Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 17:44

Le changement dans la continuité

Ne nous laissons pas prendre au piège des « bonnes paroles »

les candidats Udi-UMP ne feront pas demain ce qu’ils n’ont pas fait hier

François  Cholley        Marianne  Duranton      Claude Lourdin           Thérèse Leroux

Maire de Villemoisson      Conseillère générale             Associatif                maire  Villiers sur orge

                                              sortante Longjumeau              SGDB

 

        remplaçant                                 candidats titulaires                          remplaçante

                                                                                                                                                      

Que nous disent-ils ?

Les 22 et 29 mars auront lieu les élections départementales qui vous permettront d'élire deux conseillers départementaux (une femme et un homme) pour vous représenter sur le nouveau canton regroupant les communes de Sainte-Geneviève-des-Bois, Morsang-sur-Orge, Villemoisson sur Orge et Villiers sur Orge. C'est une élection importante car le Conseil général est une collectivité qui doit vous aider au quotidien.

 

Nos communes sont aujourd'hui très pénalisées par les différentes mesures lancées par l'actuel gouvernement : Baisse des subventions, modification sans concertation de la carte des intercommunalités, réforme coûteuse des rythmes scolaires, hausses massives des charges sur les salaires des fonctionnaires...

 

Parallèlement, l'actuelle majorité départementale socialo-communiste de l'Essonne n'est pas à la hauteur des enjeux qui doivent être ceux d'une collectivité moderne. Elle se désengage de dossiers aussi importants que l'aide au fonctionnement des crèches, les transports ou le développement du très haut débit. Dans ses compétences, elle n'est pas non plus performante et préfère souvent des opérations d' affichage, il est temps de mettre fin à la politique de communication incessante menée par cette majorité dont le Président est plus habitué à fréquenter les plateaux télé qu'à s'occuper des Essonniens. G'est la raison pour laquelle nous avons

décidé de nous présenter aux élections départementales, pour agir véritablement dans l'intérêt des Essonniens, et faire entendre la voix des valdorgiens. Vous nous connaissez tous : une conseillère générale sortante, deux maires et un responsable associatif. Notre capacité de travail, d'écoute, d'analyse et notre volonté de faire avancer les dossiers avec bon sens, détermination et d’esprit d'ouverture sont reconnus de vous tous.

 

Notre seule ambition : vous servir, servir l'Essonne.

 

Nos priorités : être efficaces et proches de vous sur le terrain pour répondre à vos véritables préoccupations. _

 

 

Décodage …

 

Ils écrivent en Une de leur premier 4 pages que Nos communes sont aujourd'hui très pénalisées par les différentes mesures lancées par l'actuel gouvernement, en fait ce que nous savions déjà, mais c’est une vérité tronquée car ils omettent soigneusement de préciser qu’il n’a fait qu’emboîter le pas au précédent, Sarkozy-Fillon , à majorité Udi-UMP.

 

UMP, qui exige qu’il aille encore plus vite et plus loin en matière d’austérité et de casse de notre système de protection sociale pour ne laisser que la charité, et l’économie sociale et solidaire, les « petits boulots » comme ultimes recours pour les plus démunis. Ce que fait très bien l’actuelle majorité de gauche départementale, d’ailleurs elle s’en vante.

 

Ils enfoncent des portes béantes mais regardent avec des verres déformants. Quels est depuis plus de trente ans le gouvernement qui n’a pas taxé plus fortement les salaires des fonctionnaires et assimilés ou piqué des fonds dans la caisse nationale de retraite agents des collectivités territoriales.

 

Après s’en être pris aux supposés nantis des entreprises à statuts ils attaquent maintenant les autres corporations afin, disent-ils, de faire encore plus baisser les coûts devenus de plus en plus insupportable pour les ménages étranglés par l’austérité. Les salaires, les retraites et pensions sont bloqués. En l’absence se véritable solidarité interprofessionnelle il n’y a aucune raison qu’ils s’arrêtent en si bon chemin.

 

Les offices notariaux, les pharmaciens sont dans le collimateur…

 

Le secteur 2 légalisant les dépassements d’honoraires médicaux a été mis en place sous Raymond Barre en 1980 pour assurer des revenus plus confortables aux praticiens, aujourd’hui 86 % des chirurgiens se sont engouffrés dans la brèche, seulement 6 % des généralistes, source : http://quoi.info/actualite-sante/2012/11/12/depassement-honoraire-accord-1152943/. Entre temps aucun des gouvernements qui se sont succédés, incapables de relancer la machine économique, n’a envisagé d’annuler cette mesure, pire, ils ont institué une réduction systématique sur chaque remboursement.

 

La réforme Peillon a fait couler beaucoup de salive, elle ne s’imposait pas, elle est aujourd’hui entrée en application, au rabais à Villiers sur orge. Nul candidat ne peut nous faire croire qu’il fera demain au Conseil départemental ce qu’il n’a pas fait hier au niveau communal.

La critérisation d’attribution des subventions, mise en forme puis adopté par le conseil régional sur injonction gouvernementale, a ensuite été relayée par le Conseil Général de l’Essonne, validé ensuite par la quasi totalité des communes et Communautés d’Agglo dont celle du Val D’Orge. A part quelques pleurnicheries il serait vain de rechercher un candidat d’aujourd’hui qui s’y soit réellement opposé hier.

Il convient de noter qu’en 2011 le gouvernement Fillon était soutenu par une majorité de droite, la région et le conseil général étaient à majorité PS et apparentés. Le groupe UMP, en opposition à la majorité socialiste du conseil régional en avait dénoncé les dangers en 2011 par simple opportunisme, la majorité « socialiste » de l’Essonne a validé, les collectivités territoriales obéissant à la voix de leurs donneurs d’ordres ont fait de même.

Mais citons la déclaration du porte parole du groupe UMP du conseil Régional à propos de cette réforme :

« Car sous couvert de manifester une plus grande solidarité des territoires, votre dispositif n’est en réalité rien d’autre qu’une vaste machine à exclure du soutien régional quantité de collectivités franciliennes et avec elle les centaines de milliers de Franciliens qui y vivent.

Il n’y a dans cette affirmation aucune spéculation, aucune dimension partisane, simplement l’observation scrupuleuse des faits.

Si je lis bien votre dispositif – mais, j’aurai l’occasion d’y revenir, il semblerait que plusieurs lectures soient possibles –, la modulation que vous proposez permettrait sur une base de 100 d’aboutir à une subvention allant de 90 à 150 suivant que, dans la logique de votre système, la collectivité qui sollicite la subvention est considérée comme plus ou moins « vertueuse ».

Or j’observe que dans le même temps, et malgré des ressources régionales sanctuarisées grâce au soutien de l’Etat, les crédits consacrés par l’institution régionale à l’aménagement des territoires régressent.

En 2007, ces crédits s’élevaient à 89 millions d’euros en investissement. En 2011, vous n’avez inscrit que 64 millions d’euros au budget (1.4 % du budget régional) : près de 30 % en moins !

Quand je pense que vous ne cessez de vous poser en garant de la défense des territoires et en donneur de leçons vis-à-vis de l’Etat, il y a de quoi s’étrangler ! On ose à peine imaginer quelle serait votre réaction si l’Etat décidait de réduire son soutien à la région de 30 % en 4 ans … C’est pourtant le sort que, sans aucun scrupule, vous avez fait subir aux collectivités franciliennes.

D’un côté, un budget qui baisse ; de l’autre des aides unitaires qui augmentent… tout le monde a compris le résultat : c’est moins de collectivités subventionnées. »

Le texte complet est consultable à l’adresse suivante : critérisation selon l'UMP

 

Qui porte la responsabilité de cette situation sinon ceux qui l’ont initiée, ceux qui l’ont approuvée et relayée, ceux qui n’ont rien dit…Au parlement, dans les assemblées Régionales, Départementales, communautaires et locales, à Villiers sur Orge en particulier ou la majorité de droite s’apprête aujourd’hui à réduire de 10% les dépenses de fonctionnement, c'est-à-dire les services rendus à la population sans que son «opposition » n’y trouve à redire.

 

Si les essonniens ont vu leur qualité de vie se dégrader depuis 18 ans avec l’augmentations sans précédent du chômage et du nombre d’allocataires du RSA, si les transports fonctionnent mal, ou sont insuffisants, et si le tarif des crèches sic page 3 s’envolent la responsabilité en est largement partagée par la quasi-totalité de la classe politique y compris par les tendances qui leur sont associées non pas pour le meilleur mais pour le pire.

 

A chacun de se déterminer, mais comment faire la différence la différence entre les uns et les autres ? Ils sont tous vecteurs d’une austérité à laquelle ils ne se sont jamais opposés, pour la répercuter au sein des assemblées dans lesquelles ils siègent, surtout préoccupés par la préservation des strapontins qu’ils occupent et des avantages qui leur sont attachés.

 

C’est la crise, sous tout ses aspects, l’absence d’imagination et la résignation face à ce qui nous est présenté comme étant inéluctable.

Partager cet article
Repost0

commentaires