant l’état de siège provoqué par des groupes terroristes.

 

Après son retour, elle a parlé de cette période à Alep. Sur place María Guadalupe Rodrigo a vécu de très près le début du conflit en Syrie.

 

Elle contredit la thèse courante des politiciens et médias occidentaux, selon laquelle le peuple syrien a approuvé « le printemps arabe » et qu’il est descendu pacifiquement dans la rue pour revendiquer la démocratie.

 

A partir de la fenêtre de son évêché elle a pu observer que des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour soutenir leur président Bachar al-Assad. Ce sont exactement ces mêmes images qui ont été prises par les chaînes d’information occidentales en prétendant exactement le contraire, que le peuple syrien descendait dans la rue pour exiger la démission du président.

 

Ensuite, María Guadalupe Rodrigo réfute la compréhension occidentale de la démocratie. Elle explique que les chrétiens en Syrie ont beaucoup plus de liberté religieuse sous Assad que n’en ont les chrétiens en Europe pseudo-démocratique.

 

Ecoutez maintenant un extrait de cinq minutes d’une conférence que María Guadalupe Rodrigo a donnée le 19 décembre 2015 en Espagne et qui donne aujourd’hui encore des éclaircissements sur la guerre en Syrie.

 

Quand ces manifestations ont commencé, la presse internationale, les médias, ont présenté ça comme si finalement le peuple syrien adhérait aussi au printemps arabe et était sorti pacifiquement dans la rue pour demander la démocratie. Mais en réalité les nouvelles qui nous arrivaient… vous voyez, de nos voisins, de ces villages, ne concordaient pas avec ce qu’on voyait à la télévision.

 

Les gens de ces villages disaient que des groupes armés étaient venus de l’extérieur de la Syrie. Ils disaient : « Ils parlent d’autres dialectes ! (Là-bas, chaque pays a son dialecte). Ce ne sont pas des Syriens ! Ils provoquent des troubles dans le peuple ! Ils ont déjà coupé en morceaux plusieurs chrétiens ! » Des chrétiens coupés en morceaux dans des sacs poubelle, dans une benne, avec un panneau : « Ne pas toucher. Il est chrétien ». Et ce serait ça, les manifestations pacifiques, selon la presse !

 

Quand ces choses ont commencé à se produire et à se multiplier très rapidement dans le pays, avec ces groupes armés qui viennent de l’extérieur, les gens sont sortis dans la rue. Là oui, ils sont sortis dans la rue. A Damas, la capitale, (vous voyez là Damas) et à Alep, la 2ème ville du pays – c’est là que nous avons la mission. Les gens sont sortis dans la rue, des milliers de personnes, avec des pancartes, des panneaux, des drapeaux, pour soutenir leur président. Pour exprimer et manifester leur opinion sur le gouvernement qu’ils ont. Et ce n’est pas parce que Bachar Al-Assad serait… je ne sais pas… la meilleure forme de gouvernement, ou un saint (il ne l’est probablement pas). Ce qu’il y a, c’est qu’ils préféraient continuer comme c’était, plutôt que de tomber entre les mains du fondamentalisme islamique.

 

Parce que le résultat de cette guerre n’allait pas être la démocratie, ils le voyaient venir ! Ces mêmes images que nous voyions, c’est-à-dire depuis les fenêtres de l’évêché, où nous étions, nous voyions passer ces gens, ils chantaient, ces mêmes images étaient reprises par des chaînes internationales d’information très importantes et commentées de la manière suivante : Les manifestations pacifiques du peuple syrien continuent ; le peuple sort dans la rue pour demander à son président de s’en aller. C’était ridicule ! Evidemment, qui comprend l’arabe, pour savoir qu’en réalité ils étaient en train de soutenir leur président ?

 

Et c’est pour cette raison qu’une des grandes souffrances de ce peuple, c’est ce grand mensonge qui a été monté autour de cette histoire ; c’est l’abandon de la part de l’Occident. Le peuple l’appelle le silence complice de l’Occident. Toutes les fois où ils ont e

ssayé de se manifester et d’exprimer réellement leur opinion, ça a été totalement inversé.

Et rendez-vous compte : tout ce qui a été monté autour de cette guerre, voyez-vous, en réalité c’est une opération de grande ampleur qui a besoin, pour ainsi dire, du soutien, de l’approbation de l’opinion publique. C’est-à-dire que l’Occident approuve le fait que ces « rebelles » (entre guillemets), que ces « rebelles modérés » se lèvent contre le dictateur.

 

Mais il faut se rendre compte que c’est une erreur de l’Occident ; c’est une erreur que nous commettons en tant qu’Occidentaux de juger les arabes avec nos critères occidentaux. Et alors nous vivons nos démocraties et nous prétendons les imposer aux autres. Nous exportons nos démocraties à ces peuples. Quand en réalité ça fait des décennies qu’ils vivent de cette manière, ils vivaient bien, et je vous garantis qu’à Alep, à Alep avec le niveau de vie qu’il y avait, les gens, ils n’enviaient pas les démocraties, ou pseudo-démocraties occidentales.

 

D’ailleurs c’est plutôt les chrétiens, bien qu’ils soient une minorité, ils avaient une certaine liberté religieuse, y compris pour se manifester, y compris pour être influents dans le gouvernement, pour avoir des postes dans le gouvernement Et comme ils l’ont dit (car ils me l’ont dit, ils sont réfugiés maintenant en Europe ; j’ai rencontré des personnes qui me l’ont dit tel quel) la liberté qu’ils ont ici en pleine démocratie, les chrétiens, ils ne l’ont pas en Europe

 

Alors ça aussi il faut du discernement, quand on écoute les nouvelles, et ne pas être si simpliste, dire que la démocratie vient du ciel et la dictature vient de l’enfer et qu’il n’y a pas de nuances. Et ces gens qui ont une autre mentalité, une autre culture, ils ont toujours vécu comme ça. Et ça a bien fonctionné pour eux. Quel droit avons-nous de fouler aux pieds leur souveraineté ?

de d.d.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 14:51
Par Michel Raimbaud  ancien ambassadeur de France, professeur au Centre d’études diplomatiques et stratégiques, officier de l’ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d’honneur
Autrefois respectée et écoutée du monde entier, la France s’est mise elle-même hors-jeu en Syrie

Le gouvernement français s’est enfermé dans une position injuste et déraisonnable à l’égard de la Syrie légitime, choisissant de soutenir des «révolutionnaires» armés et violents, déplore l’ancien ambassadeur de France Michel Raimbaud.

 

RT France : C’est la première fois que les représentants de l’opposition syrienne et du gouvernement se réunissent pour des négociations à Astana. Est-ce effectivement une avancée dans le processus des pourparlers ?

 

Michel Raimbaud (M. R.) : Le simple fait que des représentants de l’opposition syrienne se réunissent avec des représentants du gouvernement pour des négociations constitue bien entendu une avancée indéniable dans la recherche d’une issue politique à la «guerre universelle» qui détruit la Syrie et son peuple depuis maintenant six ans. Le fait que des protagonistes étrangers, qu’ils soient des alliés de l’Etat syrien comme la Russie et l’Iran, ou des parrains de l’opposition armée (pour ne pas dire terroriste) comme la Turquie, y soient impliqués, donne à ce scénario l’indispensable label «diplomatique» susceptible de garantir le sérieux de l’engagement des parties concernées.

 

La question n’est pas simple, dans la mesure où les représentants de «l’opposition» ont un passé ou un pedigree qui, en temps normal, ne leur assurerait pas un ticket d’entrée à une table de négociation. Dans la mesure également où l’un des parrains – le régime de Erdogan, pour ne pas le nommer – se voit gratifié de l’un des premiers rôles dans un processus devant conduire (d’une façon ou d’une autre) à la reconstruction de la Syrie, pays invaincu mais en bonne partie détruit grâce aux bons soins dudit Erdogan.

 

Pour le reste, il ne s’agit que d’un premier pas (celui qui coûte), qui devrait aboutir à une consolidation du cessez-le-feu généralisé et à séparer les «opposants armés» des groupes terroristes. Ce premier épisode devra être suivi de beaucoup d’autres, à Astana ou à Genève, ou ailleurs. Mais le choix du lieu n’est pas anodin.

 

RT France : Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier s’est montré assez sceptique à l’égard des pourparlers à Astana, arguant que le vrai progrès ne pouvait avoir lieu qu’à Genève lors de la prochaine étape. D’où vient ce scepticisme ?

 

M. R. : Au fil des cinq cents dernières années, l’Occident s’est progressivement installé dans sa position de maître de l’univers, ce qui lui confère une rente de situation que ses dirigeants trouvent normale, estimant que les questions importantes relatives à la paix et à la guerre ne peuvent se traiter ailleurs que «chez eux».

 

Les Etats européens, alliés des Etats-Unis au sein de l’Alliance atlantique, ont ainsi du mal à admettre que des négociations sur un dossier phare comme celui de la guerre de Syrie puissent se tenir dans un pays comme le Khazakstan.

 

Chef de la diplomatie allemande, Monsieur Steinmeier, a dû se rendre à l’évidence : c’est à Astana, capitale d’une ancienne république soviétique restée proche de la Russie, membre du Traité de sécurité collective de Taschkent (OTSC), où la tradition musulmane se mêle à l’influence slave, que les représentants de l’opposition syrienne et du gouvernement se sont réunis pour un premier round de négociations.

 

Comment voulez-vous qu’un ministre européen sorte des chemins battus de la pensée unique et reconnaisse qu’Astana aura été une étape pionnière en soi ? Le «vrai progrès» ne peut donc avoir lieu qu’à Genève, lors de la prochaine étape.

 

Monsieur Steinmeier a sûrement la mémoire courte. Sans doute oublie-t-il que Genève avait déjà accueilli (en 2012) des négociations sur la Syrie, et que le résultat n’avait pas pu être qualifié de «vrai progrès», certains des signataires de Genève affirmant, avant même que l’encre ne soit sèche, qu’ils n’avaient pas la moindre intention de respecter l’accord qu’ils venaient de signer.

 

Même si elle se trouve hors du champ de l’Union Européenne ou de l’OTAN, Genève reste une ville de «chez nous». C’est, en outre, l’un des sièges de l’ONU, organisation qui n’a jamais démérité en matière de complaisance envers l’Empire atlantique. Les Secrétaires généraux et leurs envoyés spéciaux font preuve d’un dévouement et d’un zèle à toute épreuve au service de «l’opposition» armée, y compris De Mistura, que l’on a pu juger sur pièces à l’occasion de la récente bataille d’Alep.

 

RT : L’administration de Barack Obama a toujours insisté sur le fait que Bachar el-Assad devait partir. Pensez-vous que cela va être également la priorité pour l’administration de Donald Trump ?

M. R. : Sur ce point, permettez-moi de rappeler un point essentiel : il n’appartient ni à Obama, ni à Kerry, ni à Cameron, ni à Sarkozy, ni Juppé, ni à Fabius, ni à Hollande, ni à Ayrault, ni à Donald Trump, ni à Steinmeier de décider si le président Bachar el-Assad doit partir ou rester. Vous constaterez comme moi qu’ils sont tous partis ou sur le point de partir, sauf Trump, qui vient de prendre ses fonctions.

 

C’est au peuple syrien et à lui seul de décider de son avenir.

 

Bien malin qui pourrait deviner quelles seront les priorités du nouveau président américain, qui sera sans doute très «flexible» ou imprévisible, comme il le dit lui-même. Pour la Syrie, il n’est pas déraisonnable d’espérer qu’il mettra en œuvre son intention annoncée de dialoguer avec la Russie, ce qui pourrait influer sur son attitude à l’égard de Bachar el-Assad…et de ses opposants.

 

RT : Quel devrait être le rôle de la France dans la résolution du conflit ? Pourquoi n’est-elle plus protagoniste dans la région ?

 

M. R. : La France bénéficiait en Syrie d’un capital de sympathie indéniable jusqu’à la seconde guerre d’Irak. La situation s’est gâtée en 2003, suite au retour progressif au «bercail atlantique», selon l’expression consacrée.

 

Toutefois c’est depuis le début des «printemps arabes» que le gouvernement français s’est enfermé dans une position injuste et déraisonnable à l’égard de la Syrie légitime, choisissant dès le mois de mars 2011 de soutenir des «révolutionnaires» armés et violents, bientôt terroristes. Des slogans comme «Bachar doit partir» ou des propos déplacés ne peuvent servir de ligne diplomatique…

 

Dans ce contexte, comment voulez-vous que la France, qui s’est mise elle-même hors-jeu, soit un protagoniste dans la région et dans le jeu diplomatique autour des problèmes de ce Grand Moyen-Orient ?

 

En tant qu’ancien diplomate, je déplore cette position et cette attitude négative, qui seront difficiles à amender et à faire oublier. Mais je ne suis sûrement pas le seul à souhaiter que la France retrouve le rôle traditionnel qui lui valait d’être respectée et écoutée partout dans le monde.

Source:https://francais.rt.com/opinions/32958-autrefois-respectee-ecoutee-monde-entier-france-hors-jeu-syrie

via: http://arretsurinfo.ch/michel-raimbaud-la-france-sest-mise-elle-meme-hors-jeu-en-syrie/

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 16:04

le 8 janvier 2017

Source : http://sana.sy/en/?p=97969

Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Transcription :

 

Question 1 : Monsieur le Président, vous venez de rencontrer une délégation de députés français. Pensez-vous que cette visite aura une influence sur la position française à l’égard de la Syrie ?


Bachar al-Assad : C’est une question française. Nous espérons que toute délégation qui viendra ici pourra voir la vérité sur ce qui se passe en Syrie durant ces dernières années, depuis le début de la guerre il y a six ans, et le problème maintenant, concernant la France en particulier, est qu’ils n’ont pas d’ambassade, ils n’ont absolument aucune relation avec la Syrie. Alors c’est comme si... on peut dire que c’est un Etat aveugle. Comment pouvez-vous forger une politique envers une région donnée si vous ne voyez pas, si vous êtes aveugles ? Il faut être capable de voir. L’importance de ces délégations est qu’elles représentent les yeux des États, mais cela dépend de l’État en question ; est-ce qu’il veut voir (la réalité des choses), ou est-ce qu’il veut continuer à adopter la politique de l’autruche et refuser de dire la vérité, parce que maintenant, dans le monde entier, tout est en train de changer à tous les niveaux à l’égard de la Syrie, (aux niveaux) local, régional et international. Jusqu’à présent, le gouvernement français n’a pas changé de position, ils maintiennent leur rhétorique désuète qui est déconnectée de la réalité en Syrie. C’est pourquoi nous espérons qu’il se trouvera quelqu’un au sein l’État qui veuille bien écouter (ce que rapporteront) ces délégations, (écouter) les faits. Je ne parle pas de mon opinion, je parle de la réalité en Syrie. Donc, nous avons de l’espoir.

 


Question 2 : Monsieur le Président, vous avez dit qu’Alep constitue une victoire majeure pour la Syrie, et un tournant majeur dans la crise. Que ressentez-vous lorsque vous voyez les photos des centaines de civils qui ont été tués durant les bombardements et la dévastation de la ville ?

 

Bachar al-Assad : Bien sûr, il est très douloureux pour nous, en tant que Syriens, de voir une quelconque partie de notre pays détruite, ou de voir tout sang répandu où que ce soit, c’est évident, c’est une réalité d’ordre émotionnel, mais pour moi en tant que Président ou en tant qu’officiel, la question (qui se pose) pour le peuple syrien (est celle-ci) : Qu’est-ce qu'il va faire ? Qu’est-ce que je vais faire ? Il ne s’agit pas des sentiments. Les sentiments vont de soi, comme je l’ai dit. (La question est) comment nous allons reconstruire nos villes.


Question 3 : Mais le bombardement d’Alep-Est était-il la seule solution pour reprendre la ville, avec la mort de civils, vos concitoyens ?

 

Bachar al-Assad : Cela dépend du type de guerre que vous recherchez. Recherchez-vous une guerre tranquille, une guerre sans destruction ? Dans toute l’Histoire, je n’ai jamais entendu parler d’une bonne guerre, toute guerre est mauvaise. Pourquoi mauvaise ? Parce que toute guerre entraîne de la destruction, toute guerre entraîne des tueries, c’est pourquoi toute guerre est mauvaise. Vous ne pouvez pas dire « c’est une bonne guerre », même si c’est pour une bonne raison, pour défendre votre pays, pour une noble raison, mais une guerre reste (toujours) mauvaise. Ce n’est pas la (bonne) solution (seulement) si vous avez une autre solution. Mais la question est la suivante : comment pouvez-vous libérer les civils de ces zones de l’emprise des terroristes ? Est-il préférable de les laisser, de les abandonner entre leurs mains, sous leur joug, à leur sort défini par ces terroristes, à savoir la décapitation, le meurtre, tout sauf la présence de l’Etat ? Est-ce le rôle de l’État, de rester passif et de regarder ? Vous devez libérer (ces régions), et c’est parfois le prix à payer, mais à la fin, les gens sont libérés des terroristes. Telle est la question maintenant : sont-ils libérés ou non ? Si c’est le cas, c’est bien ce que nous devons faire.

 

Question 4 : Monsieur le Président, un cessez-le-feu a été signé le 30 décembre. Pourquoi l’armée syrienne se bat-t-elle toujours près de Damas, dans la région de Wadi Barada ?

 

Bachar al-Assad : Tout d’abord, le cessez-le-feu concerne différentes parties, alors pour pouvoir dire qu’il y a un cessez-le-feu viable, il faut que chaque partie cesse de combattre et de tirer, et ce n’est pas le cas dans beaucoup de régions de Syrie, et cela a été rapporté par le Centre d’observation russe du cessez-le-feu. Il y a des violations de ce cessez-le-feu tous les jours en Syrie, y compris à Damas, mais principalement à Damas parce que les terroristes occupent la principale source d’eau de Damas où plus de cinq millions de civils sont privés d’eau depuis trois semaines, et le rôle de l’armée syrienne est de libérer cette zone afin d’empêcher ces terroristes d’utiliser cette eau pour asphyxier la capitale. Voilà pourquoi.

 

Question 5 : Monsieur le Président, Daech n’est pas une partie prenante du cessez-le-feu...

 

Bachar al-Assad : Non.

 

Question 5 (suite) : Avez-vous l’intention de reprendre Raqqa, et quand ?

 

Bachar al-Assad : Permettez-moi de poursuivre (ma réponse à) la deuxième partie de la première question. Ce cessez-le-feu ne concerne pas Al-Nusra et Daech, et la zone dans laquelle nous avons récemment combattu pour la libérer, concernant les sources d’eau de la capitale Damas, est occupée par Al-Nusra et Al-Nusra a officiellement annoncé qu’ils occupent cette zone. Cela ne fait donc pas partie du cessez-le-feu.

 

En ce qui concerne Raqqa, bien sûr, c’est notre mission, selon la constitution et selon les lois, que de libérer chaque pouce de territoire syrien. Il n’y a aucun débat à ce sujet, qui n’est pas à discuter. Mais il s’agit de savoir quand, quelles sont nos priorités, et c’est une question militaire, touchant à la planification militaire, aux priorités militaires. Mais à l’échelle nationale, il n’y a pas de priorité : chaque pouce de territoire (occupé) est syrien, et (sa libération) doit être du ressort du gouvernement.

 

Question 6 : D’importantes discussions auront lieu à Astana à la fin du mois, avec de nombreuses parties syriennes, y compris certains groupes d’opposition, disons. Qu’êtes-vous prêt à négocier directement avec eux, et qu’êtes-vous prêt à négocier pour aider la paix à revenir en Syrie ?

 

Bachar al-Assad : Bien sûr, nous sommes prêts, et nous avons annoncé que notre délégation à cette conférence est prête à s’y rendre lorsqu’ils définiront... quand ils auront fixé le moment de cette conférence. Nous sommes prêts à négocier sur tout. Lorsque vous parlez de négociations pour savoir s’il faut mettre un terme au conflit en Syrie ou parler de l’avenir de la Syrie, tout est pleinement ouvert, il n’y a pas de limites pour ces négociations. Mais qui va être là de l’autre côté ? Nous ne le savons pas encore. Est-ce que ce sera une véritable opposition syrienne – et quand je dis « véritable », cela signifie qui ait des racines en Syrie, pas en Arabie Saoudite, en France ou en Angleterre, il doit s’agir d’une opposition syrienne pour discuter des questions syriennes. Donc, la viabilité ou, disons, le succès de cette conférence dépendra de ce point.

 

Question 7 : Êtes-vous-même prêt à discuter de votre poste de Président ? Cela a été contesté.

Bachar al-Assad : Oui, mais ma position est liée à la Constitution, et la Constitution est très claire quant au mécanisme par lequel vous pouvez élire un Président ou vous débarrasser d’un Président. Donc, s’ils veulent discuter de ce point, ils doivent discuter de la Constitution, et la Constitution n’est ni la propriété du gouvernement, ni du Président, ni de l’opposition. Elle doit être la propriété du peuple syrien, donc vous avez besoin d’un référendum pour toute Constitution. C’est un des points qui pourraient être discutés lors de cette réunion, bien sûr, mais ils ne peuvent pas (simplement) dire « nous voulons ce Président » ou « nous ne voulons pas ce Président » parce que le Président est lié aux urnes. S’ils ne veulent pas de lui, remettons-nous en aux urnes. Le peuple syrien (dans son ensemble) doit élire un Président, et pas (seulement) une partie du peuple syrien.

 

Question 8 : Et avec cette négociation, quel sera le sort des combattants rebelles ? [sic]

 

Bachar al-Assad : Conformément à ce que nous avons mis en œuvre au cours des trois dernières années, parce que nous voulons vraiment avoir la paix en Syrie, le gouvernement a offert l’amnistie à chaque militant qui dépose les armes, et cela a fonctionné. Et ils ont toujours la même option s’ils veulent revenir à la normalité, revenir à leur vie normale. C’est le maximum que vous puissiez offrir, l’amnistie.

 

Question 9 : Monsieur le Président, comme vous le savez, l’élection présidentielle française aura (bientôt) lieu. Avez-vous un favori, avez-vous une préférence pour l’un des candidats ?

 

Bachar al-Assad : Non, parce que nous n’avons de contact avec aucun d’entre eux, et nous ne pouvons pas beaucoup compter sur les déclarations et la rhétorique pendant la campagne électorale, donc nous disons toujours qu’il faut attendre et voir quelle politique ils vont adopter quand ils seront en poste. Mais nous gardons toujours l’espoir que la prochaine administration, le prochain gouvernement ou le prochain Président veuillent considérer la réalité de la situation, se déconnecter de la politique (actuelle qui est) déconnectée de notre réalité. C’est notre espoir, et ils pourraient (alors) œuvrer pour l’intérêt du peuple français, parce que la question que doivent maintenant se poser, après six ans, les citoyens français, est celle-ci : vous sentez-vous plus en sécurité ? Je ne pense pas que la réponse soit oui. Le problème de l’immigration a-t-il amélioré la situation dans votre pays ? Je pense que la réponse est non, que ce soit en France ou en Europe. La question est maintenant : quelle en est la raison ? C’est la question que la prochaine administration, le prochain gouvernement ou le prochain Président devront traiter pour faire face à notre réalité, et non pas à leur imagination comme cela s’est produit au cours des six dernières années.

 

Question 10 : Mais l’un des candidats, François Fillon, n’a pas la même position que la position officielle. Il voudrait rétablir le dialogue avec la Syrie. Pensez-vous que son élection – s’il est élu – pourrait changer la position de la France sur la Syrie ?

 

Bachar al-Assad : Sa rhétorique au sujet des terroristes, ou disons la priorité de la lutte contre les terroristes et non l’ingérence dans les affaires d’autres pays, est la bienvenue, mais nous devons être prudents, car ce que nous avons appris dans cette région au cours des dernières années, c’est que beaucoup d’officiels disent quelque chose et font le contraire. Je ne dis pas que M. Fillon ferait cela. J’espère que non. Mais nous devons attendre et voir, parce qu’il n’y a pas de contact. Mais jusqu’ici, s’il met en œuvre ce qu’il a dit, ce sera très bien.

 

Question 11 : Appréciez-vous François Fillon comme politicien ? [sic]

 

Bachar al-Assad : Je n’ai pas eu de contact avec lui ni de coopération, donc tout ce que je pourrais dire maintenant ne serait pas très crédible, pour être franc avec vous.

 

Question 12 : Y a-t-il un message que vous souhaitez adresser à la France ?

 

Bachar al-Assad : Je pense que si je voulais m’adresser aux politiciens, je dirais cette chose évidente : vous devez œuvrer pour l’intérêt des citoyens syriens, mais depuis six ans, la situation va dans l’autre sens, parce que la politique française a nui aux intérêts français. Donc pour le peuple français, je dirais que les médias dominants ont échoué (manqué à leurs devoirs) dans la majeure partie de l’Occident. Leur récit a été démystifié en raison de la réalité, et vous avez les médias alternatifs, vous devez rechercher la vérité. La vérité a été la principale victime des événements au Moyen-Orient, y compris en Syrie. Je demanderais à tout citoyen en France de rechercher la vérité, l’information véritable, à travers les médias alternatifs. Lorsqu’ils rechercheront ces informations, ils pourront être plus efficaces face à leur gouvernement, ou du moins ne pas permettre à certains politiciens de fonder leur politique sur des mensonges. C’est ce que nous pensons être la chose la plus importante au cours des six dernières années.

 

Question 13 : Monsieur le Président, votre père a été Président de la Syrie à vie. Envisagez-vous la possibilité de ne plus être le Président, un jour ? [sic]

 

Bachar al-Assad : Oui, cela dépend de deux facteurs : le premier est la volonté du peuple syrien. Veulent-ils que cette personne soit Président ou non ? Si je veux être Président alors que le peuple syrien ne me veut pas, même si je gagnais les élections, je n’aurais pas de soutien fort, je ne pourrais rien faire, surtout dans une région complexe comme la Syrie. Vous ne pouvez pas être simplement élu Président, cela ne fonctionne pas, vous avez besoin de soutien populaire. Sans cela, je ne pourrais pas réussir. Donc, dans ces conditions, il n’y aurait aucun sens à être Président.

 

Le second : si j’ai le sentiment que je veux être Président, je vais me présenter, mais cela dépend du premier facteur. Si je sens que le peuple syrien ne veut pas de moi, bien sûr, je ne serais pas candidat. Donc, il ne s’agit pas de moi principalement, il s’agit du peuple syrien : me veulent-ils ou non ? Voilà comment je vois les choses.

 

Question 14 : Dernière question : Donald Trump doit être nommé Président des États-Unis dans moins de deux semaines. Il a été clair sur le fait qu’il veut améliorer les relations avec la Russie, qui est l’un de vos principaux alliés...

 

Bachar al-Assad : Oui, exactement.

 

Question 14 (suite) : Considérez-vous... Pensez-vous que cela changera la position des États-Unis envers la Syrie ?

 

Bachar al-Assad : Oui, si vous voulez parler de façon réaliste, parce que le problème syrien n’est pas isolé, ce n’est pas seulement syro-syrien. En réalité, la plus grande partie... ou disons que la majeure partie du conflit syrien est régionale et internationale. La partie la plus simple à traiter est la partie syro-syrienne. La partie régionale et internationale dépend principalement de la relation entre les Etats-Unis et la Russie. Ce qu’il a annoncé hier était très prometteur, s’il y a une authentique approche ou initiative visant à améliorer la relation entre les États-Unis et la Russie, cela affectera tous les problèmes dans le monde, y compris la Syrie. Donc, je dirais que oui, nous pensons que c’est positif en ce qui concerne le conflit syrien.

 

Question 14 (fin) : Qu’est-ce qui est positif ? [sic]

 

Bachar al-Assad : La relation, l’amélioration de la relation entre les Etats-Unis et la Russie se reflétera positivement sur le conflit syrien.

 

Journalistes : Merci beaucoup.

    Partager cet article
    Repost0
    13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 17:54

    Sun Jan 8, 2017 12:47PM

     

    Origine Press TV

     

    Des membres de l’opposition syrienne à Genève le 18 avril 2016. ©La Croix

     

    Est-ce le coup de grâce pour ce que l’Occident qualifie depuis 2011 d’opposition syrienne ? En tout état de cause, cela en a tout l’air. « L’opposition syrienne » a reçu ces deux derniers jours un double coup : le premier, lorsque Nawaf al-Bachir, chef de la plus grande tribu de Syrie, a annoncé avoir renoué avec le président syrien, Bachar al-Assad.

     

    Raï al-Youm se penche sur cette « repentance tonitruante » et reconnaît le rôle qu’a joué la libération d’Alep dans le retour d’al-Bachir dans le giron de l’État syrien.

     

    « Après la reprise d’Alep, les défections dans les rangs de l’opposition se multiplient et les grandes figures demandent à rallier le processus de réconciliation nationale. C’est une très mauvaise nouvelle pour les parties qui soutiennent l’opposition syrienne puisque cela ressemble au début de la fin. Les membres de la diaspora syrienne qui ont décidé de rejoindre l’opposition anti-Assad s’en mordent les doigts puisqu’ils ont d’ores et déjà perdu le soutien d’Ankara. »

     

     

    Nawaf al-Bachir. (Photo d’archives)

     

    Pour le journal, le retour d’al-Bachir dans le camp d’Assad est « le meilleur des cadeaux » qu’on aurait pu faire au président syrien au seuil des pourparlers d’Astana, qui devraient réunir fin janvier les représentants de Damas et une délégation composée des représentants de dix groupes armés. Et ce, d’autant plus que Riyad brillera par son absence lors de ces pourparlers.

     

    Pour le journal, ce n’est pas uniquement la place qu’occupe Nawaf al-Bachir au sein de la société syrienne et de sa tribu qui fait de son virage pro-Assad un événement, c’est surtout « la nature de ses propos » : « Al-Bachir a affirmé avoir tourné le dos à Assad sur la base de faux renseignements. Il a dit que « les opposants syriens ne sont que des outils entre les mains des parties étrangères et que le fait de les armer constitue une très grave erreur, erreur dont tout le peuple syrien a fait les frais. » Ces propos ne laissent aucun doute : al-Bachir est rentré dans les rangs et reconnaît de nouveau l’autorité d’Assad.

     

    Plus loin, le texte relève le cas d’un autre opposant syrien, le dénommé Michel Kilo. Dans un enregistrement audio attribué à Kilo, ce dernier accuse les Saoudiens de n’avoir ni le patriotisme ni le sentiment d’appartenir à une histoire ou à une religion. Kilo accuse aussi dans ce fichier l’Arabie saoudite d’avoir semé le chaos en Syrie.

     

     

    Samira al-Masalmeh (Archives)

     

    Le journal évoque plus loin le cas du journal de l’opposition syrienne Tishreen et de sa célèbre journaliste Samira al-Masalmeh, renvoyée pour avoir adressé un message au président du comité juridique de la coalition des opposants. La journaliste critique dans son message l’absence de liberté d’expression dans les rangs des opposants, alors qu’il s’agit précisément du motif invoqué par l’opposition pour se rebeller contre Assad et réclamer sa destitution. La journaliste affirme que l’opposition syrienne a perdu « sa foi » et « son chemin ».

     

    Raï al-Youm estime que le séisme qu’est la libération d’Alep a provoqué une onde de choc qui semble faire tomber pierre par pierre l’édifice de l’opposition syrienne : « Après l’adhésion de la Turquie au camp Iran/Russie, il faut s’attendre à ce qu’un plus grand nombre de figures du camp anti-Assad quittent les rangs de l’opposition. »

    Partager cet article
    Repost0
    7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 17:14
    Source réseau Voltaire  6 janvier 2017

     

     

     

    Les jihadistes qui ont pollué, depuis le 24 décembre 2016, les sources du Barada —la rivière qui alimente en eau les plus de 7 millions d’habitants de Damas et de sa région— et fait exploser les canalisations ont publié une déclaration fixant leurs conditions.

     

    Actuellement 5,6 millions de civils sont totalement privés d’eau courante depuis deux semaines. Les autorités sont parvenues à distribuer à la population, une à deux fois en quinze jours, de l’eau non-potable par des camions citernes, à raison de 50 litres par famille. Outre les bidons qu’ils ont pu remplir pour leur toilette et leur vaisselle, les habitants doivent acheter de l’eau minérale pour leur consommation d’eau potable.

     

    Selon la « Déclaration de Barada », les jihadistes ne laisseront les ingénieurs nettoyer et réparer les sources du Barada que si l’Armée arabe syrienne et le Hezbollah cessent le combat (c’est-à-dire si la République arabe syrienne capitule).

     

    Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité, la Syrie a dénoncé la planification de cette opération par les puissances qui soutiennent et arment les jihadistes.

     

    Parmi les sept groupes jihadistes signataires du Document figurent les « Casques blancs », dits « Défense civile syrienne ». Cette « ONG humanitaire » (sic) a été créée et est dirigée par un officier du MI6 élevé par la reine Elizabeth, en 2016, au titre d’officier de l’Empire britannique, James Le Mesurier. Cette organisation abreuve les médias d’images choquante censées prouver « les crimes du régime » et dont il a été souvent démontré qu’elles sont de pures mises en scène de propagande.

     

    La participation de cette « ONG humanitaire » à des combats a été attestée. Le ministère russe de la Défense l’a décrite comme « proche d’Al-Qaïda ».

     

    Les Casques blancs sont financés par l’Allemagne, le Danemark, les États-Unis, la France, le Japon, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

     

    Le 19 octobre 2016, le président de la république française, François Hollande, son ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et la présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Élisabeth Guigou ont reçu à l’Élysée une délégation des Casques blancs incluant le président du Comité « civil » d’Alep (sic) auto-proclamé « maire d’Alep » (re-sic), Hagi Hasan Brita.

     

    La France avait présenté, en vain, la candidature des Casques blancs au Prix Nobel de la paix.

     

    En droit international, le fait de priver d’eau des civils est considéré comme un crime de guerre.

    Addendum: C'est également une tentative dé génocide

    Partager cet article
    Repost0
    1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 17:24

    Et le basculement du monde

    Par Bruno Guigue — 30 décembre 2016

     

    Astana – DR

    Depuis la libération d’Alep, les événements se précipitent. Des négociations inter-syriennes ont été menées sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. Elles ont abouti le 29 décembre à un triple accord entre le gouvernement syrien et sept groupes de l’opposition armée. « Trois documents ont été signés », a déclaré le président russe. Le premier instaure « un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien ». Le deuxième définit « les mesures visant à contrôler le respect de la trêve ». Le troisième est une « déclaration sur la volonté des parties en conflit de lancer des négociations de paix ».

     

    Certes, on objectera à juste titre que cet accord n’instaure dans l’immédiat qu’un fragile cessez-le-feu. Il peut être remis en cause à tout moment, les terroristes d’Al-Qaida et de Daech en sont exclus, et il ne règle pas, au fond, la crise syrienne ouverte au printemps 2011. Il n’empêche que cette signature, fruit de tractations entre des parties qui ne se parlaient plus, marque une nouvelle avancée en vue d’un règlement politique du conflit, une semaine à peine après la victoire de l’armée arabe syrienne dans la deuxième ville du pays.

     

    L’avenir dira si cette étape était décisive, mais on peut déjà en tirer trois enseignements.

    Le premier, c’est que rien ne vaut une victoire militaire pour remettre les pendules à l’heure. La débandade des « rebelles » d’Alep-Est après un mois de combats valide la stratégie syrienne de reconquête territoriale. Les cinq premières villes du pays sont désormais sous le contrôle du gouvernement : Damas, Alep, Homs, Lattaquié et Hama. Toutes les combinaisons échafaudées en Occident et dans les pays du Golfe pour imposer le départ de Bachar Al-Assad, que ce soit comme « préalable » ou comme « résultat » d’une transition politique, se brisent sur cette réalité comme une coque vermoulue sur des récifs côtiers.

     

    La victoire militaire de l’armée syrienne et de ses alliés, en réalité, conforte l’initiative russe en faveur d’une solution politique. En position de faiblesse, les groupes armés non affiliés à Daech ou Al-Qaida vont devoir choisir entre une fuite en avant qui liera leur sort à ces jusqu’au-boutistes ou une négociation avec un Etat syrien qui les chasse, peu à peu, des principales agglomérations du pays. L’attitude de ces groupes est l’une des inconnues qui pèseront sur la suite des événements, mais il est significatif qu’ils aient choisi, sans doute à contre-cœur, la solution négociée.

     

    Le deuxième enseignement, c’est l’éviction spectaculaire des Etats-Unis, éjectés comme des malpropres d’une scène syrienne où ils ont additionné les mensonges, les coups bas et les échecs à répétition. Pour la première fois dans l’histoire contemporaine, la négociation sur un conflit majeur est engagée sans Washington, qui doit se résoudre à faire tapisserie pendant que Moscou mène la danse. Discrédités par une politique erratique, les USA sont condamnés à approuver un processus qu’ils n’ont jamais cherché à promouvoir tout en prétendant le contraire. En attendant, ils se voient contraints de mettre une sourdine à leurs jérémiades sur les « crimes de guerre » et la « barbarie russe ».

     

    Cette mise en orbite de la Maison-Blanche est d’autant plus cruelle que son principal allié dans la région, la Turquie, y a participé activement. Pour Ankara, mieux vaut un adversaire avec qui on peut négocier (Moscou) qu’un allié félon qui vous fait des enfants dans le dos (Washington). Les USA paient leur ambiguïté lors de la tentative de coup d’Etat en Turquie, mais aussi le soutien opportuniste accordé aux Kurdes de Syrie. M. Poutine, dont la retenue lors de l’affaire du Soukhoï abattu a porté ses fruits, n’eut qu’à tendre la main à son homologue turc pour que la géographie et l’économie, facteurs objectifs de convergence turco-russe, prennent le dessus.

     

    L’admission de la Turquie dans le club des parrains de la paix en Syrie est un coup de maître. Mais Moscou a aussi contracté une police d’assurance du côté de Doha. En lui concédant une participation au capital de la compagnie pétrolière nationale Rosneft, Moscou achète la neutralité du Qatar. Ce pacte de circonstance devrait contribuer à la tiédeur de l’Arabie saoudite, à son tour, pour une rébellion en déroute. Revirement turc, défection qatarie, isolement saoudien, le dispositif clintonien du « regime change » en Syrie s’effondre comme un château de cartes. Donald Trump a proclamé son intention d’en finir avec ces lubies néo-conservatrices. A croire qu’il avait anticipé la suite des événements !

     

    Le dernier enseignement, enfin, est lié au lieu même des futures négociations de paix. Capitale futuriste du Kazakhstan construite en 1997, Astana est au cœur de cet arc de puissance géopolitique dont Moscou est l’artisan inlassable face aux prétentions occidentales à régenter la planète. C’est à travers le territoire kazakh que passent les oléoducs qui acheminent, vers la Chine, le gaz en provenance des gisements de la Caspienne. Premier producteur mondial d’uranium, le Kazakhstan est un allié stratégique de la Russie et son partenaire essentiel dans les domaines-clé de la modernité économique (nucléaire, spatial, hydrocarbures).

     

    Ce pays asiatique majoritairement musulman est membre de l’Union eurasienne et de l’Organisation de coopération de Shanghaï. En plein développement, proche de la Russie, il est le symbole des nouveaux équilibres du monde. C’est à Astana que les négociations de paix commenceront en janvier, précédant celles de Genève en février. Les deux processus ne sont pas contradictoires, affirme la diplomatie russe. Staffan de Mistura, délégué spécial de l’ONU pour la Syrie, sourit pour la forme. Mais quel symbole ! Détrônée par la capitale kazakhe, la cité helvétique n’est plus le centre de l’activité diplomatique. Les Russes l’ont déplacé à l’Est, au cœur d’une Eurasie qui est le siège des puissances de demain.

     

     

    Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

    Source: http://arretsurinfo.ch/la-syrie-astana-et-le-basculement-du-monde-par-bruno-guigue/

    Partager cet article
    Repost0
    30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 18:20

     

    Les États-Unis et leurs partenaires, sponsors du terrorisme, constatent la ruine de leur projet de changement de régime en Syrie alors que l’Armée arabe syrienne et ses alliés, viennent de remporter une victoire spectaculaire en libérant l’importante ville stratégique d’Alep.

     

    Les gouvernements occidentaux et leurs laquais à l’ONU évoquent avec cynisme et perversité une « déroute de l’humanité ».

     

    Il est plus proche de la vérité de noter « l’effondrement de leur santé mentale ». Ceci parce que le récit officiel de l’Occident sur la guerre syrienne est finalement mis au jour à grande échelle.

     

    Ce qui est exposé au monde entier est une couverture de propagande systématiquement fausse qui dissimule une entreprise criminelle – une entreprise impliquant des intermédiaires terroristes et des faux rebelles modérés, parrainés par les gouvernements occidentaux depuis six ans, dans une conspiration pour renverser le gouvernement de la Syrie. La gravité de ce crime systématique, commis par Washington et ses différents partenaires, apparaît maintenant sous nos yeux.

     

    Incapables de faire face à leur propre déni de criminalité, les gouvernements occidentaux, et leurs médias de masse complices, recourent à la négation pure et simple et à la production de mensonges de plus en plus éhontés.

     

    Au lieu d’assumer la réalité du fait que les forces de l’État syrien ont repris Alep aux groupes brutaux illégalement financés et armés par l’Occident et ses clients régionaux, ceux-ci qualifient la victoire de libération syrienne de « chute d’Alep ». Un rapport sur la chaîne américaine CNN a même qualifié l’armée arabe syrienne victorieuse et ses alliés de « persécuteurs ».

     

    L’ambassadeur des États-Unis auprès de l’ONU, Samantha Power, a cité des rapports non vérifiés faisant état d’exécutions de civils à Alep et a éreinté la Syrie et ses alliés, la Russie et l’Iran, pour n’avoir « aucune honte ». C’est Power et ses partenaires occidentaux, y compris les hauts fonctionnaires des Nations Unies, qui devraient se couvrir la tête de cendres.

     

    Parmi les propagateurs hystériques des supposés atrocités et massacres perpétrés cette semaine, le journaliste humanitaire de l’ONU, Jens Laerke, a déclaré que les événements d’Alep étaient la manifestation d’une « déroute de l’humanité ». Des mots émouvants, mais loin de la réalité.

     

    Les médias d’information occidentaux publiaient des manchettes sur les exécutions sommaires de femmes et d’enfants par l’armée arabe syrienne et ses alliés russes, iraniens et libanais alors qu’ils avançaient pour reprendre finalement tout le nord de la ville.

     

    Le chef sortant de l’ONU, Ban Ki-Moon, a dénigré une « victoire militaire intransigeante », tandis que ses subordonnés Rupert Colville et Jan Egeland dénonçaient des conditions « infernales » et les « crimes de guerre » commis par la Syrie et la Russie.

     

    Le problème est que toutes ces assertions sensationnelles et téméraires sont basées sur des affirmations non vérifiées, fournies par des activistes anonymes ou des personnes impliquées avec des militants intégrés à des groupes terroristes comme Jaysh al Fatah, Jabhat al Nusra, Ahrar al Sham et Nour al din al Zenki, tous affiliés au réseau terroriste internationalement interdit al-Qaïda – avec lequel les gouvernements occidentaux prétendent être en guerre.

     

    C’est vraiment une révélation grotesque de découvrir que les gouvernements occidentaux et les responsables de l’ONU agitent publiquement de la propagande au nom de groupes terroristes.

     

    Samantha Power et son homologue britannique à l’ONU, Matthew Rycroft, ont cité des rapports de l’ONU au sujet de l’exécution de 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, par les forces syriennes pro-gouvernementales au cours des dernières heures de la reprise d’Alep. Mais les mêmes rapports de l’ONU étaient fondés sur des sources non vérifiées, supposées être intégrées parmi les terroristes. Ce n’est pas un reportage. Il s’agit simplement de recycler des rumeurs visant à sauver la peau des terroristes.

     

    Le simple fait que l’information vienne de sources non vérifiées n’a pas empêché les Nations Unies, Power, Rycroft et le troupeau des médias occidentaux, y compris le Washington Post, CNN, Guardian, The Indépendant, France 24, etc., de présenter les revendications comme si elles étaient des faits.

     

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguéi Lavrov, a accusé les gouvernements occidentaux et leurs journalistes zélés, qui ne se posent pas de question, de diffuser des « fausses nouvelles » sur les événements dramatiques en Syrie cette semaine. Lavrov a souligné qu’aucune des atrocités alléguées n’a été reconnue par des groupes humanitaires indépendants.

     

    L’ambassadeur syrien à l’ONU Bashar al Jaafari a également réfuté les allégations d’atrocités qui semblaient rendre ses homologues occidentaux si perplexes.

     

    Les gouvernements occidentaux et les médias ont persisté dans leurs fantasmes morbides en dépit d’abondantes séquences vidéo, qu’ils diffusaient eux-mêmes, montrant des milliers de civils s’éloigner tranquillement des quartiers détenus par les rebelles à Alep pour se diriger vers les forces de l’Armée arabe syrienne. Est-ce le comportement de gens massacrés, exécutés sommairement, assassinés ?

     

    L’une des plus absurdes distorsions a été celle de France 24. Le radiodiffuseur public d’un des pays qui a fourni des armes et de la propagande aux terroristes en Syrie au cours des six dernières années a décrit cette semaine comment « les gens d’Alep célébraient leur libération par le gouvernement ». Étant donné que le gouvernement syrien détient pratiquement tout Alep cela signifie que la grande majorité des Syriens fêtait l’événement. Pourtant, France 24 s’efforce de créer une fausse division entre les populations pro et anti-gouvernementales.

     

    La représentation plus logique et plus véridique est que les civils syriens peuvent enfin fuir les bandes terroristes qui les ont assiégés. Mais en rapportant cela, tout le faux récit occidental sur ce qui se passait à Alep et en Syrie depuis six ans s’écroulerait comme un château de cartes.

     

    Pourquoi les médias occidentaux ne sont-ils pas en train d’interviewer les dizaines de milliers de civils qui ont maintenant réussi à fuir les groupes terroristes vaincus ? Pourquoi les médias occidentaux ne posent-ils pas de questions sur la nature de leur captivité ? Par exemple, pourquoi ne pouvaient-ils pas échapper aux rebelles extrémiste d’Alep-Est jusqu’à maintenant ? Que pensent ces civils de l’armée syrienne et de ses alliés qui ont écrasé les rebelles ?

     

    L’absence curieuse et sidérante de tout témoignage apporté par les médias occidentaux de la part des milliers de civils libérés à Alep se retrouve dans la même absence curieuse et sidérante de témoignages des milliers de civils libérés ailleurs en Syrie par l’armée au cours de cette année.

     

    C’est parce que ces civils parlent aux médias qui sont prêts à relater – comme le radiodiffuseur d’État syrien SANA, ainsi que RT, Press TV et Al Manar – que le cauchemar imposé par les terroristes soutenus par les Occidentaux est terminé. Si les médias occidentaux devaient réellement se donner la peine de faire du véritable journalisme, ils iraient dans des régions libérées d’Alep et d’autres villes et villages de Syrie et raconteraient que la vie heureuse est revenue à la normale pour ces familles et communautés.

     

    La vérité est que Alep a été envahie, en juillet 2012 par des terroristes soutenus par l’Occident qui ont transformé les quartiers Est de la ville en un repaire sous le règne de la terreur. Un califat dévoyé et dément y a été imposé, dirigé par des djihadistes wahhabites. À l’instar de la Syrie dans son ensemble, ces mercenaires étaient blanchis par l’Occident comme des « rebelles modérés et pro-démocratiques » – bien que soi-disant mélangés à des extrémistes djihadistes.

     

    Si tel était le cas, alors où sont ces supposés modérés maintenant que le dernier repaire de rebelles à Alep a été libéré ? L’absence flagrante des rebelles « modérés, pro-démocratiques » – inventés par l’Occident – qui sortent des ruines d’Alep est aussi grave que l’absence de civils pétrifiés dénonçant les atrocités de l’armée arabe syrienne ou les crimes de guerre russes.

     

    Au cours de cette semaine mémorable, le récit occidental sur Alep et la guerre syrienne en général s’est effondré en un tas de poussière. Aucune avalanche de dénis et de distorsions supplémentaires ne peut cacher la mise en lumière de la propagande et des mensonges occidentaux.

     

    Il est ironique de voir que les médias occidentaux ont récemment agité le phénomène des « fausses nouvelles » dans le contexte de la tentative de discrédit jeté sur la Russie au sujet d’une prétendue ingérence électorale aux États-Unis et en Europe.

     

    La Syrie a démontré que les vrais coupables de la propagation de « fausses nouvelles », et plus grave encore de faux récits, sont les gouvernements occidentaux et leurs médias d’actualité prétentieux, auto-satisfaits et arrogants.

     

    Inaptes à faire face à la vérité insupportable de sa complicité criminelle, l’Ouest exhibe l’effondrement de sa santé mentale.

     

    Alep et la Syrie émergeront un jour de nouveau des ruines. Ce n’est pas le cas des gouvernements ignominieux de l’Ouest et de leurs médias mensongers et criminellement complices. Ils ne renaîtront jamais de leurs ruines.

    Finian CunninghamStrategic Culture

    Traduit par jj pour le Saker Francophone

    Photo: Manifestants brandissant le drapeau russe et syrien. AFP.

    Partager cet article
    Repost0
    30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 11:24

    Repris sur Réseau International

     

    Elles sont loin les conférences de Genève 1 et 2. Aujourd’hui le sort de la Syrie se décide en comité choisi par Damas, Moscou et Téhéran. Ankara vient d’entrer dans ce comité. Il y a déjà longtemps que l’on ne demandait plus l’avis de la France à propos de la Syrie. C’est au tour des Etats-Unis d’être exclus. Cette exclusion ne concerne pas seulement le cas de la Syrie, elle concerne aussi l’Afghanistan dont la sécurité est en train d’être discutée en ce moment-même entre la Russie, l’Iran et le Pakistan. Ce pourrait bien être bientôt le tour de l’Irak, après la récente visite à Moscou de Falah al-Fayad, conseiller à la Sécurité nationale du Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi, et chef des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire).

     

    La Russie et la Turquie ont mis au point un plan de pacification générale de tous les belligérants en Syrie. Moscou et Ankara sont tombés d’accord sur tous les points de cet armistice juste après la fin des hostilités à Alep-Est et l’évacuation des combattants de l’opposition et de leurs proches.Le plan sera soumis à toutes les parties prenant part au conflit.

     

    Le traité doit entrer en vigueur dans toutes les régions où les combats font rage entre les mercenaires, l’opposition et les forces gouvernementales d’Assad. L’armistice deviendrait effectif à partir du 29 décembre, à minuit. L’information a été rendue publique par l’agence turque Anadolu.L’armistice ne concernerait pas les organismes considérés comme terroristes.

     

    Ce traité est encore une preuve que la tentative d’organiser une autre provocation politique en brouillant les pays, lors des pourparlers à Ankara, a de nouveau fait long feu. Il est à rappeler que, le 19 décembre dernier, l’ambassadeur de Russie Andreï Karlov a été assassiné lors de l’inauguration d’une exposition au Centre des Arts à Ankara. Le tueur a tiré plusieurs coups dans le dos du diplomate lorsque ce dernier prononçait le discours d’ouverture d’une exposition des photographies « La Russie vue par les yeux des Turcs ». L’ambassadeur a péri de la main de l’ancien policier turc Altyntash.

     

    Les experts estiment que les provocateurs ne réussiront pas à gâcher les relations entre Moscou et Ankara.

    « Erdogan est très perplexe : les conversations téléphoniques et les excuses qu’il avait apportées à la suite de ces événements tragiques, en témoignent. Il va de soi que l’Ankara officielle n’y était pour rien. C’est pourquoi la tragédie survenue avec notre ambassadeur ne ferait que renforcer le dialogue qui se veut à la fois politico-militaire, et économique », a confié à Pravda.ru Vladimir Gouténev, chef de la Commission sur la politique économique, le développement innovant et les affaires du Parlement de Russie.

     

    Les Etats-Unis n’ont pas été invités à la table des négociations ce qui s’est déjà passé auparavant. Au cours de ce mois, un tour des négociations a été déjà tenu à Moscou entre la Russie, la Turquie et l’Iran pour discuter du problème syrien. La rencontre s’est passé entre les ministres des affaires étrangères des pays respectifs. En même temps, les ministres de la Défense des trois pays ont, eux aussi, débattu des problèmes syriens et des variantes du développement de la conjoncture après la libération d’Alep.

     

    New-York Times accuse réception en écrivant que « les trois pays ne pensent qu’à tirer leur propre gain du jeu en Syrie ». Selon les Américains, « quand les Turcs, les Iraniens et les Russes commencent à s’occuper des processus en Syrie, ça devient un « grave problème » pour Washington ».

     

    A la mi-decémbre de l’année en cours, la Russie et la Turquie ont conclu un accord sur l’évacuation des civils et de l’opposition armée d’Alep-Est. Il est noté que grâce à cet accord, les citadins ont reçu une chance de survivre aux combats.

     

    Les militaires russes et le service de renseignement turc viennent, eux aussi, de passer un accord sur le cessez-le-feu à Alep. L’accord court à partir du 27 décembre. Le représentant du Département d’État des Etats-Unis John Kirby a fait valoir que cet accord sur Alep a de nouveau été conclu sans participation de Washington. C’est pourquoi, soulignent les Américains, ils ne peuvent encore reconnaître cet accord, mais si l’accord portait ses fruits, les Américains seraient très enthousiasmés, le Département d’État dixit.

    source : http://www.pravdafrance.com/news/international/28-12-2016/1303921-ORIENT-0/


    En savoir plus sur http://reseauinternational.net/la-russie-et-la-turquie-ont-elabore-un-plan-de-pacification-de-la-syrie-sans-etats-unis/#1AAPGdG89ZZAL8Am.99

    Partager cet article
    Repost0