Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villiers sur Orge- La Vie en Blog
  • : Economie, social, environnement, éducation, santé, sciences et techniques, vie dans la cité...Et leurs prolongements politiques, tout peut être sujet d'échanges pour le commun des mortels...Un seul objectif, le dépassement du présent.
  • Contact

Recherche

6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 14:47

Lors de ses vœux (texte publié in extenso sur le site Internet de Villiers sur Orge) , le 19 janvier, devant une assemblée clairsemée, monsieur le maire s’est voulu conquérant, rassembleur, mais n’a pas l’esprit Gaullien qui veut, ce chant de sirène charmera-t-il encore ?

 

Un an de mandat, déjà, et tout est transformé, la DG nouvelle est arrivée, la direction des services techniques a été renforcée, espérons que les troupes suivront, la gestion du personnel a été réorganisée. Nous aurons un autre logo. Quel éclectisme.

 

Une chaudière de chauffage central a été renouvelée, soit, mais ce n’est pas la première fois puisque les études sur les économies d’énergie effectuée dès avant 1983 avaient été suivies de rénovations dans la totalité des bâtiment communaux avec le remplacement du fuel par du gaz moins polluant.

 

La ZAC et le centre de l’enfance ont traversé trois mandats, a-t-il dit! Rappelonsqu'ilsétaient objets du programme soumis par la liste de Rassemblement des Forces de Gauche et de progrès au électrices et aux électeurs en mars 89.Ils étaient inscrits en filigrane dans le POS publié en 1976, dont les grandes orientations ont traversé les ans et perdureront avec le projet de PLU qui leur reste fidèle pour l’essentiel, malgré un important battage médiatique qui donne à penser le contraire.

 

Ces deux opérations n’ont pu se concrétiser plus rapidement à la suite des opérations politicienne de 1983 puis, de 1989 à 2001, avec l’opposition stérile de Villiers Ensemble et de la Droite, plus préoccupé par l’accession à la direction des affaires de la cité que de l’intérêt des villiéraines et des villiérains,  leurs querelles de ménage après une union contre nature lors de la dernière élection municipale n’a pas arrangé les choses.

 

La ZAC avait un triple objectif : Préserver le caractère champêtre de notre ville, diversifier l’offre d’habitat afin d’éviter aux jeunes, nés dans la cité, d’avoir à migrer vers les grands ensembles de la périphérie ou  plus au sud, tertio rattraper une partie notre retard en matière de taxe professionnelle par rapport à la moyenne des communes du département et de la région afin d’être en mesure de faire face à des besoins nouveaux, en qualité, comme en nombre suite à la  croissance démographique prévue en deçà de 5000 habitants, tout en limitant le poids de la fiscalité locale sur les ménages.

 

Aujourd’hui, toute rentrée fiscale supplémentaire au titre de la taxe professionnelle générée par une entreprise qui viendrait à s’implanter sur la commune sera récupérée par la communauté d’Agglo dont on ne sait ce qu’elle nous apporte. En l’absence d’une modification de la loi Chevènement, sur ce point, nous serons conduits à végéter.

 

Contrairement à ses assertions, le maire a  présenté, non pas la première, mais une  nième prospective financière, mais point n’était besoin d’expert pour savoir depuis dix ans que l’endettement de la commune présenterait un creux dans les années 2004-5-6-7 ; et que l’autofinancement des  investissement réalisés ces dernières années  consécutif à la vente du patrimoine a limité le recours à l'emprunt: un appartement Résidence du Parc- deux pavillons rue Jean Jaurès et Chemin du Garenau, 350 m² de terrain, rue Guy Moquet achetés quelques milliers de francs début 90 revendus 160000 euros après remaniement foncier.

 

 Les bijoux de famille bradés, la suite risque d’être plus dure pour le contribuable.

 

Auparavant il faudra combler le trou béant de la salle des fêtes, on ne sait pour quelles raisons les travaux sont arrêtés : est-ce pour cause de pollution, comme le bruit court, est-ce une affaire de coût… ?

 

Monsieur le Maire en réfère à Sénèque : « Il n’est de bon vent  pour celui qui ne sait ou aller » disait-il; le premier magistrat de Villiers sur orge, le sait lui, pour cela il a choisi la godille, un coup à droite un coup à gauche.

                                                                               Jacqmer

                                                                                        

Partager cet article
Repost0

commentaires